cache information close 

Un avertissement nommé Trump

Si l’éducation est nécessaire à la nuance, la civilité est essentielle pour qu’elle puisse s’exprimer. À ce chapitre, Donald Trump ne fait pas dans la dentelle.
Photo: Andrew Harnik La Presse canadienne Si l’éducation est nécessaire à la nuance, la civilité est essentielle pour qu’elle puisse s’exprimer. À ce chapitre, Donald Trump ne fait pas dans la dentelle.

Il n’y a pas plus grand maître dans l’art des déclarations-chocs que Donald Trump. Je me hasarde quand même à en faire une moi-même, sachant très bien ne pas être un rival de taille. La voici : le Canada et le Québec ont beaucoup à apprendre de Donald Trump.

Comme Québécois expatrié aux États-Unis en cette année de présidentielle, je décèle dans l’impressionnante popularité de Trump au moins trois constats, qui trouvent d’ailleurs écho dans l’actualité politique québécoise et canadienne. Donald Trump illustre brillamment pour nous la valeur de l’éducation, de la civilité et des médias dans une société démocratique. Le phénomène Trump, qui ne semble pas près de s’essouffler, ne saurait nous donner un aperçu plus vivide des effets de l’effondrement de ces trois piliers.

D’abord, la valeur de l’éducation. Le point central qui fait défaut ici ne tient pas à la nature des idées de Trump, mais bien plus à leur argumentation. Car il n’y en a tout simplement pas ! Aux oreilles de son électorat, les déclarations-chocs suffisent. Le Mexique paiera pour ce mur parce que Donald Trump le dit. À rien ne sert que ses propos atteignent la longueur du paragraphe, toutes justifications et nuances sont superflues. Le déni du savoir et de la science atteint son paroxysme quand la source de vérité n’est plus seulement la Bible (créationnisme), ni l’infime minorité de scientifiques (changements climatiques), mais bien la simple et seule parole de Trump. Si l’éducation, c’est d’apprendre à penser, à raisonner, à déceler le vrai du faux, alors le constat est que l’on doit donner priorité à l’éducation plus que jamais. Les coupes du gouvernement Couillard en éducation sont un pensez-y-bien.

Si l’éducation est nécessaire à la nuance, la civilité est essentielle pour qu’elle puisse s’exprimer. À ce chapitre, Trump ne fait pas dans la dentelle. Tout passe au tordeur : racisme, sexisme, discrimination religieuse, attaques ad hominem, propos injurieux… Le compromis est à proscrire. L’absence de nuances est devenue synonyme non plus de dysfonction, mais d’excellence. Un pays pluriel de contrastes, les États-Unis ont pourtant porté à leur tête desLincoln, FDR, Kennedy ou Johnsonqui ont su faire avancer leur pays grâce à — et non malgré — leur capacité de compromis et de nuances. Il est consternant qu’une frange considérable de l’électorat américain l’ait oublié. Voilà quelque chose qu’il faudrait rappeler à un richissime aspirant à la chefferie du parti conservateur de ce côté-ci de la frontière.

Les Américains considèrent souvent que les médias sont la quatrième branche du gouvernement. Juste considération quand on constate que ces derniers sont devenus aussi polarisés que les partis politiques qu’ils couvrent. Quand la ligne entre médias d’information et de divertissement est si fine qu’elle se confond, ce qui est gagné en cotes d’écoute est perdu en rigueur. Et au jeu des cotes d’écoute, Donald Trump est imbattable. Or, quand une société n’a plus accès à une information impartiale, factuelle, rigoureuse et commune, il n’existe plus d’espace partagé où peuvent se développer et se résoudre les discussions démocratiques. Au Québec et au Canada, le financement de Radio-Canada, la délicate situation de M. Péladeau et le mépris des médias du récent gouvernement Harper devraient être matière à réflexion.

Le philosophe et éducateur John Dewey disait que « la démocratie doit renaître à chaque génération et l’éducation en est la sage-femme ». J’ajouterais que la civilité en est la couche et les médias, le biberon.

2 commentaires
  • Jean-Pierre Martel - Abonné 2 mars 2016 07 h 52

    L'exemple de Trump n'est pas pertinent au Québec

    Même si nous nous plaignons de la corruption au Québec, elle est sans mesure avec celle qui affecte la classe politique américaine; tous les politiciens américains sont corrompus en raison du mode de financement de leurs campagnes électorales.

    Une fois élus, les membres du Congrès sont à la solde d'intérêts particuliers. Ces millionnaires -- ils le sont tous -- ne se donnent même plus la peine de masquer leur assujettissement.

    Les congressistes sont comme l'aristocratie française la veille de la Révolution, vivant dans leur bulle hypocrite et manipulant l'opinion publique avec une désinvolture qui est une insulte à l'intelligence.

    Au Québec, ce qui est fréquent, c'est le copinage. La corruption existe, mais à une échelle infiniment moindre qu'aux USA puisque la loi péquiste du financement des partis politiques (lorsqu'elle est respectée) redonne au peuple la propriété des élus.

  • Roger Ricard - Abonné 2 mars 2016 14 h 22

    Texte intelligent

    Je salue la pertinence et l'intelligence de votre texte.