Il faut résister à la tentation de la méfiance


Il faut espérer que nos concitoyens musulmans ne seront pas les victimes collatérales d’actes de terreur qui n’ont rien à voir avec eux.
Photo: Fred Dufour Agence France-Presse Il faut espérer que nos concitoyens musulmans ne seront pas les victimes collatérales d’actes de terreur qui n’ont rien à voir avec eux.

Il aura mieux valu attendre avant de se lancer dans l’analyse des événements des derniers jours. Cependant, l’histoire récente nous apprend qu’une haine n’attend pas l’autre. D’ailleurs, les intolérants de ce monde sont déjà bien actifs et prêts à faire de ce drame — qui demande pourtant recueillement, réflexion, nuance et sagesse — une occasion de renouveler un discours raciste et discriminatoire.

Nos premières pensées vont aux familles et aux amis des personnes mortes à Paris. Elles vont aussi à ceux qui ont été témoins des événements et qui en resteront marqués à jamais. Les mots ne suffiront pas, mais le monde, littéralement, vit ce deuil à leurs côtés.

Nos pensées vont également aux familles, aux amis et aux témoins des événements au Liban, au Pakistan, en Irak, au Nigeria, au Kenya et à trop d’autres endroits dans le monde. Nos médias passent plus rapidement sur les horreurs qui affectent ces communautés, notamment parce qu’elles ne sont pas occidentales. Toutes les vies humaines ont pourtant une même valeur. Voilà une difficile illustration des inégalités entre régions du monde et, peut-être, une occasion de réfléchir aux fondements des indignations asymétriques et des tristesses parfois sélectives.

Nos pensées vont aussi aux réfugiés syriens qui affluent, par centaines de milliers, parce qu’ils doivent fuir une violence qu’ils vivent quotidiennement depuis des années. Ce n’est pas malgré le terrorisme que nous devons accueillir ces réfugiés. C’est précisément en raison du terrorisme dont les Syriens sont les premières victimes que ce devoir nous incombe. Il faut résister à la tentation de méfiance et de suspicion à l’égard de ceux qui souffrent pourtant le plus. Il nous faut plutôt tout faire pour nous tenir debout, comme citoyens, contre le mouvement « antiréfugiés » qui tente d’instrumentaliser les événements de Paris pour nourrir une insécurité et un racisme grandissants.

Finalement, nos pensées vont à nos concitoyens musulmans qui, dans les prochains jours, vont — encore — payer de leur dignité et de leur sécurité pour des actes qui n’ont rien à voir avec elles et eux. Certains trouvent le moment opportun pour accuser les Québécoises et Québécois de confession musulmane et leur demander de se « dissocier » publiquement de ces actes de terreur. Or, personne, quelle que soit sa religion, n’a le fardeau moral de dénoncer les gestes de terroristes qui leur sont inconnus et qui les répugnent.

Ces personnes ont les mêmes droits que tous, incluant celui de vivre cette tragédie en silence. Elles vivent le même deuil que tous. Répondre à la haine par la haine ne peut être la voie à suivre. Nous espérons que les citoyennes et citoyens de confession musulmane ne seront pas les victimes collatérales d’actes de terreur qui ont déjà causé beaucoup trop de mal.

Il reste beaucoup à faire. Heureusement, nous avons le temps de prendre des décisions éclairées. En ce moment, l’heure est au deuil, au soutien et à la solidarité.

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

17 commentaires
  • Cyr Guillaume - Inscrit 18 novembre 2015 01 h 17

    Une manie

    Ces auteurs font encore une fois dans la même manie que certains chroniqueurs du devoir. On crie à l'intolérance, alors qu'il est parfaitement normal de se poser des questions après les, tristes, attentats de la semaine dernière.

    C'est cette espèce de loi du silence (on peut comme l'omerta anciennement), du politiquement correct promulgé par une certaine gauche québéçoise (malheureusement) qui interdit toute critique au nom du multiculturalisme. On érige celui-ci en, dogme et on interdit toute critique identitaire. Mieux on fait dans l'antiidentitaire.

    Franchement, je crois que les gens on le droit de se poser des questions, de réagir (que ce soit positivemet où négativement) et de critiquer les gens qui ont posés ces atrocités. Dans ce cas précis, il apparait que les gens qui ont causés ces drâme étaient des fanatiques et extrémistes au nom de l'islam. Franchement, je trouve fort étrange qu'aucun musulman où qu'aucune communauté musulmane ne se lève pour de dissocier à la fois de ce genre de personnes, et de l'ÉI. On a le droit de se poser des questions. La démocratie, c'est aussi ça, penser autrement, critiquer autrement, agir autrement. A chaque médaille il y a deux cotés.

    • Hélène Paulette - Abonnée 18 novembre 2015 08 h 59

      Monsieur Cyr, de nombreux musulmans se sont levés pour dénoncer.

    • Colette Pagé - Inscrite 18 novembre 2015 09 h 53

      Se pourrait-il que la communauté musulmane vive dans la peur des représailles ? Par contre, si une manifestation monstre était organisée par la communauté musulmane dénonçant ces actes de barbarie il est raisonnable de penser qu'il démontrerait l'importance du Vivre ensemble.

      À ce jour malheureusement des personnages agressifs comme Harkaoui
      envoit un bien mauvais message de l'islam modéré portant sur la tolérance, l'amour et la compassion. Trop de bons musulmans gardent le silence. Heureusement des femmes courageuses comme Madame Houda-Pépin osent prendre la parole.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 18 novembre 2015 14 h 08

      Ah oui Mme Paulette, comme...?

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 18 novembre 2015 15 h 11

      à Guillaume Cyr :

      Le Conseil suprême islamique du Canada est une organisation musulmane dont le siège social est à Calgary. En mars dernier, à l’initiative du Conseil, 38 imams canadiens ont proclamé une fatwa excommuniant l’État islamique.

    • Jean-Pierre Martel - Abonné 18 novembre 2015 15 h 21

      Guillaume Cyr a écrit : « si une manifestation monstre était organisée par la communauté musulmane dénonçant ces actes de barbarie il est raisonnable de penser qu'il démontrerait l'importance du Vivre ensemble. »

      À quand la première manifestation monstre des Catholiques contre la pédophilie de certains membres du clergé ? Le silence est-il toujours complice ? Peut-on désavouer autrement que par des manifestations monstres ?

      Je peux vous assurer que l’immense majorité des Musulmans est profondément humiliée par l’image de l’Islam que projette l’État islamique, une organisation dont l’émergence n’aurait pas été possible sans le fiasco des interventions militaires américaines et britanniques dans cette partie du monde.

    • Hélène Paulette - Abonnée 18 novembre 2015 22 h 34

      Monsieur Cyr, la Communauté Musulmane du Canada et de nombreuses autres à travers le pays et dans le monde ont dénoncé. J'ai même lu un Musulman dénoncer le Jihad dans une lettre dans les pages du Devoir...

    • Cyril Dionne - Abonné 18 novembre 2015 23 h 06

      Vous avez raison M. Cyr. Québec inclusif comme dans Adil Charkaoui. On repassera.

      Et M. Martel, toutes les religions sont des idéologies, au même titre que le marxisme, le communisme et le capitalisme.

  • Jocelyne Lapierre - Inscrite 18 novembre 2015 04 h 37

    C'est vous qui êtes prompts à juger et à accuser

    Je suis estomaquée par ce message. C'est vous qui êtes prompts à juger et à accuser vos compatriotes, alors que de tels attentats appellent justement au recueillement, et au respect du deuil de nos compatriotes, car nous vivons bien ce deuil avec les Français.

    Comment pouvez-vous, en un moment si critique, alors que la sécurité nationale, et donc de tous les citoyens français, et non seulement des musulmans, accusez si durement vos compatriotes de racisme? Et de quelle audace vous permettez-vous de dire qu'on minimise les attentats et les souffrances de peuples de pays comme le Pakistan, l'Irak, le Nigéria et autres pays affligés par le cancer islamistes et innombrables guerres tribales, alors que nos journaux sont truffés de ce genre de nouvelles, tous les jours, depuis des années? Cela ne diminuera en rien la peur de vos compatriotes qui ont le droit de s'inquiéter de leur sécurité et de la stabilité de leur pays, car ce ne sont pas vos compatriotes qui ont semé le chaos dans ces contrées lointaines.

    Pour ce qui est des flux migratoires s'élevant à des centaines de milliers, au rythme de 10 mille personnes par jour, en majorité de très jeunes hommes, oui musulmans, et provenant, en majorité, de pays autres que la Syrie, ne jugez pas les Européens avant de vous renseigner sur les graves problèmes sanitaires et sécuritaires que ces flux non contrôlés causent dans leurs pays respectifs. Les viols, par exemple, ont augmenté de plus de 1 000 % dans plusieurs de ces pays, notamment la Suède et l'Allemagne. Et l'on ose traiter de racistes ceux et celles qui dénoncent ces faits très graves et qui exigent de leurs gouvernements d'arrêter ces flux migratoires sans plus tarder? L'on ose demander de faire taire les Européens, et les Canadiens qui expriment leur insécurité face à la montée de la violence, des viols et des actes terroristes sur leur sol? Osez avoir le courage de nommer l'ennemi, avec calme et sang froid, au lieu d'accuser vos compatriotes.

  • Dominique Roy - Abonnée 18 novembre 2015 08 h 41

    J'ai peur du jour où je n'aurai plus le droit de me méfier

    Ma méfiance ne vient pas des musulmans pris individuellement mais de la religion musulmane. Une religion qui empèche les gens qui la pratique de s'intégrer raisonnablement. La croisade pour le port du niquab lors de la cérémonie d'assermentation m'en dit assez long sur l'ouverture de cette religion. Tous les jihadistes frappent au nom de la foi musulmane, ils me semble normal de s'attendre à ce que les québécois de confession musulmane se ''dissocient'' publiquement de ces actes de terreur. Ce n'est pas de la méfiance, c'est de la solidarité avec le pays d'accueil. Tout comme la violence, l'angélisme dont vous faite preuve est de mauvais conseil. L'homme n'est ni ange ni bête, disait Pascal, mais celui qui fait l'ange fait la bête. L.B.

  • Hélène Paulette - Abonnée 18 novembre 2015 08 h 58

    Si vous étiez inclusifs...

    Véritablement inclusifs, vous ne poseriez pas si facilement l'étiquette d'intolérance sur ceux qui s'inquiètent. Je vous signale que les attaques anti-musulmanes ont eu lieu dans la multiculturelle Ontario...

    • Raymond Labelle - Abonné 18 novembre 2015 13 h 14

      La mise en garde des auteurs de ce texte contre la tentation de la méfiance est en effet applicable à l'ensemble de l'Occident.

    • Cyr Guillaume - Inscrit 18 novembre 2015 14 h 11

      Et c'est aussi en ontario, qu'il y à un village où ne vivent que des musulmans avec des rus au nom de personnages important du Coran, avec des chambres séparés entre hommes et femmes. Le laisser faire du gouvernement ontarien, pourrait déborder de ses frontières éventuellement. http://pointdebasculecanada.ca/peace-village-pres-

  • Pierre Desautels - Abonné 18 novembre 2015 09 h 42

    Merci.


    Très bon texte qui résume bien ma pensée...