Lettres: Y aura-t-il un après-Ryan?

Pendant des décennies, Claude Ryan aura incarné ce qu'on n'ose même plus appeler le «fédéralisme renouvelé». De l'échec de la Charte de Victoria à ceux des accords de Meech et Charlottetown, il aura personnifié la quête du Québec pour un statut particulier. Le 9 février, M. Ryan nous a quittés, mais son rêve d'une constitution canadienne reconnaissant le Québec pour ce qu'il est l'a depuis longtemps précédé dans la mort.

Le décès de cet homme aux valeurs authentiquement libérales est une occasion de constater à quel point son actuel successeur à la tête du PLQ n'a absolument rien en commun avec lui. Tout autant, les premiers gestes de Paul Martin à titre de premier ministre du Canada nous obligent à faire face à une autre exaspérante réalité: Claude Ryan a eu beau passer sa vie à condamner les ingérences fédérales dans les champs de compétence du Québec, rien ne semble avoir changé, en cette matière non plus. Se pourrait-il que nous soyons passés maîtres dans l'art de radoter sans jamais rien régler?