Lettres: Le gouvernement du Québec se déshonore

La désolante position du ministre Chagnon, qui a «réglé» la crise de Kanesatake en pactisant avec les putschistes et les factions qui n'hésitent pas à utiliser la violence pour faire régner leur loi du silence, fait honte aux citoyens québécois. Quel message notre gouvernement vient-il d'envoyer aux Premières Nations? Il revient à dire «ne tentez pas de lutter contre le crime organisé et les forces occultes qui étouffent vos réserves, car nous vous laisserons tomber et achèterons la «paix» avec les fauteurs de troubles». Au secours!

J'ai mal au coeur en pensant au grand chef James Gabriel. Non seulement doit-il cacher les membres de sa famille pour éviter que la petite pègre ne les mette à mal, mais alors même que ces forces occultes ont mis le feu à sa demeure, le responsable de la Sécurité publique du Québec (sic!) ajoute aux exactions dont il est victime par la trahison de l'État, en remettant le pouvoir à ceux-là mêmes qui violent les principes démocratiques et cherchent à prendre le contrôle en renversant ceux qui ont été légitimement élus pour diriger la réserve.