Gaz Métro et sa verte campagne

Il y a à peine un an, Gaz Métro a conclu une entente avec Pétrolia pour s’assurer un monopole sur le gaz de schiste issu d’Anticosti.
Photo: Junex Il y a à peine un an, Gaz Métro a conclu une entente avec Pétrolia pour s’assurer un monopole sur le gaz de schiste issu d’Anticosti.

Tout le monde a vu depuis quelque temps la campagne de Gaz Métro, très agressive, qui cherche à nous convaincre que gaz naturel et environnement vont de pair : Éole Métro, Solaire Métro, Bio Métro. Un café équitable avec ça ? Gaz métro se pose en nouveau chevalier du développement durable. Le message est clair : le gaz naturel est un gaz propre. Après tout, il est… naturel !

Or, ce que fait Gaz Métro, c’est miser sur l’ignorance des Québécois pour leur servir une entreprise de greenwashing parfaitement dégoûtante, et ce, précisément quand les forages controversés se multiplient. Il y a à peine un an, Gaz Métro a d’ailleurs conclu une entente avec Pétrolia pour s’assurer un monopole sur le gaz de schiste issu d’Anticosti. Est-il nécessaire de rappeler à quel point la fracturation hydraulique, seul processus utilisé pour l’extraction de cette ressource, est destructrice ?

Nous savons que la fracturation hydraulique génère de vastes quantités d’eaux usées contenant, entre autres choses, des particules radioactives. Nous savons que la technique est tellement énergivore qu’elle produit à peine plus d’énergie qu’elle n’en consomme et que, par conséquent, elle ne doit sa prétendue rentabilité qu’aux incohérences de notre système économique.

Nous savons aussi qu’en Pennsylvanie, une étude du gouvernement fédéral a démontré que 25 % des puits ont mené à des contaminations des sources d’eau potable, et que ce chiffre risque d’être beaucoup plus élevé ici, en raison de la faible profondeur des gisements. Nous savons enfin que les puits libèrent des quantités de méthane importantes qui, selon certaines études, pourraient faire du gaz et du pétrole de schiste des sources énergétiques au potentiel de réchauffement climatique supérieur au charbon, lequel détenait jusqu’à récemment le record de l’énergie la plus polluante.

S’associer à un processus à haut risque

On nous dira que, précisément, puisque du méthane s’échappe des puits, mieux vaut essayer d’en récupérer une partie que de le laisser s’échapper dans l’atmosphère. C’est vrai. Mais devrait-on justifier le geste de Gaz Métro sous prétexte que les forages pétroliers d’Anticosti libéreront de toute façon le précieux gaz, ou ne devrait-on pas tout bonnement interdire les travaux de Pétrolia ? Ce qui est sûr, c’est qu’à partir du moment où Gaz Métro s’associe à un processus à haut risque qui a toutes les chances de transformer Anticosti en désert huileux, l’entreprise perd toute crédibilité environnementale.

Surtout que les investissements de Gaz Métro dans le gaz non conventionnel ne s’arrêtent pas là. En effet, une proportion importante du gaz vendu au Québec provient des puits de gaz de schiste forés en sol américain. Quelle proportion ? Difficile d’avoir des chiffres précis, Gaz Métro refuse de les divulguer. En revanche, on sait que la quantité de biométhane injectée dans le réseau — ce fameux « Bio Métro » dont l’entreprise veut faire sa marque de commerce — est extrêmement marginale : environ 0,5 % actuellement, avec un potentiel de 5 à 10 % à long terme.

À l’heure du réchauffement climatique, le mot « naturel » a bon dos. Je m’étonne d’ailleurs que Shell n’ait pas encore pensé à nous vendre du « pétrole naturel », voire du pétrole bio. Parce qu’après tout, le pétrole est un produit de la nature, non ?

Les efforts de Gaz Métro pour développer les énergies renouvelables sont louables, mais tant que l’entreprise continuera à détruire d’une main ce qu’elle construit de l’autre, nous devrons reconnaître ces efforts pour ce qu’ils sont : un coup de pub.

À voir en vidéo