Lettres: Le double standard canadien

Quelques exemples récents de ce double standard dans ce pays. Ce Don Cherry qui continue de se payer la tête de tout ce qui parle français au Canada. Un Québécois (francophone, il va sans dire) aurait-il osé dire la moitié du quart de ce que Cherry s'est permis, il serait déjà devant le Tribunal pénal international pour crime contre l'humanité! [...]

Des politiciens et des universitaires québécois s'aviseraient-ils de stigmatiser de quelque manière que ce soit l'ensemble de la classe politique canadienne anglaise, on aurait droit aux qualificatifs courants: racisme, fascisme, nazisme... et quoi encore? Mais quand ça vient du Canada anglais, comme c'est le cas de la déferlante post-commandites à l'heure actuelle, il faut comprendre, il faut être raisonnable.

Mais là où le double standard devient plus dangereux, c'est dans le traitement de la chose constitutionnelle elle-même. [...] Pendant qu'Ottawa empiète joyeusement, avec nos impôts, dans les champs de compétence de la province de Québec, notre gouvernement libéral fédéraliste laisse faire. Ce faisant, d'arrangement administratif non référendaire en déséquilibre fiscal anticonstitutionnel, il modifie de facto le statu quo, rendant de plus en plus virtuel l'État québécois. La toile d'araignée d'Ottawa, qui s'étend plus loin dans les universités, les hôpitaux et les municipalités, vise à rendre pratiquement impossible la réalisation concrète de l'indépendance du Québec. Imaginez le processus de «désenchevêtrement»! Le PLQ gouverne ainsi contre moi et contre à peu près 40 % de la population québécoise, et on doit laisser faire!