Verse-t-on dans l’éducation-spectacle?

Celui-ci [l'auteur] croit que les élèves devraient se faire à déjeuner à l’école comme ils le font à la maison. «On va leur enseigner ce qui est bon pour la santé et, lorsqu’ils iront en classe, ils auront eu 20 minutes de cours sur l’alimentation du petit-déjeuner.»
Photo: Associated Press Celui-ci [l'auteur] croit que les élèves devraient se faire à déjeuner à l’école comme ils le font à la maison. «On va leur enseigner ce qui est bon pour la santé et, lorsqu’ils iront en classe, ils auront eu 20 minutes de cours sur l’alimentation du petit-déjeuner.»

Le ministre de l’Éducation, Sébastien Proulx, a été pris au dépourvu quand les médias ont dévoilé le nom des trois « vedettes » qui repenseront les écoles québécoises dans le cadre du projet Lab-école : Pierre Lavoie, Ricardo Larrivée et Pierre...

La couverture de la COVID-19 et les 7 premiers articles sont gratuits.

Vous devez avoir un compte pour en profiter.

Créer un compte

?Déjà abonné? .

11 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 7 avril 2017 01 h 05

    On n'a pas besoin d'inventer la roue!

    Vous avez absolument raison, Monsieur Luc Papineau. «On nage une fois de plus dans l’improvisation.» Le ministre de l'Éducation n'avez qu'à consulter ses propres fonctionnaires qui savent très bien comment adopter les politiques les plus réussis au sein des pays scandinaves, les plus avancés en matière de l'éducation. On n'a pas besoin d'inventer la roue!

  • Richard Maltais Desjardins - Abonné 7 avril 2017 08 h 44

    A propos du curriculum


    Si les trois compères avaient proposé une revision du curriculum, on leur aurait reproché de se mêler de ce qu'ils ne connaissent pas.

    Mais comme ils ne le font pas, on leur reproche de ne pas se préoccuper de ce dont on aurait vraiment besoin.

    De quoi a-t-on besoin ? « de véritables états généraux afin de déterminer ce que l’on souhaite vraiment pour nos enfants et d’établir enfin un véritable consensus sur le rôle de l’école québécoise » ? Et quoi ? cet exercice n'a-t-il pas déjà été fait ? N'a-t-il pas abouti à l'élaboration du très ambitieux, très imparfait, très perfectible Projet de formation de l'école québécoise ?

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 7 avril 2017 09 h 10

    L'environnement école

    Si on commençait par la base, à savoir :

    - l'école est un lieu située dans une communauté, un voisinage, un milieu de vie qui devrait être «tissé serré»;

    - l'école est non seulement un bâtiment architectural dans lequel on éduque, socialise et joue, mais aussi un environnement extérieur autour du bâtiment dans lequel l'éducation, la socialisation et le jeu devrait être promu et encouragé.

    - l'école devrait être un lieu d'apprentissage, non seulement des capacités intellectuelles, mais également des capacités sensorielles et psychomotrices.
    Certains apprennent avec leur tête, d'autres avec leur corps. Certains comprennent en se le faisant dire, d'autres en faisant avec leurs mains et leurs pieds.

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 7 avril 2017 09 h 17

    L'école environnement

    Pour œuvrer dans le monde et apprécier ses merveilles,
    Il faut d’abord développer ses capacités à le ressentir et à le percevoir.
    Notre système d’éducation devrait avoir pour mission
    Le développement du potentiel global des enfants.
    Il tend cependant à privilégier celui de leurs capacités intellectuelles,
    Dans un milieu d’apprentissage aseptisé qu’est la classe,
    Avec une technologie de plus en plus ouverte sur le virtuel.

    L’école tend à être isolée des réalités sociales du quotidien.
    La fréquentation d’un environnement naturel vivant y reste marginale.
    L’éclosion de leurs capacités sensorielles et psychomotrices est négligée.
    Dans un tel système, sont dévalorisés et pénalisés les enfants
    Dont l’apprentissage préféré de la réalité est davantage kinesthésique et expérientiel.
    On en fait des cancres malgré leur intelligence différente.

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 7 avril 2017 09 h 20

    Classe nature

    Une caractéristique du milieu naturel,
    C’est d’être vivant et de se transformer
    D’un jour, d’une saison et d’une année à l’autre.
    Il procure la matière première
    Pour des activités physiques, éducatives et ludiques.

    Il est un terreau fertile pour l’apprentissage
    Des mathématiques, de la géométrie,
    La gymnastique, l’expression corporelle
    Et, bien sûr, les sciences naturelles.

    Il est source d’inspiration pour la créativité artistique.
    Il convie à la métaphore poétique
    À la peinture et à la sculpture.

    Pourquoi ce rendez-vous si souvent manqué ?