Résister à l’idéologie de la dissolution nationale

On remarque que la question de l’indépendance du Québec est en suspens depuis quelques années déjà, et les combats qui lui étaient autrefois associés tombent dans l’oubli.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir On remarque que la question de l’indépendance du Québec est en suspens depuis quelques années déjà, et les combats qui lui étaient autrefois associés tombent dans l’oubli.

Les gens de mon âge, c’est-à-dire les jeunes adultes, sont, il me semble, en rupture avec les combats politiques de leurs ancêtres Canadiens français, récemment transformés en Québécois. Qu’on me comprenne bien, ce texte n’est pas une flèche en direction de la jeunesse, de leurs parents, des professeurs, mais bien l’expression d’inquiétudes que m’inspirent le temps présent, l’attitude de plusieurs de mes collègues universitaires et l’idéologie dominante de la dissolution nationale.

Je remarque que l’on réfléchit de moins en moins à l’intérieur de concepts nationaux pour se tourner davantage vers des cadres communautaires et individuels. Puisque la communauté nationale québécoise est, pour plusieurs de mes camarades, protégée des dangers qui pesaient autrefois sur elle, il importe maintenant de s’attarder à d’autres enjeux. Seulement, la situation du Québec, du moins sa précarité culturelle, n’est pas si différente d’antan.

Bien sûr, la Révolution tranquille est consubstantielle à plusieurs avancées et victoires, mais les problèmes de fond, ceux-là mêmes qui nous collent à la peau depuis 1760, sont toujours bien vivants. Oui, nous avons la loi 101, mais le français n’est-il pas toujours en danger ? Seul un illuminé qui accepte béatement le bilinguisme made in Montreal pourrait affirmer le contraire. La reconnaissance de la nation à l’intérieur et à l’extérieur du Canada n’est-elle pas toujours à faire ?

On remarque que la question de l’indépendance du Québec est en suspens depuis quelques années déjà, et les combats qui lui étaient autrefois associés tombent dans l’oubli. Dès lors, quelle est la place de notre jeunesse, de ma génération, dans ces combats qui font office de constantes dans notre histoire ?

Une jeunesse invisible ?

Absence de jeunes dans l’espace public ? Certainement pas ! Il suffit de penser, encore une fois, à la grève étudiante de 2012 pour prendre conscience de l’engagement de la jeunesse dans certaines affaires de la Cité. « Certaines affaires de la Cité », j’insiste sur ces mots.

Mes collègues collégiens et universitaires ne sont pas insensibles aux problèmes de la mondialisation effrénée, aux défis qu’imposent les nombreux immigrants qui choisissent le Québec comme lieu de refuge, à la défense des droits des minorités. Seulement, leur lecture de ces problèmes et de ces défis se fait trop souvent en dehors d’un cadre interprétatif dit national.

En fait, on ne pense plus le Québec à partir du Québec, de son parcours historique, de sa culture, des dangers qui pèsent encore sur notre communauté. J’avancerais que pour ces jeunes adultes, notre société n’est plus un bastion français qu’il importe de protéger de la disparition linguistique et culturelle, mais bien une société « comme les autres » qui doit se soumettre aux impératifs de l’époque.

Que sont ces impératifs ? Pour en tracer les contours, on me pardonnera cette énumération de concepts qu’il importerait de définir plus en profondeur : multiculturalisme, nous avons à nous adapter aux arrivants et non pas l’inverse ; immigration sans remise en question, c’est-à-dire qu’en aucun cas il nous est légitime de remettre en question le nombre et la nature des nouveaux arrivants ; « autoroute linguistique joyeuse », où le français est parlé seulement dans la mesure du possible.

Plus encore, en intégrant ces valeurs, plusieurs se drapent d’une vertu et d’une morale qu’ils imaginent au-dessus de toute autre idéologie. Une telle attitude rend les débats d’idées insupportables, voire impossibles. Pour s’en convaincre, on pensera aux récents problèmes de censure qu’imposent ces petits guerriers de la vertu à certains conférenciers universitaires avec lesquels ils sont en désaccord.

Prenons l’exemple de Gilles Laporte, historien aux affects nationalistes, qui n’a pu prononcer une allocution sur les célébrations du 150e de la Confédération à l’UQAM puisque les convictions qui l’habitent sont de nature nationale. Donc, non seulement le cadre national est-il délaissé, mais il semble si odieux qu’on doit le taire à tout jamais.

Évidemment, il serait hasardeux d’ancrer mon analyse dans ce seul exemple. Or, cette situation est bel et bien symptomatique de notre époque et de notre jeunesse intellectuelle. Le national est suspect, fermé sur lui-même et se doit donc d’être détruit.

Rupture

Devant ces mutations, une question nous habite. S’agit-il d’une rupture historique ou d’une mutation inhérente à toutes les sociétés modernes ? Reformulons.

Le militantisme de mes contemporains est-il en harmonie avec les combats de leurs ancêtres ou est-il de nature complètement différente ? Bien humblement, je crois que notre génération opère une cassure avec les combats nationaux d’hier.

On pense évidemment à la lutte indépendantiste et autonomiste, de moins en moins populaire chez les gens de mon âge. Cependant, l’aberration de notre époque réside dans le sort que l’on réserve à notre langue. Non seulement il n’est plus important de protéger le français, mais en plus, il est à la mode de le massacrer avec des mots anglais, des expressions anglaises et même des phrases complètes dans cette langue qui n’est pas la nôtre. Je ne parle pas ici des termes anglais qui se sont francisés et qui font désormais partie de notre langue unique.

Je dénonce le franglais, cette abomination qui pollue le parler de nombreux adolescents et jeunes adultes. Tantôt on nous explique qu’il n’y a rien d’inquiétant dans cette anglicisation, tantôt des artistes au génie douteux tentent de nous convaincre que le franglais est un gage de richesse phonétique et poétique. Bizarre époque, quand même. Alors que l’on se remémore les hommes et les femmes ayant consacré leurs vies à la défense du fait français, nous chantons gaiement sa lapidation.

Par contre, je reconnais une qualité à mes compatriotes : leur joie de vivre. N’est-il pas bon de vivre à l’époque où l’individualisme liquide toutes contraintes politiques et historiques ? Débarrassé des combats stériles d’hier, soyons simplement joyeux dans les petits plaisirs que nous offrent les libertés conquises. Même si cette « liberté d’être » correspond à un effacement de qui nous sommes, soyons heureux de renier nos ancêtres. Soyons heureux de disparaître, non ?

16 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 24 mai 2017 03 h 11

    Vive...!

    Vive la jeunesse du Québec !
    Elle est notre seul avenir commun possible.
    Monsieur Tétreault, continuez de nous bousculer, nous en avons grandement besoin...
    Mais de grâce, n'oubliez jamais de le faire de manière constructive; trop de celles et ceux qui prennent la parole finissent par s'occuper plus de leur carrière et de leur nombril que de l'intérêt collectif.
    Ne vous laissez surtout pas gagner par ce qui brille et fait briller. De tomber éventuellement dans ce travers tentant comme l'ont fait nombre de nous, mais heureusement pas tous, ne signera que notre achèvement.
    Moi, j'ai déjà mon parka depuis longtemps sur le dos, mettez le vôtre et souhaitons-nous conjointement bon vent !
    Bon vent, puisque nous savons déjà très bien "d'où ce que l'vent vient"...

    Vive la République !
    Et Vive le Québec libre, Monsieur !

  • Pierre Deschênes - Inscrit 24 mai 2017 06 h 10

    Intégrisme

    Extrait: "...en intégrant ces valeurs, plusieurs se drapent d’une vertu et d’une morale qu’ils imaginent au-dessus de toute autre idéologie. Une telle attitude rend les débats d’idées insupportables, voire impossibles." On retrouve là une des définitions de l'intégrisme.

  • Paul de Bellefeuille - Abonné 24 mai 2017 07 h 15

    Bravo

    Je vous félicite pour ce texte tout en nuance. Le Québec sera, je l'espère, toujours traversé par la question nationale tant qu'elle ne sera pas réglée. Elle peut connaître des ratés et tourner au ralenti, mais elle revient toujours nous hanter. Qui de l'une ou l'autre gagnera? La pulsion de mort ou la pulsion de vie? Je reste optimiste tout en sachant que rien ne nous est donné. IL faut lutter contre les forces politiques, même pas obscures, qui voudraient nous voir disparaître comme peuple et comme nation qui se bat pour accoucher d'un État bien à lui. Merci pour ce beau texte.

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 24 mai 2017 08 h 17

    Il faut se battre simonak!!!

    M. Tétreault,

    Merci pour ce texte.

    En réponse à votre question à la fin de votre texte, je dis qu'il faut se battre... même si on est minoritaire à le faire, même si c'est ringard, comme disent les français, même si c'est vu comme une attitude «identitaire»(comme si d'avoir une identité collective était quelque chose qui ressemblerait à du nationalisme xénophobe).

    J'espère seulement que vous n'êtes pas le seul étudiant à l'Université de Sherbrooke à penser ce que vous exprimez dans votre lettre bien sentie.

    Jean-Pierre Marcoux, citoyen de Sherbrooke
    Sociologue, Paysagiste, Randonneur

  • Serge Morin - Inscrit 24 mai 2017 08 h 18

    Pourquoi pas nous faire une chronique hebdomadaire M.Tetreault?

    • André Joyal - Inscrit 24 mai 2017 19 h 05

      J'appuie!!!!

      Oui, vous venez de prouver que, non seulement vous savez penser, mais vous savez écrire. Ce matin, après le congrès pitoyable de QS, c'est un baume que vous nous avez apporté.

      Oui, revenez-nous régulièrment.En plus, je vous invite à collaborer avec des périodiques tels L'Action nationale, Argument et autres Relations.

      Le «vieux» que je suis devenu a besoin de jeunes tel que vous.