Lettres: Claude Ryan trop nationaliste ?

L'annonce du décès de Claude Ryan a provoqué très peu de réactions au Canada anglais, si on en juge par les journaux de Toronto. La nouvelle a été publiée dans les pages intérieures du Globe and Mail et du Star. Le premier s'est contenté d'un article du chroniqueur politique Jeffrey Simpson et de la traduction, plutôt médiocre, d'une réflexion du cardinal Turcotte. Le second a publié un article nécrologique ordinaire ainsi qu'un éditorial, aussi court que banal, qu'aurait pu écrire un écolier du secondaire.

J'en conclus que le Canada anglais n'aimait pas ce personnage, perçu comme étant trop nationaliste. Sa vision d'un Canada composé de deux nations ne passe toujours pas. Elle est aussi tabou que l'idée d'indépendance. Voilà le grand échec de sa carrière politique: il aura lutté contre l'indépendance en faveur d'une option qui n'est pas plus acceptable ici. La vision de Pierre Elliott Trudeau demeure plus forte que jamais.