Je pleure

Pourrez-vous jamais oublier la vue d'une maison qui brûle jusqu'au sol à cause d'un geste délibéré? Sentirez-vous un jour la souffrance de ce que vous avez causé? Laisserez-vous jamais couler vos larmes de chagrin? Parce que, comme vous le savez, on nous a enseigné que nous sommes tous parents et étroitement liés.

Quand je regarde autour de moi, je vois des visages glacés par la peur et la souffrance. Lorsque je prête l'oreille, j'entends des paroles de dénégation, de blâme et de rationalisation. Au fur et à mesure, mon coeur devient de plus en plus lourd et mes larmes débordent et je pleure...

Je pleure pour toi, mon frère, toi qui as mis tant de labeur pour créer un foyer pour tes enfants et ta femme.

Je pleure pour toi, ma belle-soeur, qui a perdu tous ces précieux souvenirs de tes enfants et de ta grand-mère.

Je pleure pour vous, mes petits neveux, qui avez perdu vos jouets favoris, mais surtout, je pleure parce que vous avez perdu votre sécurité, votre innocence et votre confiance dans les gens.

Je pleure pour vous, vous les enfants et les jeunes, qui avez dû regarder, impuissants, la maison de vos amis qui brûlait. Je ne peux m'empêcher de pleurer... Comprendrez-vous un jour qu'il n'est pas permis de brûler la maison d'autrui?

Je pleure pour vous, vous qui avez versé l'essence et mis le feu à la maison parce que vous avez tellement de rage et de haine en vous.

Je pleure pour vous, vous dont l'esprit a été tordu et qui êtes maintenant devenus des marionnettes pour les motards et les membres du milieu truand, assimilés à la mentalité de gang.

Je pleure pour vous, vous les hommes qui ont été manipulés à croire que le fait de brûler une maison est ce que font les guerriers (warriors); on m'a enseigné que les vrais guerriers (warriors) sont ceux qui protègent la paix.

Je pleure pour vous, vous qui vous cachez tout honteux derrière des masques. Avez-vous honte de ce que vous êtes? Lorsqu'on est fier de ce qu'on est, on montre son visage avec fierté.

Je pleure pour vous, vous qui voyez seulement ce que vous voulez voir.

Je pleure pour vous, vous que la peur paralyse et qui ne pouvez parler ouvertement contre cette violence.

Je pleure pour vous, vous qui ne prenez pas parti parce que vous vous dites que c'est de la politique. Ce n'est pas de la politique, c'est de la violence latérale, pure et laide, résultat de la haine de soi et de l'assimilation.

Je pleure pour vous, vous qui avez perdu votre esprit sain parce que vous faites usage de calmants, de drogues et d'alcool.

Je pleure pour vous, vous qui continuez à exploiter nos droits inhérents pour votre usage personnel.

Je pleure pour vous, vous dont le coeur se glace et qui éprouvez de la haine et qui planifiez le moment de la vengeance.

Je pleure pour vous, vous qui croyez que les larmes sont un signe de faiblesse. Les aînés de Turtle Island m'ont enseigné que les larmes sont un cadeau de notre créateur et que lorsqu'on les relâche, c'est un vrai signe de force.

Peut-être, lorsque justice sera rendue et que ces personnes se réformeront, que la sécurité sera restaurée et que vous, vous-mêmes, pourrez pleurer ces larmes de chagrin. Peut-être pourrons-nous alors nous parler de nouveau avec respect et entente mutuelle et se dire que c'est correct de ne pas avoir la même opinion. À ce moment-là seulement, peut-être aurai-je de l'espoir et de la confiance pour ma communauté.