Lettres: La désaffection américaine

Intéressant, l'article de Guy Taillefer du 13 février sur l'inertie américaine. Mais les explications de Curtis Gans pour comprendre la désaffection des Américains dans les élections occultent des facteurs très importants.

Le déficit démocratique aux États-Unis ne s'explique pas tant par la désaffection du vote que par l'homogénéité des partis politiques. Voter républicain ou démocrate revient pratiquement au même, sauf lorsqu'il s'agit d'une présidence de droite religieuse, comme c'est le cas avec Bush. C'est pour cette raison que le taux de participation aux prochaines élections risque d'être plus élevé. [...]

Un autre facteur de la désaffection, amplement analysé par Noam Chomsky, est que la classe dirigeante américaine, par le biais de la monstrueuse industrie des relations publiques, a réussi à obtenir de la population une soumission presque totale aux règles imposées par le milieu des affaires. Elle a aussi travaillé très fort pour garder les citoyens américains dans un état d'apathie, d'obéissance, de passivité, d'atomisation et d'isolement. Assis devant leur téléviseur, les citoyens américains jouent le rôle de spectateurs dans lequel la classe dirigeante les confine. [...]