Montréal qui se réveille, rayonnante

Ambiance festive au parc Jeanne-Mance, un dimanche de mai
Photo: iStock Ambiance festive au parc Jeanne-Mance, un dimanche de mai

Chère Montréal,

Ça fait longtemps que l’on s’est vues ! Je t’ai croisée ce matin, tu étais belle ! L’hiver t’a fait du bien. Tu t’es reposée ? Es-tu à jour dans les saisons de Game of Thrones ? As-tu regardé Making a Murderer sur Netflix ?

Tes rues sont grouillantes de piétons. Les amoureux de la nuit d’avant déjeunent sur les terrasses. La grande Rachel est plus « nid-de-poulée »que jamais. Fidèle à elle-même ! On s’est reconnues !

Comme toi, mis à part danser à Igloofest, je suis restée pas mal casanière. Je suis comme toi, je me réveille en même temps que les arbres. Tantôt, j’ai vu des familles faire les courses à pied. Les enfants courent mieux maintenant que leurs bottes d’hiver sont dans les boules à mites. Je croise pas mal de bedaines aussi… L’hiver, on se tient au chaud, et le printemps en témoigne toujours ! La dernière fois que l’on a jasé au balcon d’à côté, c’était Noël dernier. On troque les incandescentes pour des lunettes de soleil ! Tu étais de belle humeur, Montréal !

Tu as mis ta petite robe soleil jaune-sans-nuage-du-printemps, que tu avais achetée lors de la vente de fin de saison l’année dernière. Tu n’as pas changé ! Je te trouve rayonnante.

Ta voix est moins enrouée par rapport à cet hiver, elle est douce ! Je vois que tu as bien porté ton foulard pendant les dernières semaines ! Tu es musicale selon certains coins de rue où les pas-encore-stars-du-métro jouent aux heures d’affluence. Hier soir, j’ai ouvert mes grandes fenêtres et un violoniste s’est invité dans mon salon. À ce propos, je dois prendre note du concert gratuit en plein air de l’OSM, qui arrivera bien vite ! Les coordonnateurs de tous nos festivals doivent être dans le jus ! Le Piknic Électronik est en train de sortir ses tables sur l’île Jean-Drapeau. Ah, oui ! parlant de Jean, je vais mettre mon appartement en location courte durée pendant la F1 ! Tu organises plus de 5@iiish du jeudi ces temps-ci, tu me coûtes plus cher ! Mais tu es généreuse et créative dans tes activités, belle métropole ! Nous nous croiserons souvent ! J’ai remarqué que tu as installé les balançoires ! Les petits derniers s’y amusent avec enthousiasme en faisant grincer le métal. Ton rire d’enfant fait du bien à entendre. Je ne m’en lasse pas !

Enfin avril, tu exposes ton bleu azur bien haut, comme pour célébrer nos nouvelles voitures de métro ! Tu te refais une beauté ? Tu revampes ton look urbain ! Ne réalises-tu pas que tu es belle comme tu es, tu peux ralentir sur tous les changements à faire, tes travaux ne sont pas tous obligés d’être faits en même temps ? Je t’encourage à ne pas éparpiller et disperser tes cônes orange partout. Tu te brimes un peu, et pour cause, certains de tes amis t’abandonnent et de grandes artères commerciales mangent un peu leurs bas… Et ce n’est pas sous prétexte que c’est la saison des flip-flops et que tu as acheté de nouvelles spartiates. Mais bon, tu ne serais pas toi sans cette mauvaise herbe de plastique. Tes cônes et les pissenlits te servent de décor de tous les jours.

Je t’ai trouvée de bonne humeur ! Festive ! Animée ! C’est comme ça que je t’aime. Je t’aime toujours un peu plus la première journée du printemps. De toute façon, c’est entre autres parce que c’est le printemps ! Nous nous croisons dans la rue en nous envoyant un clin d’oeil ou un sourire. Je réalise cette journée-là à quel point tu m’as tout de même manqué dernièrement ! On se couchait tôt tantôt, faisait noir tellement de bonne heure, la motivation manquait parfois pour veiller ensemble ! Nous étions comme dues, hein ? J’ai visité d’autres villes tout aussi merveilleuses que toi, mais tu restes avec un petit je-ne-sais-quoi. Tu es comme ma girl next door. Dany Laferrière disait : « Il n’y a pas plus belle ville au monde que Montréal en été. Parce que c’est une ville qui se réveille de l’hiver. » Je trouve que c’est un compliment qui te va bien !

Tu fais ton ménage du printemps pour être prête à recevoir la visite étrangère ? Mets-toi sur ton 36, tu te feras photographier beaucoup prochainement !

Au fait, dimanche : première ponctuelle pétanque et un blanc/Ricard au parc ? Je t’appelle demain avant-midi Montréal. Ah, oui ! Amène un lunch demain, l’été dernier, tu as eu la brillante idée d’imposer des amendes à ceux qui consomment de l’alcool dans les parcs sans manger. Je comprends ton point de vue, mais tu devrais savoir que les apéros dans les parcs sont devenus une tradition. C’est dans ta culture populaire, Montréal ! Tu mets tellement d’efforts à avoir de grands espaces verts, et je te jure que nous sommes des milliers à l’apprécier. As-tu besoin d’argent à ce point ?

Bon, je te laisse ici, mon père m’appelle pour l’aider à démonter l’abri Tempo !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

2 commentaires
  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 20 avril 2016 14 h 55

    Tout baigne

    sauf Rachel et ses soeurs et les nombreux et jolis cones orange enfargeants. J-P.Grise

  • Stéphanie Deguise - Inscrite 21 avril 2016 00 h 19

    Printemps pimpant sur ironie candide

    Nous pourrons peut-être bientôt souffler de la fumée compacte sur le vert de nos beaux parcs, mais sans pouvoir accompagner nos effluves d'un verre de Jura doré.