L’aide sociale et la peur de la faim

La réforme de l'aide sociale suscite l'ire d'organismes communautaires qui luttent contre la pauvreté. Une marche regroupant quelques-uns d'entre eux eu lieu à Montréal, le 9 novembre dernier.
Photo: Olivier Zuida Le Devoir La réforme de l'aide sociale suscite l'ire d'organismes communautaires qui luttent contre la pauvreté. Une marche regroupant quelques-uns d'entre eux eu lieu à Montréal, le 9 novembre dernier.

Pièce maîtresse de la session d’automne du gouvernement Couillard, le projet de loi 70 visant à réformer le programme d’aide sociale — devenu la loi 25 — a été adopté ce jeudi 10 novembre. Par les menaces qu’elle fait planer sur les personnes qui demandent une aide de dernier recours et leurs familles, la « Loi visant à permettre une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi ainsi qu’à favoriser l’intégration en emploi » doit être dénoncée.

Rappelons d’abord que cette loi crée un programme d’employabilité pour les nouveaux demandeurs d’aide sociale qui sont sans contrainte à l’emploi. Ce programme, d’une durée minimale de 12 mois, les obligera à accepter « tout emploi convenable » et à maintenir leur lien d’emploi. Chaque personne visée qui ne respecterait pas les conditions du « plan d’intégration en emploi » verrait sa maigre prestation mensuelle de 623 $ (965 $ pour deux adultes) amputée de plusieurs centaines de dollars. Celle qui refuserait de se soumettre à un tel plan serait tout simplement coupée de l’aide sociale.

Pas une garantie

Évidemment, l’obtention d’un « emploi convenable » n’est pas la garantie d’une amélioration des conditions de vie des personnes ou des familles assistées sociales. Le salaire minimum, actuellement de 10,75 $ l’heure, est bien insuffisant pour permettre à une personne, travaillant à temps plein, d’atteindre le seuil de faible revenu pourtant déterminé par l’État québécois, et d’autant plus si elle a des enfants à charge. À la lumière de ces éléments, il nous semble bien que le gouvernement libéral ait pour principaux objectifs de couper le budget de l’aide sociale et de fournir une main-d’oeuvre à bon marché aux entreprises.

Le gouvernement est donc allé de l’avant dans son approche coercitive à l’égard des personnes assistées sociales, en les menaçant notamment de couper une aide de dernier recours déjà insuffisante pour subvenir à leurs besoins essentiels. Il va sans dire qu’une telle politique contrevient à sa responsabilité de veiller au « respect de la dignité humaine » et à l’atteinte d’un « Québec sans pauvreté », deux objectifs contenus dans la Loi québécoise visant à lutter contre la pauvreté et l’exclusion sociale.

La citoyenneté sociale

Derrière cette nouvelle attaque aux droits des assistés sociaux se profile bien sûr la question sociale qui a traversé l’histoire des sociétés démocratiques depuis plus de 200 ans. Cette loi illustre la lente érosion, ressentie surtout depuis le tournant des années 1980, de ce que le sociologue britannique Thomas Humphrey Marshall (1893-1981) a appelé la « citoyenneté sociale ».

En 1949, ce dernier a prononcé une conférence devenue célèbre qui expliquait pourquoi le principe de la citoyenneté devait primer celui du marché dans une société démocratique. Pour Marshall, la citoyenneté sociale devait procurer à tous les membres d’une communauté politique démocratique les conditions minimales d’existence leur permettant de jouir de leurs libertés civiles (liberté de travailler, de penser, de circuler, etc.) et d’exercer pleinement leurs droits politiques (participation à la vie civique, vote aux élections, etc.). Cette conception de la citoyenneté sociale a été l’une des idées politiques les plus importantes du XXe siècle. Elle est toujours au coeur de la plupart des demandes citoyennes visant à réduire les inégalités sociales engendrées par le système économique.

La peur de la faim

Cette idée d’une citoyenneté sociale a représenté une rupture dans l’histoire de la question sociale en Occident. Au XIXe siècle, le développement du capitalisme et du marché du travail a été accompagné d’une politique extrêmement punitive visant à restreindre considérablement, voire même à interdire l’aide publique ou privée aux pauvres « sans contrainte à l’emploi ». Pour les capitalistes et les réformateurs convaincus de l’équilibre naturel du marché, seule la crainte de mourir de faim était un incitatif assez puissant pour convaincre les pauvres, continuellement soupçonnés de paresse, de se trouver un emploi, quel qu’il soit.

Après un siècle d’une cruelle et inefficace chasse aux « mauvais pauvres », Marshall en est arrivé à la conclusion que cette politique cynique de la faim empêchait les sociétés démocratiques de réaliser pleinement les promesses de l’égalité citoyenne. Pour lui, cette citoyenneté sociale devait garantir à chacun un minimum de bien-être économique, un droit de bénéficier pleinement des fruits hérités du travail des générations passées et donc de mener une vie à la mesure des conditions d’existence de sa société. L’aide de dernier recours à l’égard des personnes les plus pauvres ne devait donc plus relever d’une charité humiliante, mais d’un droit.

L’enjeu fondamental

On comprend alors mieux l’enjeu fondamental de cette nouvelle réforme de l’aide sociale. En rendant conditionnelle une bonne partie de l’aide de dernier recours, le gouvernement libéral vise à instaurer la peur de la faim chez les nouveaux demandeurs d’assistance et leurs familles. Dans une société démocratique, qui devrait normalement privilégier le principe de la citoyenneté à celui du marché, il faudrait plutôt défendre cette aide comme un droit social inaliénable, et même la bonifier afin de libérer enfin nos concitoyens les plus défavorisés de cette peur d’un autre âge.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

4 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 12 novembre 2016 11 h 04

    Pendant ce temps, les pays, vraiment évolués, flirtent avec la notion de "revenus minimum garanti", le revenu de base, qui assure à tous ce revenu nécessaire pour affronter la vie.

    Cela rendrait caduque tous ces déchirements, cette bureaucratie qui pourrait être affectée à œuvre plus utile!

    • Christian Montmarquette - Abonné 13 novembre 2016 10 h 02

      "Pendant ce temps, les pays, vraiment évolués, flirtent avec la notion de "revenus minimum garanti" - Gilles Théberge

      Si le revenu minimum garanti vous intéresse M. Théberge..

      Vous devriez appuyer Québec Solidaire au lieu de le combattre.

      C'est le seul parti politique qui le propose au Québec, sinon, même en Amérique.

      Christian Montmarquette

  • Nadia Alexan - Abonnée 12 novembre 2016 16 h 05

    Un gouvernement lâche et sans conscience!

    Le gouvernement Couillard est simplement lâche, car au lieu d'aller chercher les milliards de dollars de profits cachés du fisc, par les grandes sociétés, les banques et les mieux nantis, qui pratiquent l'évasion fiscale, il enlève le minimum dont les pauvres ont besoin pour survivre. À quand aura-t-on un gouvernement qui ose se tenir debout face au pouvoir démesuré de grandes sociétés, au lieu d'écraser les plus démunis davantage?

  • François Bégin - Abonné 13 novembre 2016 09 h 09

    Nous ne sommes pas des objets, mais des personnes.

    Je suis triste de constater que la faculté de médecine où Mr. Couillard a été formé a échouer lamentablement à inculquer ses valeurs clés à ce dernier: compassion, empathie, altruisme, équité, intégrité, respect et écoute. Mon père médecin pourtant lui les avait fait siennes. Sans doute, était-il allé en médecine pour les bonnes raisons. Si la base militante du parti libéral du Québec s'est éffritée ne serait-ce pas que Mr Couillard n'a pas fait sienne ses valeurs qui sont aussi nécessaire en politique? Nous ne sommes pas des objets, mais des personnes.