Lettres: Manque de culture...

[...] Si les supports des nouvelles technologies joue le même jeu que les médias de masse, seule l'industrie culturelle aura sa place et tous les incubateurs des «nouvelles» pratiques et productions culturelles perdront de l'espace pour rejoindre leurs communautés et les publics.

La section culturelle du portail de Radio-Canada est un support novateur et un vecteur de développement des nouvelles façons d'informer et d'accompagner l'information par des interactions dynamiques avec ses usagers. La décision de fermer cette section en avril est tout à fait incompréhensible et inacceptable.

La recherche du profit immédiat de la part d'une société d'État, donc d'un «service public», ne devrait pas être la seule et unique quête. La recherche tout court, le service et la mission de réflecteur du paysage culturel le plus large, tant pointu qu'aisément accessible, devraient être — en partie — ses objectifs premiers.

Oui aux arts et à la culture, sur tous les supports, sur tous les fronts; non à la démission des médias de masse face au devoir d'informer, de sensibiliser, de découvrir, de critiquer, d'élargir nos points de vue sur le paysage artistique et culturel dans son ensemble, d'ici et d'ailleurs.

Nous soutenons la production et l'expression des pratiques des artistes et créateurs. Aux médias de masse, y compris les sites Internet d'information et d'actualités ainsi que les autres nouveaux supports de diffusion, d'en faire le relais et de s'en faire les porte-voix critiques vers le public. [...]

Pour une fois, Radio-Canada se présentait comme un fer de lance de l'accès démocratique à l'information sous toutes ses formes, de façon innovatrice et éclairée: c'était un modèle, un exemple à suivre dans la francophonie et dans le monde. La fermeture en tout ou en partie de la partie culturelle de son portail laisserait un vide, une brèche béante.