Une dangereuse polarisation

Les courants xénophobes ignorent l’intégration bien réussie de la majorité des immigrants.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Les courants xénophobes ignorent l’intégration bien réussie de la majorité des immigrants.

Notre société de plus en plus divisée sur la question de l’immigration favorise une polarisation sociale facile à instrumentaliser. Cette tendance avantage les conservateurs de tous les courants, qu’ils soient religieux ou xénophobes.

Cette situation fait reculer le progressisme et revitalise le populisme. De ce fait, une confrontation des extrêmes droites sous diverses formes apparaît partout, créant un cercle vicieux.

 

Ce qui se passe au nom de la gauche dans ce débat est beaucoup plus surprenant.

J’aimerais parler de ce phénomène à travers la question de l’« islamophobie ». D’abord, il faut savoir qu’une grande partie de la population immigrante semble s’intégrer sans problème à la société québécoise. Tout en gardant une certaine spécificité culturelle, linguistique et religieuse, elle entretient une bonne relation avec ses concitoyens de tous horizons.

En parallèle, une grande partie de la population dite « de souche » semble en vraie harmonie avec des gens de diverses origines. Mais ce ne sont pas ces gens-là qui font les manchettes.

Les courants xénophobes ignorent l’intégration bien réussie de la majorité des immigrants et instrumentalisent cet enjeu en utilisant l’argument de la non-intégration d’une infime minorité plus visible. […]

Pourtant, une bonne partie des gens venant de l’extérieur, récemment ou non, semble plus laïque et progressiste que la majorité de ces xénophobes. Une très grande majorité de ces immigrants ont fui leurs pays en raison des conflits sociaux et des répressions religieuses. Ici, ils n’aspirent qu’à s’intégrer et à réussir leur vie, en surmontant avec hardiesse d’innombrables obstacles liés au phénomène de l’immigration.

Une intégration compliquée

 

Toutefois, trois groupes distincts compliquent, chacun à sa manière, cette intégration.

D’une part, le rejet des xénophobes leur crée énormément d’obstacles. D’autre part, ils se sentent étouffés par les conservateurs de leurs propres communautés, dont les pressions rendent plus difficile l’intégration. Et finalement, les nouveaux arrivants se sentent incompris, voire délaissés par des gens qui se disent plus progressistes, ouverts et défenseurs des droits des minorités.

Défendre les droits des minorités d’une manière simpliste peut parfois avoir un effet pervers : un relativisme culturel qui ne fait que favoriser le conservatisme

En voulant combattre la xénophobie, ce groupe dit progressiste tombe parfois dans le simplisme. Ignorant la complexité de l’enjeu de l’islamophobie, il part en guerre au nom de la défense des immigrants et surtout des musulmans.

Ceci est très noble. Mais défendre les droits des minorités d’une manière simpliste peut parfois avoir un effet pervers : un relativisme culturel qui ne fait que favoriser le conservatisme. Par exemple, je lutte fortement contre la discrimination dont sont victimes les femmes voilées, que certains veulent exclure de l’espace public au nom de leur libération. Je déplore le fait que les personnes d’origine musulmane qui s’affichent soient automatiquement considérées comme islamistes et suspectes. Je lutte également pour l’acceptation du pluralisme. Je fais également des efforts pour mettre en évidence la richesse de la diversité. Mais je ne fais jamais la promotion du hidjab ou du voile intégral, et encore moins la promotion des croyances religieuses. Je défends le droit de toute personne religieuse à pratiquer sa religion sans contrainte, comme j’aimerais qu’on protège mes droits de pouvoir vivre sans croyance religieuse. Mais ceci ne doit pas m’empêcher de décortiquer toutes les religions, et surtout les institutions religieuses et leurs effets répressifs sur les individus.

Un manque d’appui

Et je ne me sens pas appuyé, dans cette critique, par ceux qui prétendent lutter contre l’islamophobie.

Pour certains d’entre eux, toute critique du conservatisme religieux ou du communautarisme devient islamophobie, racisme ou xénophobie. Si on ose dénoncer les conditions déplorables des femmes et des enfants dans nos propres communautés et l’exploitation des nouveaux arrivants par leurs propres diasporas et coreligionnaires, on nous accuse de faire le jeu des racistes et des xénophobes. Pourtant, les personnes immigrantes subissent également d’énormes injustices de la part de leurs propres communautés, voire de la part de leurs propres familles.

Il existe aussi une attitude très paternaliste de la part d’une gauche bien pensante. On nous souhaite « bon ramadan » et de bons voeux pour des fêtes religieuses sans savoir qu’une bonne partie des gens venant des pays musulmans ou nés dans des familles musulmanes ne sont pas plus pratiquants que la majorité des Québécois nés dans des familles catholiques. Imaginez-vous si je souhaitais « bon carême », « joyeuses Pâques »… à ces mêmes amis de gauche défenseurs des immigrants. […] Ces gens dits de gauche ne veulent même pas qu’on garde les traditions catholiques, mais ils veulent bien assigner aux immigrants leurs identités religieuses.

Il y a donc de bons immigrants pour les défenseurs des immigrants : ceux qui veulent projeter une certaine image conservatrice de leur communauté. Ce faisant, d’une part, on risque de pousser les gens de certaines communautés dans les bras des conservateurs de leurs communautés et, d’autre part, les Québécois dits « de souche » dans les bras des xénophobes.

Les gens ordinaires d’origine immigrante et surtout les progressistes doivent donc combattre les xénophobes, mais ils doivent également faire face aux pressions de la part de leurs propres camarades dits progressistes. Quand on ne veut pas se laisser assimiler, on subit les pressions des gens des droites nationalistes et surtout des xénophobes. Et quand on veut s’intégrer à la société québécoise, certains membres de nos communautés d’origine nous accusent d’être devenus trop « québécois ». Malgré tout, nous décidons de combattre à la fois les xénophobes et les conservateurs communautaristes. […] Dans cette mission déjà très ardue, on ne se sent ni appuyés ni compris par une partie de nos camarades dits de gauche.

[…]

Nous, progressistes ordinaires chez les immigrants, nous sommes pris en sandwich entre trois groupes prétendument adverses, mais qui ne font que faciliter la montée du conservatisme, de la droite et de l’extrême droite. Pendant ce temps-là, les capitalistes font des profits en étendant leurs empires selon la politique de diviser pour mieux régner.

Ne serait-il pas temps de s’unir pour combattre simultanément les xénophobes, les conservateurs, les intégristes, les homophobes, les misogynes et les exploiteurs capitalistes au lieu de se laisser piéger dans le dangereux jeu de la polarisation ?

À voir en vidéo