L’exploitation de la mine a entraîné des problèmes sociaux importants à Malartic

La mine à ciel ouvert d’Osisko à Malartic, en Abitibi-Témiscamingue, a été ouverte en 2011.
Photo: Gérald Dallaire Le Devoir La mine à ciel ouvert d’Osisko à Malartic, en Abitibi-Témiscamingue, a été ouverte en 2011.

Le contexte dans lequel évolue et se déploie l’industrie minière contemporaine est tributaire du système capitaliste, fortement marqué par l’exploitation des matières premières, la dépendance à l’exportation et aux marchés extérieurs et la surspécialisation. La régulation gouvernementale de la production permet d’assurer le maintien dans le temps de ce système de production, aussi appelé régime de ressources (staples), tel que l’ont décrit certains auteurs pour le cas canadien et mondial.

Or, il est envisageable de considérer ce régime et l’industrie minière comme étant désormais marqués par la logique et les principes du néolibéralisme, un ensemble d’idéologies, d’engagements, de représentations et de pratiques organisées dans un système d’alliances de classes situées à différentes échelles géographiques. Les tenants du néolibéralisme font la promotion de la théorie de l’autorégulation des marchés, des politiques de dérégulation, de la privatisation et de « l’adaptabilité » accrue des citoyens et de la force de travail sur quoi repose la responsabilité du succès du développement, de l’économie et de leur bien-être. Ces principes sous-tendent une « marchandisation de tout » qui s’appuie sur une homogénéisation des types de rapports sociaux et de relations entre les humains et l’environnement.

L’exploitation d’une mine d’aussi grande envergure en milieu habité entraîne plusieurs changements pour la communauté malarticoise et les individus qui la composent. Sa mise en oeuvre implique notamment la relocalisation de la plus grande partie du quartier sud de la ville, sise sur le gisement. Des préoccupations quant à la santé physiologique, psychologique et sociale sont aussi révélées. Devant cette situation, plusieurs questions se posent. Quelle est l’étendue des changements subis par la population de Malartic depuis l’arrivée d’Osisko et quels sont leurs effets sociaux ? Quelles sont les principales limites des mesures publiques pour prendre en compte ces impacts ? En quoi cette situation s’inscrit-elle dans une logique néolibérale ?

La vie des Malarticois est affectée dès l’arrivée d’Osisko à Malartic : lorsque la compagnie entreprend ses travaux d’exploration, en 2005, elle installe des foreuses à diamant « aux abords et dans la ville de Malartic ». Osisko présente officiellement son projet à la population en 2006, lors d’une rencontre publique organisée à l’église. Elle énonce alors son besoin de relocaliser une partie du quartier sud pour pouvoir mettre en chantier sa mine à ciel ouvert. Vu l’ampleur du projet, plusieurs citoyens doutent qu’il se réalise, ou s’inquiètent pour leur qualité de vie s’il se concrétisait. Tout en craignant ses impacts environnementaux importants, des leaders sociaux, économiques et politiques de Malartic voient avec optimisme les activités de développement minier d’Osisko, qui permettraient, selon eux, de dynamiser l’économie chancelante de la municipalité en créant des emplois qui lui manquent.

Globalement, les participants s’entendent sur le fait que la multitude de changements survenus à Malartic depuis l’arrivée de la minière a laissé des traces indélébiles dans la communauté en raison des tensions qu’elle a suscitées. Comme le dit un employé d’Osisko à propos de l’arrivée de la minière : « Ç’a été comme un déchirement un peu. Il y a eu, il va y avoir eu avant pis après. » Au moment des derniers entretiens, près du quart des participants ont mentionné encore « sentir » à Malartic que des résidents sont « pour », et d’autres « contre » la minière. Ainsi, en 2012 et 2013, une campagne de soutien à la minière s’est manifestée avec force, par le blocage de la route 117 avec des véhicules lourds et la distribution d’affiches et d’un symbolique « carré or » en signe d’appui. La cohabitation entre les deux « clans » représenterait toujours un défi. Néanmoins, un autre quart des participants notent une amélioration du climat social depuis 2013, la communauté étant à leur avis moins polarisée et en train de resserrer ses liens ; les blessures se font moins vives avec le temps et les personnes les plus critiques ont quitté la ville, ce qui contribue à homogénéiser les opinions dans la population.

Bref, force est de constater que des changements importants ont accompagné l’arrivée de la mine Canadian Malartic et qu’ils ont eu des effets individuels et sociaux variés à différentes étapes du projet minier. Ces changements ont été balisés par la mise en vigueur de normes gouvernementales, à différentes échelles, qui, visiblement, n’ont pas été suffisantes pour contrer les impacts sociaux négatifs subis à Malartic. Dans une perspective d’écologie politique, il est pertinent d’examiner davantage en quoi la logique de la gouvernance environnementale actuelle au Québec la rend ou non apte à prendre en compte la communauté et ses besoins lors de l’implantation d’une minière.

Des commentaires ou des suggestions pour des Idées en revues ?  Écrivez à rdutrisac@ledevoir.com.

Des Idées en revues

Chaque mardi, Le Devoir offre un espace aux artisans d’un périodique. Cette semaine, nous vous proposons une version abrégée d’un texte paru dans la revue Recherches sociographiques, 2017, volume LVIII, no 2.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

3 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 7 novembre 2017 09 h 43

    La cohésion sociale avant les profits!

    Je suis d'accord avec vous, madame Brisson. Nos gouvernements ne s'inquiètent jamais des effets néfastes de leurs décisions. Ils favorisent toujours les compagnies minières au détriment du bien commun. Ils s'enfichent carrément de l'acceptabilité sociale et de la santé des villageois qui subissent les effets des mines à ciel ouvert. L'excuse avancée pour toutes ces atrocités est toujours le même: la création d'emplois. Par contre, on néglige la santé et l'environnement avec ces projets qui détruisent la cohésion sociale. Le gouvernement devrait prendre ses responsabilités au sérieux et il doit règlementer ces compagnies minières avec des lois plus mordantes pour protéger les citadins de ces ravages.

  • Danielle Houle - Inscrite 7 novembre 2017 12 h 19

    Bien d'accord aussi!

    Les problèmes psychosociaux et de santé sont constamment mis à l'écart dans ce genre de projets. Sachez que les populations en sont affectées bien plus que le commun des mortels puissent se l'imaginer. Quant aux dirigeants-es de telles entreprises, on s'en fou tant qu'il y a de l'argent à faire et tant pis si c'est sur le dos des citoyens. Les gouvernements font la sourde oreille et ils en ont rien à cirer de l'acceptabilité sociale. Ils ne savent même pas ce que ce terme veut dire!

  • Marc Pelletier - Abonné 8 novembre 2017 09 h 41

    Projets miniers= impacts majeurs

    L'exploitation minière a toujours engendré des impacts importants d'abord sur les écosystèmes naturels et aussi sur les populations principalement lorsque ces activités se situent à proximité de ville ou village, qu'on pense à Murdochville, Labrador City, Rouyn-Noranda. La décision est toujours déchirante: un boom économique important , des emplois payants, la revitalisation de certaines communautés éloignées et parfois sans avenir mais un environnement dominé par les activités minières, le bruit, la poussière.J'espère que la majorité des résidents de Malartic était d'accord avec le projet. Dès l'acceptation du projet par les instances gouvernementales, les résidents ont un choix très difficile à faire: rester et participer au projet tout en subissant les impacts négatifs ou tenter de vendre et s'exiler.