Lettres: Le Québec et la Bavière, des relations au beau fixe

Dans son article du 5 février sur les relations internationales du Québec depuis le changement de gouvernement, en 2003, le député Daniel Turp cite en exemple la visite du ministre-président bavarois Edmund Stoiber, en mai dernier, pour illustrer la «maladresse» du nouveau premier ministre qui aurait omis de souligner que la Bavière se nomme «État libre».

Si le premier ministre, ainsi que tout le protocole, ont employé la dénomination «État de Bavière» pour le Freistaat Bayern, ils suivent là l'usage de la Bavière même. Le mot allemand Freistaat paraît dans la constitution de la Bavière après l'abdication du monarque bavarois en 1919. Il a été choisi à cette époque pour éviter le terme Republik, d'origine française, qui aurait paru étrange dans un texte constitutionnel rédigé en allemand. La traduction fidèle en français serait donc «République de Bavière». Or, aujourd'hui, cette traduction prêterait à confusion sur le statut de la Bavière qui est un état fédéré comme tous les autres Länder de l'Allemagne. D'où la traduction «État de Bavière».

Par ailleurs, tous les gouvernements du Québec ont fait des relations avec la Bavière une priorité depuis la signature de l'accord initial intervenu en janvier 1989 entre le premier ministre Robert Bourassa et le ministre-président Max Streibl. La Bavière s'en est toujours félicitée. M. Charest a pris la relève de ces excellentes relations sans aucune hésitation en acceptant de recevoir le ministre-président Stoiber comme première visite officielle étrangère seulement quelques jours après sa nomination. Enfin, M. Charest a récemment renoué les liens politiques et économiques entre la Bavière et le Québec avec grand succès, lors de sa visite à Munich en janvier dernier.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.