L’art de mentir en distillant à petites doses des informations incomplètes

La stratégie des sociétés gazières et pétrolières: ne jamais exposer toutes les étapes qui conduisent à l’extraction non conventionnelle des hydrocarbures.
Photo: Mladen Antonov Agence France-Presse La stratégie des sociétés gazières et pétrolières: ne jamais exposer toutes les étapes qui conduisent à l’extraction non conventionnelle des hydrocarbures.

Récemment, j’ai assisté à une partie du procès intenté par la société gazière Gastem contre la lilliputienne municipalité de Ristigouche-Partie-Sud-Est pour lui avoir interdit de forer à faible distance des sources d’eau potable. Expérience fascinante et fort éclairante pour comprendre la stratégie communicationnelle des sociétés gazières et pétrolières.

Pour monsieur Raymond Savoie, ex-ministre libéral délégué aux Mines et actionnaire majoritaire de Gastem, les opérations de sa société ne présentaient aucun risque pour l’eau potable et la santé de la population, puisque les « sondages stratigraphiques » envisagés par Gastem n’injectaient dans le sous-sol aucune substance susceptible de contaminer les sources d’eau potable. La main sur le coeur, il se désolait pour les Gaspésiens d’une occasion manquée de devenir riches et prospères. D’un même souffle, il nous expliquait que l’objectif premier de sa société était simplement de trouver des hydrocarbures afin de « valoriser » ses investissements. Comme un chasseur qui lève une perdrix, il nous disait fièrement avoir « levé », dans sa longue carrière, au moins 100 millions de dollars pour réaliser de tels projets. Et que ce serait-il passé, si sa société avait trouvé des hydrocarbures ? Là-dessus, monsieur Savoie demeurait silencieux.

Cet exemple est fort instructif. Il nous renseigne sur la stratégie des sociétés gazières et pétrolières : ne jamais exposer toutes les étapes qui conduisent à l’extraction non conventionnelle des hydrocarbures.

M. Belleau, de Pétrolia, et monsieur Lavoie, de Junex, utilisent exactement les mêmes procédés, la même rhétorique : on ne fait que des sondages stratigraphiques, on ne fait que de la stimulation des puits, on ne fait que des tests d’injectivité, et « la fracturation hydraulique n’est pas envisagée, pour le moment ».

Cette stratégie de communication vise à endormir les citoyennes et les citoyens, à tromper leur vigilance, car, de fait, il n’existe pas de gisements conventionnels connus d’hydrocarbures au Québec. Les hydrocarbures sont soit emprisonnés dans la roche-mère, soit se sont réfugiés dans les failles naturelles du sous-sol. D’où la nécessité d’utiliser, dans le premier cas, la fracturation hydraulique et, dans le second cas, des forages horizontaux qui vont rencontrer ces failles. On fera ensuite fondre les carbonates en utilisant des acides puissants et on pourra ainsi récupérer l’or noir ou le gaz dit naturel.

Or, dans ce dernier cas, les failles vidées temporairement de leurs hydrocarbures deviennent des voies privilégiées de passage des contaminants et produits chimiques utilisés dans ces procédés industriels vers les aquifères. De même, dans le cas de l’usage de la fracturation hydraulique, les milliers de fractures créées deviendront, à leur tour, des canaux pour la remontée des contaminants vers les nappes phréatiques. Et cette remontée sera d’autant plus facile, bien qu’il soit difficile d’en établir la durée, que la zone de protection de 400 mètres prévue par la réglementation actuelle entre l’extension horizontale des forages et la base des aquifères est nettement insuffisante pour protéger les sources d’eau potable.

Le gouvernement Couillard

Le gouvernement de monsieur Philippe Couillard donne dans la même rhétorique trompeuse et utilise exactement les mêmes stratégies communicationnelles.

Combien de fois n’avons-nous pas entendu messieurs Couillard, Arcand et Heurtel nous dire qu’ils ne favorisaient pas le développement des hydrocarbures, que sans acceptabilité sociale il n’y aurait aucun projet qui irait de l’avant et que, de toute façon, la réglementation qui encadrera une telle industrie sera « la plus sévère en Amérique du Nord » ?

Or, la réalité est tout autre. Ce gouvernement a utilisé les fonds publics pour subventionner grassement l’industrie gazière et pétrolière qui, sans ce soutien massif, n’existerait même pas. Ce gouvernement n’a nullement tenu compte d’une non-acceptabilité sociale que deux rapports du BAPE ont clairement exposée, que de multiples manifestations, protestations et pétitions ont montrée et qu’un sondage a confirmée.

Ce gouvernement a aussi adopté, sous le bâillon, en prétextant une urgence imaginaire, un cadre législatif qui favorise indûment cette industrie et qui viole les droits fondamentaux des citoyens et des nations autochtones et métisses, alors qu’il n’a jamais mis en vigueur cette législation par la suite.

Ajoutant ensuite l’injure à l’outrage, ce gouvernement a proposé récemment un cadre réglementaire complaisamment copié sur celui de l’Alberta et d’autres États pétroliers, sous réserve de quelques « améliorations » cosmétiques bonnes à satisfaire les naïfs, et élaboré par des ingénieurs qui, de l’avis de leur propre syndicat, sont incompétents sur cette question. Pendant ce temps, un certain David Heurtel joue les protecteurs du public en brandissant un règlement qui nie la réalité, est fortement critiqué par une large partie de la communauté scientifique et rejeté par plus de 300 municipalités québécoises qui représentent près de 4 millions de citoyens et de citoyennes.

Voilà qui en dit long sur l’honnêteté intellectuelle de ces matamores du développement gazier et pétrolier québécois et d’un gouvernement qui est à leur botte.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

9 commentaires
  • Michel Laforge - Abonné 2 octobre 2017 06 h 36

    Voilà une belle explication

    En voilà une belle explication du réel danger que représente l'extraction des gaz schistes par fracturation hydraulique qui satisfasse le chimiste que je suis.

    De plus, le mystère est enfin dévoilé sur les prétendus produits chimiques qu'eux seuls connaissent. Ce sont des acides forts, très forts qui viennent percer le schistes en libérant d'énorme quantité de CO2.

    Merci M Langelier.

  • Jean Jacques Roy - Abonné 2 octobre 2017 09 h 49

    Merci Monsieur Langelier

    Il est important et urgent que les intellectuels et les gens de sciences se lèvent et démasquent les demi-vérités pour ne pas dire les mensonges avec lesquels les pétrolières essaient de berner la population.

  • Linda Dauphinais - Inscrit 2 octobre 2017 11 h 42

    Merci M. Langelier

    de nous éclairer par cet article qui nous révèle encore des éléments nouveaux absolument injustifiables pour un gouvernement supposé représentés les citoyens et non les compagnies quelles qu'elles soient... C'est une honte... EXTRAIT: ''Or, la réalité est toute autre. Ce gouvernement a utilisé les fonds publics pour subventionner grassement l’industrie gazière et pétrolière qui, sans ce soutien massif, n’existerait même pas. " Nos fonds publics utilisés pour subventionner une industrie privée qui aurait du être en réalité la SOQUIP qui avait la mainmise sur le sous-sol québécois mais dont la phase 1 de démantèlement de tous nos acquis sociaux avec Charest vous vous souviendrez, avait retiré toute vie à cet SOQUIP et vendu les claims à qui en voulait bien... http://meteopolitique.com/Fiches/gaz/documentation

  • Anne-Marie Isabel - Inscrite 2 octobre 2017 12 h 11

    La désinformation

    Le gouvernement Couillard est devenu un spécialiste de la « non-information », de la
    « désinformation » et du « Trumpfisme ». On ne peut accorder aucune confiance à ce gouvernement de menteurs expérimentés. J’ai peur qu’on fasse du Québec un autre Texas, un autre Oklahoma ou d’autres états ou pays qui paient très chèrement leur recherche d’or noir, alors que de nouvelles sources d’énergie , elles renouvelables et sans danger, sont à notre portée. Il faut être complètement inconscient pour ne pas voir les ravages qu’on a fait subir à la planète terre et qu’on lui fait encore subir au nom de l’argent. Merci M. Langelier pour cet éclairage que vous nous apportez, à ceux qui comme moi ne sont pas spécialistes, ni scientifiques, mais qui aiment profondément leur terre mère qu’on dénature sans vergogne.

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 2 octobre 2017 20 h 24

      Oui,ce Couillard et ses amis sont tellement stupides qu'ils font réellement pitié.
      L'ignorance a chercher l'OR noir quitte a empoisonner l'eau nécessaire a la vie de ceux qu'ils doivent proteger de ces mafieux qu'ils sont devenus.
      "plus de fric,plus de pouvoir".Une vraie honte.

  • Daniel Bérubé - Abonné 2 octobre 2017 12 h 12

    Et de plus,

    considérant le passage de ces résidus pétroliers ou autres par les failles occasionnées par la fracturation, sans considérer les failles naturelles déjà existantes, peut-être plus grandes donc en en laissant passer plus, un autre point majeur est ici à considérer:

    Les tuyeaux permettant d'atteindre cette roche mère, qui est SOUS les nappes phréatiques, auront une durée de vie limité, approximativement 40 ans. Quand ces tuyeaux seront perforé par la rouille, leur emplacement dans les nappes phréatiques laisseront échapper dans l'eau de ces nappes leur contenu. Ici, il est primordial de considérer cette eau sous terre, à l'abris des résidus de surface, DONC étant les dernières réserves d'eau potables PROTÉGÉES de par leur emplacement. Pourtant, des personnages comme Couillard, connaissent de par leurs études poussés (médecine) l'importance de l'eau pour toute forme de vie sur terre. Donc ils ne peuvent agir dans une soit disant "ignorance" de la chose. Je les considère donc comme des personnage "vendus", ou acheté, et pour quelque chose de simplement matériel (argent), deviennent catégoriquement immoral, ... je cherche d'autres mots, mais il n'en existe pas pouvant décrire la bassesse d'une telle façon d'agir. Certains diront ils sont moins que rien, mais non, c'est pire que ça: car du "rien" ne ferait rien, mais eux agissent avec une inconsidération de leurs gestes sur les enfants et les générations futures. Hitler aura enlevé la vie a quantité d'humains, de femmes et d'enfants en les tuant, mais ici, de tels dirigeants politiques auront enlever le droit à l'existance même à des générations et des générations à venir !

    Le language humain est devenu trop limité pour pouvoir exprimer en profondeur, décrire la porté de tels gestes. De plus, il faut s'attendre à ce que si la population tente de défendres ses droits en ce sens, la police et forces de l'ordre, sous ses ordres, viendra collaborer à la perditions de ces droits, ceux de la vie...