L'amour n'étouffe pas l'Église

Si la plus grande amie de Jésus, Marie-Madeleine, était une prostituée qui s'est convertie, pourquoi les hommes d'Église d'ici et d'aujourd'hui n'auraient-ils pas parmi leurs meilleurs amis des prostituées et des gais convertis? Ces ministres du culte qui répugnent à aborder ce sujet prouvent du même coup qu'ils ne lisent plus l'Évangile, qu'ils ne connaissent pas Jésus et qu'ils ne sont pas des prêtres selon le coeur de Dieu.

L'amour ne juge pas, l'amour ne s'irrite pas, l'amour ne tient pas compte du mal, nous enseigne l'apôtre Paul. Ce dogme de l'amour mis au rancart par les hommes d'Église (qui désertent leur mission première) stipule que leurs discours ne sont plus qu'airain qui sonne ou cymbale qui retentit selon ce même apôtre.

Montréal, février 2004