Le «clash» des générations et la technologie

Les jeunes se sont adaptés au nouvel environnement: ils sont devenus hyperconnectés, capables d’interagir sur plusieurs réseaux à la fois.
Photo: Getty Images Les jeunes se sont adaptés au nouvel environnement: ils sont devenus hyperconnectés, capables d’interagir sur plusieurs réseaux à la fois.

En réponse à la chronique de Jean-François Nadeau « La vie rêvée des youtubeurs » publiée le 8 mai dernier.

Les vieux ne comprennent pas les jeunes, c’est une histoire vieille comme le monde, mais l’article de Jean-François Nadeau sur la vie (soi-disant) rêvée des youtubeurs me révèle à quel point l’ère du numérique a creusé ce fossé. Après avoir été témoin du succès de la youtubeuse Emma Verde, le chroniqueur a décidé de s’intéresser à ce nouveau phénomène avant d’en faire la critique virulente. Ces « stars de rien », comme il les appelle, emploieraient toujours à peu près la même formule, où « le vrai est considéré comme une accumulation permanente d’images parfaitement fausses ». Ce à quoi je répondrais FAUX. (Clin-d’oeil à la jeune génération…)

Il ne suffit pas de visionner quelques capsules YouTube pour en comprendre le phénomène. Prenons l’une des dernières vidéos de Cyprien, publiée le 20 avril dernier, qui dépasse aujourd’hui les 7 millions de vues, s’intitulant « Les vieux et la technologie 2 » (tiens, tiens !). N’importe qui pourra en tirer les conclusions suivantes : le sujet est facile, l’exécution, répétitive, le tout, sans grande profondeur, misant sur la légèreté, et comme le dit si bien monsieur Nadeau : le youtubeur utilise « un humour de surface sans conséquence ».

Et pourtant, en y regardant de plus près, la question de la technologie et du clash entre les générations n’est pas si banale que ça. J’ai souvent l’impression que mes parents et autres personnes d’âge mûr sont complètement dépassés par la vitesse d’expansion de ces réseaux, applications et plateformes qui poussent, explosent et meurent (parfois) à la vitesse de l’éclair. Les jeunes se sont adaptés à ce nouvel environnement : ils sont devenus hyperconnectés, capables d’interagir sur plusieurs réseaux à la fois. Ils ont développé des talents de monteur, de photographe, et pourquoi pas de programmateur. Leur intelligence s’est remodelée, forcément : elle a suivi le mouvement. Mais est-ce aussi désastreux qu’on nous l’annonce ? YouTube et toutes ces autres plateformes ne pourraient-ils pas représenter une nouvelle voie de réalisation et d’épanouissement personnel ? Une voie royale pour les personnes isolées, un peu retirées du monde ?

J’aimerais aussi que l’on me renseigne sur cet humour « de profondeur » qui semble tellement manquer à la génération plus âgée. En sommes-nous rendus à un point où il faut absolument défendre une cause ou dénoncer des préjugés pour prétendre au statut d’humoriste ? L’humour se définit justement par son aptitude à transformer un sujet un peu lourd et ennuyeux en quelque chose de léger et d’amusant, peu importe le sujet abordé. Quant aux youtubeurs-humoristes, ils rendent cet humour encore plus efficace grâce à la magie du montage vidéo : habile assemblage de sketchs humoristiques, de dévoilement personnel ou des deux à la fois. Par ailleurs, ces jeunes vidéastes sont loin d’utiliser toujours la même formule : on y retrouve des capsules plus intimistes, d’autres plus engagées. Certains se servent de leur chaîne pour partager leurs passions, d’autres l’utilisent pour transmettre un savoir. L’humour est loin d’être le liant commun des capsules YouTube.

Monsieur Nadeau affirme également que, sur la plateforme de vidéos en ligne, « tout ce qui est en apparence vécu est digne d’être projeté ». Et pourquoi pas, Monsieur Nadeau ? Si un être humain trouve du réconfort dans la projection de ses sentiments sur une chaîne virtuelle, et que des internautes y trouvent également du réconfort, en quoi cela serait-il un gage de malheur ?

Je voudrais aussi rappeler qu’il existe des chaînes féminines sur YouTube, parce que monsieur Nadeau ne fait référence qu’à des youtubeurs masculins, en dehors d’Emma Verde, bien sûr, qui a pourtant déclenché la curiosité du journaliste. Il existe aussi Solange, L’eau Douce, Natoo, Alys Boucher… Vous irez les voir.

Évidemment, YouTube n’échappe pas à la voracité capitaliste de ce monde, mais qui y échappe? Il y a toujours un revers à la gloire. YouTube reste un média, et un média extrêmement populaire auprès des jeunes. La publicité a toujours raffolé de ce type de média, mais il ne faut pas oublier que les youtubeurs à succès dont parle monsieur Nadeau ne représentent qu’une poignée dans ce vaste monde, et qu’on y retrouve une foule d’individus dont les vidéos n’intéressent absolument pas les publicitaires.

Qu’on le veuille ou non, YouTube est devenu un espace d’expression privilégié pour les jeunes, et dans ce monde où les nouvelles de la planète nous tombent dessus chaque jour comme si nous en étions responsables — encore une fois grâce aux technologies —, peut-être avions-nous besoin que ces nouveaux médias servent aussi un peu la cause de la légèreté, de l’intime et du plaisir.

Réplique de Jean-François Nadeau :

Je montre du doigt quelques idées sur les développements de notre société du spectacle. On me répond en parlant de l’âge de mon doigt. Mais passons sur cette rhétorique de la « génération » qui permet depuis toujours, par un effet d’accumulation de clichés, de faire fi de l’autonomie de la pensée. Une précision : je n’ai absolument jamais écrit que j’étais contre YouTube. Les supports ne peuvent bien entendu être tenus responsables du talent ou du néant qu’ils portent. Je parlais plutôt dans cette chronique du développement fulgurant d’un phénomène précis qui s’est établi sur cette formidable plateforme de diffusion qu’est YouTube. Je les appelle les youtubeurs. Un mot plus précis gagnerait à être utilisé pour mieux distinguer ces gens dont je parle et qui, à la façon d’une Emma Verde, font de la projection de fragments de leurs vies un cheval de Troie bien commode pour porter plus loin dans les consciences l’emprise déjà délirante de la consommation. Quand Geneviève Dansereau affirme qu’« évidemment, YouTube n’échappe pas à la voracité capitaliste de ce monde », je ne peux qu’être d’accord avec elle. Mais que, partant de là, elle conçoive qu’il vaut mieux ignorer la nécessité de repenser les réalités nouvelles qu’exerce l’empire marchand sur nos vies, alors là je dis non. Et je le dis en étant bien convaincu que mon très grand âge n’a pas encore trop abîmé ma raison.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

5 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 20 mai 2017 02 h 11

    La société du spectacle n'avance pas l'humanité!

    Je suis tout à fait d'accord avec Monsieur Nadeau. La marchandisation de notre société n'augure pas bien. Le fait que les jeunes vivent dans un espace virtuel en étalant leurs vies sur internet n'avance aucunement un esprit critique ou une pensée en profondeur. Et comme le dit bien Geneviève Dansereau, l'internet fourni «une voie royale pour les personnes isolées, un peu retirées du monde». Cela n'encourage pas la convivialité, l'échange ou la solidarité. La société du spectacle n'avance pas l'humanité.

  • Hélène Paulette - Abonnée 20 mai 2017 10 h 07

    Bien dit, Jean-François Nadeau

    Malheureusement, la densité de votre réplique est incompatible avec la vitesse d'expansion de l'hyperconnection. Qui a le temps de lire un texte sinon les personnes d'âge mûr...

    • Pierre Raymond - Abonné 22 mai 2017 08 h 43

      « Qui a le temps de lire un texte sinon les personnes d'âge mûr... »
      H. Paulette

      Et ajoutez à « ceux qui n'ont pas le temps » les 53% d'analphabètes fonctionnels !

  • Marc-André Laramée - Abonné 21 mai 2017 14 h 17

    À ceux qui veulent ouvrir leurs horizons...

    Comme les échanges de commentaires bourrés de préjugés engendrent rarement des réflexions productives, je me contenterai de suggérer à ceux qui voient en Youtube le fléau de la jeunesse moderne de jeter un oeil à quelques vidéos de ces chaines : Secular Talk, Yougs Turks (actualités et politique américane) et Extra Credit History (cours d'histoire).
    Vous trouverez sur ces trois chaines des informations pertinentes médiatisées de manière divertissantes, rejoignant chaque semaine beaucoup plus de jeunes esprits que celles véhiculées par nos bons vieux médias, incapables de s'adapter aux changements du onde dans lequel ils évoluent et trop content de faire l'économie d'un examen de conscience en blâmant la jeune génération pour tous leurs maux. La vérité, c'est que s'il y a bel et bien sur Youtube des contenus vides et bassement mercenaires - on trouve de ces rebuts sur chaque plateforme médiatique - il s'y trouvent aussi des chaines de qualité supérieure aux médias traditionnels, ce qu'ignorent commodément M. Nadeau et ses supporteurs.
    J'aimerais aussi souligner, concernant le débat sur "l'emprise de l'empire marchand", que je suis exposé à plus de publicité en lisant un article du Devoir (en plus de devoir payer mon abonnement et maintenant de leur faire la charité) qu'en naviguant sur les chaines d'actualité de youtube.

  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 21 mai 2017 17 h 34

    Un "choc" ...programmé

    "...peut-être avions-nous besoin que ces nouveaux médias servent aussi un peu la cause de la légèreté, de l'intime et du plaisir." (sic) Un peu...!?

    Je dirais que pour la légèreté et le plaisir ( il vous faudrait l'expliquer) ça peut se tenir... mais pour l'intimité faudra repasser...Justement,dans ce monde d'aujourd'hui, il n'y a plus d'intimité ...celle qui fait que chacun a son jardin secret ...celle qui n'appartient qu'a soi... Mais non, tout le "Monde"( incluant Pierre, Jean, Jacques) est au courant de toutes les facéties et les sordités du jour...de tout un chacun...et sur le vif.!

    Des jeunes vies, les fragiles surtout, sont chamboulées, bouleversées par ce "monde" de l'instantané à tout prix...du verbiage à tout prix.

    Il y a toujours un revers à la gloire, dites-vous...mais qu'y trouvez-vous de si glorieux dans ce monde virtuel ou semi-virtuel où la marchandisation... a les mêmes racines que celles de la mondialisation... à outrance.