Et si de Gaulle revenait?

«Ayant gouverné la France depuis 10 ans à travers des difficultés majeures, [de Gaulle] n’était pas naïf en matières économiques et jugeait que le Québec tirerait son épingle du jeu», avance Jean-François Lisée, faisant allusion à l'indépendance.
Photo: United Press International «Ayant gouverné la France depuis 10 ans à travers des difficultés majeures, [de Gaulle] n’était pas naïf en matières économiques et jugeait que le Québec tirerait son épingle du jeu», avance Jean-François Lisée, faisant allusion à l'indépendance.

Il nous a tirés vers le haut. Alors que tant de forces, dans notre histoire, ont voulu nous tirer vers le bas. À 50 ans de distance, son appel est aussi actuel qu’au moment où il l’a lancé. Le Québec est, en 2017 comme en 1967, l’enjeu d’un souque à la corde vertical où des forces veulent qu’il se dépasse, d’autres veulent qu’il se marginalise.

C’était vrai à l’époque. Le geste du grand général était prémédité. Il voulait peser sur le cours de l’histoire et accompagner à très brève échéance le Québec à la table des nations. Le premier ministre Daniel Johnson, qui l’avait invité, ne venait-il pas d’être élu, un an auparavant, sous le slogan « égalité ou indépendance » ? Johnson allait-il répondre à l’appel gaullien ? Ses biographes croient que non. Mais si le général le tirait vers le haut, d’autres forces tiraient très fort dans l’autre sens.

S'il revenait aujourd'hui, de Gaulle serait sidéré de constater le paradoxe québécois

 

À Ottawa, l’alors ministre Pierre Elliott Trudeau mettait tout son poids pour que le Canada cesse de reconnaître quelque autonomie que ce soit au Québec, refusant même d’admettre son existence comme nation. Un verrou qui tiendra pendant 40 ans. Le compagnon financier de Trudeau, Paul Desmarais, qui financera sa campagne au leadership, se rend à Hawaï faire pression sur un Johnson se remettant d’une crise cardiaque. Brandissant le spectre d’une fuite des capitaux, Desmarais lui fait écrire une phrase-choc : Johnson ne construira pas de « muraille de Chine » autour du Québec. Ce sera le lendemain en une de La Presse, que Desmarais vient d’acheter.

De Gaulle croyait à la force des nations. Il avait senti au Québec une volonté d’affirmation qui ne pouvait trouver réponse que par l’indépendance. Ayant gouverné la France depuis 10 ans à travers des difficultés majeures, il n’était pas naïf en matières économiques et jugeait que le Québec tirerait son épingle du jeu. Il était prêt à lui prodiguer l’aide de son pays au besoin.

Québec libre

 

S’il revenait aujourd’hui, de Gaulle serait sidéré de constater le paradoxe québécois. Son économie s’est diversifiée et modernisée, ses exportations et son innovation ont explosé, comme son empreinte internationale. Le rapport de sa dette à son PIB est plus faible que celui de la plupart des nations. Pourtant, le premier ministre libéral du jour, Philippe Couillard, affirme qu’un Québec souverain vivrait « au moins dix ans de pauvreté » et « assécherait ses programmes sociaux ». Bref, sans la béquille canadienne, les Québécois seraient des incapables. Notons qu’aucun chef libéral québécois, ni Bourassa, ni Ryan, ni Charest, n’était allé si loin dans la négation de la capacité des Québécois à se gouverner. Pendant le référendum de 1995, Johnson fils avait chiffré la perte potentielle à 100 000 emplois, soit une hausse de trois points de chômage. Une variation assez fréquente dans l’histoire canadienne du Québec.

De Gaulle a institué, par référendum en 1958, la constitution de la Ve République, puis l’a modifiée par voie référendaire en 1962. On n’oserait donc à peine lui avouer que Trudeau, devenu premier ministre du Canada, a imposé au Québec, en 1982, contre son gré, une constitution qui a réduit son autonomie, sans la moindre consultation populaire. On serait gêné de lui avouer que les successeurs de Trudeau ont voté une loi, la loi C-20, dite de la clarté, qui donne au parlement fédéral un droit de veto sur une décision majoritaire du Québec de devenir souverain. Une loi qui affirme donc que le Québec n’est pas libre.

Quelle conclusion en tirerait-il ? C’est simple. Il nous dirait qu’il est plus important que jamais que vive le Québec libre. Et qu’on se tire, collectivement, vers le haut.

À voir en vidéo