Choisir la voie du renouveau

Le candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Le candidat à la direction du Parti québécois Alexandre Cloutier

Du 5 au 7 octobre, les membres du Parti québécois feront un choix déterminant pour l’avenir de notre formation politique et de notre projet de pays. L’élection d’un nouveau chef est une occasion privilégiée pour renouveler le Parti québécois et nous donner une impulsion vers l’élection de 2018.

C’est la raison pour laquelle nous, 14 députés du Parti québécois ayant fait notre entrée à l’Assemblée nationale entre 1976, pour le premier, et 2016, pour la dernière, faisons le choix du changement. Un choix qui s’incarne en la personne d’Alexandre Cloutier. Et nous invitons aujourd’hui les Québécoises et les Québécois de partout à l’appuyer également.

Choisir l’indépendance

Nous faisons le choix d’Alexandre Cloutier parce que nous avons un idéal en commun : faire l’indépendance du Québec. Nous sommes aussi persuadés que le Parti québécois doit continuer d’en être la source principale d’inspiration. Nous ne pouvons mettre de côté notre objectif collectif. Au contraire, nous devons redoubler d’efforts pour actualiser le projet souverainiste et en faire la promotion.

Nos concitoyens, en particulier les générations montantes, souhaitent que l’on réponde à leurs questions sur l’indépendance du Québec et qu’on leur explique les changements qu’elle apportera concrètement dans leur vie quotidienne. C’est ce que bon nombre d’entre eux nous demandent, régulièrement, dans nos régions respectives, de la Gaspésie à l’Abitibi-Témiscamingue, en passant par le Saguenay–Lac-Saint-Jean, la Côte-Nord, le Bas-Saint-Laurent, la Montérégie, les Laurentides, Québec et Montréal.

En ce sens, la démarche d’Alexandre, qui mise sur la participation de nos membres, le travail et la préparation d’un projet de pays concret et détaillé d’ici 2018, nous apparaît comme la voie la plus respectueuse, la plus transparente et la plus gagnante à suivre.

Choisir l’ouverture

Nous faisons le choix d’un Parti québécois résolument ouvert sur le monde et la diversité qui caractérise le Québec moderne. Alexandre Cloutier a démontré sa volonté ferme de protéger et de promouvoir notre identité, notre langue et notre culture nationales. Or, fidèle à ses convictions profondes et aux racines du Parti québécois, il l’a fait en tendant constamment la main, par la parole et l’action, aux Québécois de toutes origines. Sous sa gouverne, nous sommes convaincus que le Parti québécois sera, plus que jamais, le parti de toutes les Québécoises et de tous les Québécois, sans exception.

Bâtir un pays est un projet emballant qui doit rassembler les forces de tous ceux et celles qui ont le goût d’y contribuer. Alexandre possède toutes les qualités nécessaires pour faire le pont entre les générations. Jeune père de famille, il est merveilleusement placé, à 39 ans, pour rassembler les militants fidèles de la première heure et les jeunes souverainistes en devenir.

Choisir les idées

Nous soutenons également Alexandre Cloutier parce qu’il représente, tant par ses idées que par sa façon de les porter, une alternative réelle au cynisme et à l’austérité du gouvernement libéral de Philippe Couillard. Nous partageons ses priorités : investir massivement dans l’éducation, assurer l’égalité des chances, ramener de la justice fiscale et redynamiser le développement socio-économique sur l’ensemble du territoire québécois.

Nous sommes convaincus qu’il s’imposera pour nous mener à la victoire, dès 2018, et ainsi redonner aux Québécoises et aux Québécois un gouvernement progressiste et réformateur.

Choisir un rassembleur

Par-dessus tout, le Parti québécois a plus que jamais besoin d’un chef rassembleur, à l’écoute de son équipe et capable de tirer profit des forces de tout un chacun. Plus de la moitié de notre caucus peut vous témoigner des aptitudes naturelles d’Alexandre Cloutier pour relever ce défi.

Nous connaissions déjà ses compétences, son talent, sa détermination, son potentiel ainsi que ses qualités de rassembleur, essentielles pour assurer l’unité du parti, lorsque nous l’avons appuyé au départ. En le côtoyant de plus près dans son rôle de leader, au cours des derniers mois, nous avons découvert en lui l’étoffe d’un grand chef.

Un chef pour le Parti québécois. Un chef de l’opposition officielle. Un chef d’État pour le Québec, notre pays.

*François Gendron, député d’Abitibi-Ouest, Mireille Jean, députée de Chicoutimi, Maka Kotto, député de Bourget, Diane Lamarre, députée de Taillon, Harold LeBel, député de Rimouski, Guy Leclair, député de Beauharnois, Nicole Léger, députée de Pointe-aux-Trembles, Gaétan Lelièvre, député de Gaspé, Agnès Maltais, députée de Taschereau, Martin Ouellet, député de René-Lévesque, Sylvain Pagé, député de Labelle, Sylvain Rochon, député de Richelieu, Sylvain Roy, député de Bonaventure, Dave Turcotte, député de Saint-Jean

À voir en vidéo