Québecor et le gros Miron

Québecor a récemment envoyé une mise en demeure à la petite équipe du Journal de Mourréal qui exige leur fermeture.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Québecor a récemment envoyé une mise en demeure à la petite équipe du Journal de Mourréal qui exige leur fermeture.

Connaissez-vous Le Journal de Mourréal ? Oh désolé… Avez-vous lu Le Journal de Montréal ? Si c’est le cas, c’est peut-être que vous êtes un lecteur ordinaire et pressé.

Québecor a récemment envoyé une mise en demeure à la petite équipe du Journal de Mourréal qui n’exige rien de moins que sa fermeture. Apparemment, ça pourrait créer de la confusion chez les lecteurs ordinaires et pressés.

Dans le bon vieux temps, quand le gros Miron voulait 5 $ pour son lunch, il avait seulement à rentrer le p’tit Vézina dans les cases et à le tabasser jusqu’à ce que l’argent sorte… un peu comme une machine distributrice qui a une boîte de Smarties pognée de travers.

Mais aujourd’hui, à l’ère des réseaux sociaux, c’est l’école au complet qui regarde le gros Miron fesser sur un plus faible. Au bout du compte, il aura probablement son 5 $ mais il perdra quelque chose de bien plus important : le respect de ses camarades.

Cette poursuite, qu’on pourrait qualifier de poursuite-bâillon, me fait penser à deux cas récents qui me donnent de l’espoir. Au Canada, il y a eu Industries Lassonde, les fabricants des jus Oasis, qui ont poursuivi Deborah Kudzman, fondatrice de Olivia’s Oasis, qui vendait… des savons à l’huile d’olive. Aux États-Unis, c’était The Honest Company, l’entreprise de l’actrice Jessica Alba, qui a poursuivi une maman blogueuse qui avait nommé son blogue The Honest Toddler. Au bout du compte, les deux géants ont trouvé plus sage de retirer leurs poursuites à cause du déluge de protestations sur les réseaux sociaux.

J’observe présentement la même dynamique qui s’installe. Nous sommes seulement dans les premiers jours du combat et déjà, on voit que les réseaux sociaux se mobilisent. Allez voir la page Facebook du Journal de Montréal. Facebook nous permet de noter leur page de 1 à 5 étoiles. Déjà 21 000 personnes ont exprimé leur mécontentement depuis mardi en leur donnant une belle note de 1 étoile.

Aussi, sur chacun des articles publiés sur cette même page, des défendeurs du Journal de Mourréal laissent des commentaires comme « #censure » ou « Vive la liberté d’expression », ou mon préféré : « Lecteur ordinaire ».

Finalement, il y a une campagne de sociofinancement et les recettes d’un des spectacles-bénéfices de Mike Ward qui couvriront en tout ou en partie les frais juridiques.

Ça promet pour la suite. Mais honnêtement, j’espère qu’il n’y aura pas de suite. Ça ne me tente pas trop de me taper un show « Montréal c. Mourréal ». Les poursuites judiciaires, ça affecte « le mental » et le mental, c’est ce dont on a besoin pour créer. L’équipe du Journal de Mourréal pond chaque semaine des petits bijoux. Le genre d’article qu’on lit, qu’on rit fort (c’est difficile de faire rire fort à l’écrit) et qu’on partage. [...]

Chère Québecor, ne soyez pas celle qui étouffe cette créativité. Si vous continuez votre poursuite jusqu’au bout, que vous gagniez ou non, vous aurez perdu. Il ne vous restera que mépris et dégoût de la part des Québécois. En vous entêtant à vouloir écraser un plus faible, vous irez contre toutes nos valeurs d’entraide et de respect. Puisque vous aurez trahi les Québécois, est-ce qu’ils considéreront alors vous poursuivre pour que vous retiriez le mot « Québec » de votre nom ?

8 commentaires
  • Gaston Bourdages - Inscrit 21 juillet 2016 03 h 45

    Et si monsieur Pierre était encore de ce monde...

    ...qu'en dirait-il ? Comment y agirait-il ? Quelqu'un.e de l'actuelle «maison» oserait le lui demander ?
    Il m'a été dit que monsieur Pierre est déjà venu en aide $$$ au «Le Devoir». Exact qu'il est ainsi agi ?
    Est-ce ici une question d'épiderme dit égo ?
    S.v.p., excusez-la: «C'est tu l'égo qui grimace chez des gens de Québécor?»
    Gaston Bourdages, «Pousseux de crayon sur la page blanche»
    Saint-Mathieu-de-Rioux, Qc.

    • Hélène Paulette - Abonnée 21 juillet 2016 11 h 20

      Monsieur "Pierre" avait vendu le piano de sa mère pour se partir un "business"...

    • Michèle Cossette - Abonnée 21 juillet 2016 17 h 12

      Monsieur Pierre a offert son réseau de distribution au Devoir, c'est vrai, mais ça faisait partie de sa stratégie de combat contre La Presse. Eh oui...

  • Alain Gaudreault - Inscrit 21 juillet 2016 07 h 01

    La Paresse

    Il y avait eu la même chose avec le site humoristique La Paresse qui est devenue la pravda!

    • Benoît Landry - Inscrit 21 juillet 2016 08 h 46

      Ben oui et je trouve aberrant que certains nationalistes se justifient ainsi.

      «Si les fédéralistes peuvent se comporter en tdc, on a le droit de le faire aussi»

      @ M. Gaudreault, je ne dis pas que vous faites partie de ces nationalistes

    • Nicole D. Sévigny - Abonnée 21 juillet 2016 19 h 23

      @ BL et que certains nationalistes/fédéralistes argumentent de la sorte...

      @ JPS "...il ne vous restera que dégout et mépris de la part des Québécois"(sic) Mais qui vous dit que les Québécois pensent comme vous...Vous faites dans l'argumentaire populiste.! Relisez les commentaires émis dans le journal Le Devoir et vous verrez qu' on pense majoritairement différemment. Votre lettre aurait fait le bonheur du journal de Mourréal et autres journaux... jaunes!

  • Serge Morin - Inscrit 21 juillet 2016 09 h 02

    Texte aux analogies douteuses,mêlant tout et son contraire, pour nous tirer une petite larme de compassion patriotique.
    Et pour finir, un spectacle bénéfice de Ward,quel avancée pour l'Homme.
    Le ridicule ne tue pas mais rend bête.

  • Jeanne M. Rodrigue - Abonnée 21 juillet 2016 18 h 22

    Après les radio-poubelles les journaux-poubelles?


    Vous écrivez M. Serra que "déjà 21 000 personnes ont exprimé leur mécontentement depuis mardi en leur donnant une belle note de 1 étoile".

    50 000 personnes ont déjà marché dans les rues de la ville de Québec en soutien à Jeff Fillion et à la station CHOI-FM, dans l'affaire Sophie Chiasson. Une affaire de liberté d'expression, de mauvais goût ou tout simplement de bêtises?

    "Le journal de Mourréal" n'est quand même pas "le Canard enchaîné" ni même "Charlie Hebdo"! C'est bêtement bête. Avec des titres comme: "il se coince une gesticule dans sa porte de garage", "il pousse sa belle-mère dans l'enclos des tigres" ou encore "des éleveurs de chèvres inquiets de la venue de 25 000 Syriens", le Journal de Mourréal se frotte, à mon avis, aux poubelles.

    Mais je vous l'accorde, les gens qui le désirent ont parfaitement le droit d'être bêtes et/ou ridicules.