Bombardier: influence au sommet

«Pour les capitaines de l’industrie, comme Bombardier, et les barons de la finance, comme Marc Bibeau, l’influence s’achète par un jeu feutré de retours d’ascenseur» explique le député Amir Khadir. 
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne «Pour les capitaines de l’industrie, comme Bombardier, et les barons de la finance, comme Marc Bibeau, l’influence s’achète par un jeu feutré de retours d’ascenseur» explique le député Amir Khadir. 

Texte tiré d’une préface à un ouvrage collectif, Réseaux et relations, élitisme et connexions, Editions JFD, qui paraîtra bientôt pour réunir les résultats d’un colloque de l’ACFAS en mai 2016

L'argent est proche du pouvoir. Trop proche.

Le cas de Bombardier en est un exemple. Il illustre les effets produits par les liens incestueux entre pouvoir de l’argent et pouvoir politique !

Dans un savoureux et rare moment de vérité, un ancien ministre disait récemment que « les citoyens croient encore que les élus ont la capacité de décider… et depuis des décennies la capacité des élus s’est beaucoup réduite… Les lobbys sont en train d’écraser la classe politique » (Pierre Duchesne sur BazzoTV, 24 janvier 2013).

Au service des grands capitaines d’industrie et des barons de la finance, ces puissants lobbys exercent une influence immense sur les décisions économiques des gouvernements. Cela s’appelle le « développement des affaires » ! Des divisions entières y sont consacrées, souvent dirigées par des gens qui sont très proches du pouvoir politique. C’était le cas de Marc Bibeau avec Jean Charest, alors que Bibeau siégeait déjà au conseil d’administration de la principale filiale financière de Power Corp.

Cette proximité rapporte beaucoup à nos élites d’affaires. Et celles-ci, toujours bien avisées, savent se montrer reconnaissantes en retour.

Le lien entre argent et politique est souvent direct. On se rappelle le rapport dévastateur de la commission Charbonneau. Même Renaud Lachance a dû admettre qu’il existe « un lien entre le développement des affaires et le financement des partis politiques ». Ce lien rend le politique forcément inféodé au pouvoir de l’argent.

On parle d’argent, mais attention, ne cherchez pas de trace d’enveloppes brunes en retour de contrat public. Il n’y a pas de place pour ces grossièretés au sommet du pouvoir.

Pour les capitaines de l’industrie, comme Bombardier, et les barons de la finance, comme Marc Bibeau, l’influence s’achète par un jeu feutré de retours d’ascenseur, très loin des valises remplies d’argent ou des virements sur des comptes en Suisse.

La vraie récompense pour ceux qui sont au sommet de la hiérarchie politique et leurs proches exécutants vient souvent plus tard, après la fin de leur mandat.

Des premiers ministres ou des ministres clés sortent du pouvoir pour être nommés à de prestigieux et lucratifs postes de direction dans de grandes firmes d’avocats, de comptables ou de génie-conseil. On leur offre des associations d’affaires ou de copieux contrats de lobbyiste-conseil, en plus d’occuper de nombreux sièges aux conseils d’administration des plus grandes entreprises privées et publiques ! Nommez tous les anciens premiers ministres et chefs de parti récents du Canada et du Québec, à commencer par Mulroney et Bouchard, et vous les trouverez dans l’un ou l’autre de ces « parachutes dorés ». Heureusement, des exceptions notables existent, comme Jacques Parizeau, Bernard Landry et Pauline Marois, et méritent notre respect.

Les ministres d’importance jouissent des mêmes récompenses. Philippe Couillard abandonne son ministère de la Santé pour rejoindre une firme d’investissement privé… en santé. On lui offre toutes sortes de postes de prestige et des occasions d’affaires, y compris au service de KPMG-Secor, avant de lui paver la voie comme chef de gouvernement. L’artisan de sa campagne à la chefferie du Parti libéral ? Nul autre que Daniel Johnson, lui-même un ancien premier ministre, associé d’une grande firme d’avocats plongée par millions dans le secteur pétrolier, et qui de plus siège aux conseils d’administration d’une firme de finance, filiale de Power Corporation, ainsi que de Bombardier. La boucle est bouclée, sans rien commettre d’illégal. Même pas nécessaire de s’enregistrer comme lobbyiste auprès du Commissaire.

[…]

Comme on le voit avec Bombardier, les ficelles qui guident les mains des chefs d’États et de gouvernements peuvent avoir pour visée de gros contrats (métro de Montréal) ou des subventions directes (CSeries).

Mais la recherche d’influence qui se trafique au sommet vise plus souvent à façonner les grandes orientations économiques et fiscales du gouvernement. Ces orientations fournissent une source inépuisable d’occasions d’affaires, de contrats par centaines, de subventions ou d’exemptions opportunes, comme celles récemment accordées aux options d’achat d’actions. Cette exemption bénéficiera immédiatement aux six dirigeants de Bombardier et à nombre d’autres membres de la caste économique au pouvoir. C’est là le véritable « retour sur investissement » pour les Capitaines et les Barons du pouvoir économique. Ils tirent des ficelles délicatement tricotées, au point de devenir invisibles, mais parviennent à guider les décisions déterminantes pour le succès de leur « développement des affaires ».

La place de l’intérêt public dans tout ça ? Inopportun ou non pertinent. Rare, sinon absent. En fait, cette influence, que dis-je, cette mainmise agit contre l’intérêt public. Elle corrompt nos institutions démocratiques, explique nombre de nos difficultés économiques, et on pourrait même dire qu’elle est la source d’une partie de nos malheurs climatiques.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

4 commentaires
  • Nadia Alexan - Abonnée 4 avril 2017 01 h 43

    C'est la porte tournante entre nos élus et les milliardaires qui les dorlotent!

    Cette relation incestueuse entre le pouvoir de l'argent et celui du gouvernement résulte dans la montée des inégalités entre les riches et les pauvres et le 1% qui accapare la moitié de la richesse mondiale aux dépens des 99%. Ça prend un idiot pour ne pas comprendre la porte tournante entre nos élus et les entrepreneurs qui les dorlotent.

  • André Mongrain - Abonné 4 avril 2017 11 h 31

    Les compagnies se fient !

    Les grosses compagnies comme Bombardier et SNC-Lavalin au Québec se fient qu'elles sont trop importantes pour l'économie du Québec pour que le gouvernement les laisse tomber, et elles en profitent largement.
    Le fameux "Too big to fail" est ici plus vrai que jamais, et faut être vraiment naif pour croire que ces "messieurs" vont laisser tomber des millions pour nous plaire.
    Et ce n'est pas qu'ici, le meilleur exemple est les banques aux Etats-Unis en 2009 lors de la crise , causé par "eux" en grosse partie, et bien le gouvernement étais obligé de les aider , car ça aurais été pire s'il ne l,avais pas fais.
    Quand est-ce que cela va finir ??
    Je vient de lire aussi que SNC-Lavalin veux acheter une compagnie en Angleterre, et bien surprise la Caisse de dépôt et placement du Québec va investir 400 millions !!!
    Très encourageant quand on sais comment cette compagnie est bien gérée !!!

  • Jacques Patenaude - Abonné 4 avril 2017 12 h 41

    Et le Canada

    D'accord avec ce texte mais comme nous sommes toujours des contribuables canadiens, j'aurais aimé qu'il nous parle aussi des liens avec les politiciens Canadiens. Il y a en a bien plus que le seul Mulroney.

  • Linda Dauphinais - Inscrit 4 avril 2017 19 h 11

    Mal au coeur

    devant ces sans-coeurs qui ne pensent qu'à leurs goussets, qu'à leur pouvoir, qu'à festoyer entre amis de la même classe (entre guillemets)...

    Veblen Thorstein en parle de ces gens qui aiment les retours d'ascenseurs... il y a longtemps déjà... la rivalité ostentatoire:"La théorie des droits naturels de propriété fait de l'effort productif d'un individu autosuffisant et isolé, la base de la propriété qu'on lui attribue. Ce faisant elle oublie qu'il n'y a ni isolement ni auto-suffisance de l'individu. Toute la production est, en fait, une production grâce à la communauté, et la richesse n'est telle qu'en société."
    Thorstein Veblen - 1857-1929 - The American Journal of Sociology, novembre 1898

    "La distinction de l'exploit et de la besogne est une distinction provocante. Les occupations qui entrent dans la catégorie de l'exploit sont dignes, honorables, nobles ; les autres, surtout celles qui ne vont pas sans assujettissement ou soumission sont indignes, dégradantes, viles. Le concept de dignité, de valeur, d'honneur, appliqué aux personnes ou à la conduite est d'une grande conséquence pour l'évolution des classes et des distinctions de classes."
    Thorstein Veblen - 1857-1929 - Théorie de la classe de loisir, 1899

    "L'émergence d'une classe oisive coïncide avec les débuts de la propriété [.] Avec le temps, l'activité industrielle évincera peu à peu l'activité prédatrice. Les occasions de montrer physiquement sa vaillance se feront plus rares, ce qui augmentera l'importance de la preuve indirecte de cette vaillance : la propriété."
    Thorstein Veblen - 1857-1929 - Théorie de la classe de loisir, 1899

    "Du moment où la propriété fonde l'estime populaire, elle devient non moins indispensable à ce contentement de soi que nous appelons amour-propre. Dans toute société où chacun détient ses propres biens, il est nécessaire à l'individu, pour la paix de son esprit, d'en posséder une certaine quantité, la même que possèdent ceux de la classe où on a coutume de se ran