Sécurité des piétons: le temps de s’afficher clairement

On ne peut que déplorer sincèrement la hausse des accidents mortels impliquant des piétons. Malheureusement, les remèdes envisagés vont probablement consister à utiliser les mêmes méthodes qui n’ont pas vraiment réussi jusqu’à présent, estime l’auteur.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir On ne peut que déplorer sincèrement la hausse des accidents mortels impliquant des piétons. Malheureusement, les remèdes envisagés vont probablement consister à utiliser les mêmes méthodes qui n’ont pas vraiment réussi jusqu’à présent, estime l’auteur.

Depuis déjà quelque temps, la question de la sécurité des piétons est à l’ordre du jour. Le récent bilan sur la sécurité routière vient ajouter des statistiques négatives, particulièrement sur le sort des piétons. Bien entendu, on ne peut que déplorer sincèrement la hausse des accidents mortels impliquant des piétons. Malheureusement, les remèdes envisagés vont probablement consister à utiliser les mêmes méthodes qui n’ont pas vraiment réussi jusqu’à présent. On peut donc s’attendre à une hausse des « opérations tickets », à l’installation de caméras rentables financièrement, mais dont l’usage n’entraine pas l’octroi de points d’inaptitude ainsi qu’à une augmentation du nombre des « publicités-chocs » consacrées à la sécurité des piétons.

Si le MTQ, la SAAQ, le « législateur » ainsi que tout ce qui grouille, grenouille et scribouille autour du sujet prenaient vraiment la question au sérieux, on commencerait par se donner une politique claire et l’inscrire dans le Code de la sécurité routière, particulièrement pour enfin se doter en priorité d’une signalisation de qualité dissipant toute ambigüité. Pour cela, nul besoin de chercher midi à quatorze heures, juste regarder ce qui se fait dans le reste de l’Amérique du Nord.

Rien que pour les passages piétonniers, ce qui inclut les passages pour écoliers, notre signalisation et notre marquage au sol sont une sinistre farce. Les panneaux « prévenant » de la présence de ces passages sont, à l’exception des panneaux de numérotation des routes, les plus petits et les moins visibles de tout notre attirail. Avec leurs dimensions de 60 x 75 cm soit 4500 cm2 et leur discrète couleur grisâtre qui ne s’anime que la nuit lorsqu’elle est frappée par les phares, ces petits panneaux sont tellement « discrets » qu’ils passent pratiquement inaperçus au milieu de la pléthore des géants qui les entourent.

Ils sont loin des énormes panneaux jaune phosphorescent en losange qui font presque le double en surface, soit 8100 cm2 (90 x 90 cm.) Et à quoi servent donc ces grands panneaux ? À nous prévenir de la proximité, oui, oui, d’une traverse de chevreuils, et aussi de motoneiges, de tracteurs de ferme, d’une sortie de camions, d’une diminution à venir de la vitesse autorisée et j’en passe. Et les panneaux informant les camions de leur route obligatoire de « transit » sont plus imposants encore avec leurs 10 800 cm2 (120 X 90 cm) mais pour informer ces mêmes camionneurs d’une traverse de piétons ou d’écoliers, on se satisfait de presque trois fois plus petit et en nombre restreint, en plus. Quant au marquage au sol, rares sont les passages où ledit marquage est bien visible.

Et il n’y a pas que les panneaux qui posent problème. À peu près partout ailleurs en Amérique du Nord, on peut voir des équipements placés au-dessus des voies indiquant et imposant de respecter un passage piétonnier situé ailleurs qu’à une intersection dotée de feux de circulation. Ces équipements sont en général éclairés et la plupart du temps dotés de boutons que les piétons peuvent utiliser pour activer le signal d’arrêt obligatoire qui donne priorité aux piétons. Malheureusement, le Québec n’a pas cru opportun de se doter de semblables outils. Pourtant, rien de mieux que la visibilité pour à la fois imposer le respect et justifier la répression en cas de délinquance. Il est en effet impossible de contester en affirmant que l’on n’a pas vu le passage piétonnier qui est alors souvent encore plus visible que les simples feux de circulation.

Alors, quand nos grands décideurs auront pris les mesures idoines au lieu de faire des discours lénifiants ou accusateurs et de chercher des moyens de piger dans les goussets des citoyens, je prendrai au sérieux leurs rodomontades sur la sécurité routière en général et piétonnière en particulier.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Claude Bariteau - Abonné 10 avril 2017 06 h 32

    Totalement d'accord.

    Le Québec, en petit gouvernement, n'a pas osé faire ce qu'il fallait faire.

    Résultat : il a surtout respecté les conducteurs de véhicule, ces dieux de la route, alors que s'imposait de protéger les piétons.

    À Longueuil, où j'habite, il y avait une traverse de piétons qui permettait de se rendre à l'épicerie Métro. Un jour, une personne fut fauchée par une conducteur aveugle.

    Une semaine plus tard, on a fait disparaître la traverse et on en a placé une autre donnant sur la rue transversale suivante alors qu'il eut été approprié de faire ce que vous suggérez.

    Ça s'appelle des économies de bout de chandelles, qui tuent à petit feu.

  • Sylvain Auclair - Abonné 10 avril 2017 07 h 07

    Ce n'est pas le problème

    Le problème, c'est qu'on ignore à quoi ces panneaux servent. Demandez à la plupart des automobilistes, et ils vous répondront qu'ils ne servent qu'à indiquer l'endroit où les piétons ont le droit de traverser, sans donner la moindre obligation aux automobilistes.

  • Marc Nolin - Abonné 10 avril 2017 12 h 47

    Tout à fait d'accord

    Votre propos va dans le sens de mes recommandations faites lors de la consultation de la SAAQ sur la sécurité routière, qui s'est tenue cet hiver. Pour consulter mon texte : https://dl.dropboxusercontent.com/u/67165938/Consultation%20SAAQ_f.pdf

  • Michèle Cossette - Abonnée 10 avril 2017 13 h 19

    Quand j'ai suivi mes cours de conduite, on ne m'a jamais parlé de ces panneaux. C'est par hasard, et beaucoup plus tard, que j'ai appris à quoi ils servaient. C'est dire...

  • Yvon Bureau - Abonné 10 avril 2017 22 h 21

    VISIBLES+++

    Cessons de porter des vêtements couleurs asphalte et trottoir!

    Vivent les lumières et le fluo+++