Formule E: champions de rien du tout

«Étant donné que l’audimat du championnat de Formule E représente le vingtième de celui de la F1, il est peu probable que le projet soit économiquement viable», remarque l'auteur.
Photo: Yann Coatsaliou Agence France-Presse «Étant donné que l’audimat du championnat de Formule E représente le vingtième de celui de la F1, il est peu probable que le projet soit économiquement viable», remarque l'auteur.

La Formule E est un exemple frappant de la façon dont les termes « développement durable », « environnement » et « retombées » peuvent être galvaudés par des dirigeants — secteurs public et privé confondus — essayant de convaincre la population de leurs projets mégalomanes douteux.

Dans une course d’automobiles, qu’elle soit électrique ou non, la part des gaz à effet de serre (GES) provient principalement de tout ce qui entoure la course. Pensons, par exemple, aux déplacements des véhicules d’un pays à l’autre, à l’entretien d’une piste de course, à la construction des véhicules, etc.

Selon une étude publiée en 2010 par Trucost, la pollution émise par la course elle-même est marginale (0,3 %). On peut bien argumenter que les pneus de la Formule E émettent moins de particules que ceux de la F1 et que la pollution sonore est moindre, la vérité est que cela n’a pas de réel effet.

Malgré toute la bonne volonté du monde, prendre trois semaines pour monter et démonter une piste où vingt équipes provenant de partout dans le monde feront tourner des automobiles en rond génère énormément de pollution, comme toute forme d’événement de cette ampleur. Il faut donc arrêter de prétendre que cette course est une course verte.

Pour l’instant, il n’y a pas d’estimations des retombées économiques de l’événement, mais on peut supposer que celles-ci seront bien moindres que celles du Grand Prix de Montréal de la F1, qui sont déjà relativement faibles. La firme Ad Hoc a calculé qu’en 2015, le Grand Prix de la F1 aura permis de générer en taxes et impôts des revenus pour le Québec et le Canada de 8,1 millions de dollars, soit près de la moitié des subventions octroyées.

Étant donné que l’audimat du championnat de Formule E représente le vingtième de celui de la F1, il est peu probable que le projet soit économiquement viable. Surtout lorsque l’on voit que la Ville de Montréal investit 24 millions dans ce projet dont seulement 5 millions sont alloués à des travaux réellement nécessaires. Le tout en achetant des barrières (décorées d’immenses logos de la Ville) d’une valeur de 7 millions qui auraient pu être louées au coût de 400 000 $ (sans les immenses logos de la Ville, on comprendra bien). Bref, le projet est loin d’en être un de gestion publique et de développement économique viables. Au mieux, cela permettra une certaine visibilité à l’international, mais quelque chose me dit qu’on pourrait aisément s’en passer.

«Vendre» la cause

Rappelons que la course se tiendra au coeur du quartier Centre-Sud de Montréal, un des quartiers les plus pauvres de la ville. Il est sympathique d’offrir des billets aux résidants qui sont touchés par le tracé, mais la réalité est que la vaste majorité des habitants du Centre-Sud ne pourra pas se payer le billet d’entrée pour la course, dont les travaux les empêchent de dormir et de se déplacer depuis trois semaines.

Pendant ce temps, on fera parader des vedettes sur le tapis rouge et des jeunes femmes en petite tenue au centre-ville dans l’espoir de « vendre » la cause environnementale.

Soyons francs, ce projet est avant tout une volonté de positionner Montréal comme une ville branchée sur l’avenir du transport. Or, si on considère que la Ville ne donne pas un accès équitable au transport en commun et que l’on estime à plus de 26 millions les heures perdues dans le trafic, il semble clair que la métropole présente tout sauf une image de transition.

Alors que Montréal possède tous les outils pour devenir une véritable ville modèle en transition écologique, il est triste de voir que nos dirigeants investissent temps et argent dans du fla-fla glamour pour une question d’image.

À voir en vidéo