Lettres: L'astuce de Jean Charest

Après l'astuce sur la «clarté» référendaire selon Jean Lapierre, vient l'astuce sur la «réingénierie» selon Jean Charest.

Pour ce faire, quatre messes basses et une grand-messe sont annoncées. Consultation? Que non. Semblant d'écoute, diversion — c'est déjà commencé: visite à des enfants, désignation impromptue de 2004 «année de la famille» —, tentative de focaliser l'attention des médias sur les messages des prêcheurs qui vanteront les vertus de sa réingénierie. Pendant ce temps — il l'a annoncé au Conseil général du PLQ en fin de semaine dernière — Jean Charest gardera le cap. Démarche de marketing donc. Parce que l'information manque? Elle surabonde. Parce que le message ne passe pas? Il passe comme une tonne de brique!

Très majoritairement, les Québécoises et Québécois ne veulent pas de la réingénierie Charest qui servira surtout les intérêts du patronat au détriment des travailleuses et travailleurs en favorisant la sous-traitance et les réductions de salaires qui en résulteront. Pour ce faire, il a placé les Québécoises et Québécois devant le fait accompli en faisant adopter par la force du bâillon huit lois très contestées à la ville de Noël 2003 et maintenant il voudrait les faire participer à sa réingénierie désavouée! On comprendra pourquoi la plupart des Québécoises et Québécois n'aiment pas l'homme.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.