Le Québec, champion canadien du bilinguisme sous toutes ses formes

À l’instar de votre chroniqueur Jean-Benoît Nadeau (« La langue des affaires », Le Devoir, 10 août 2015), je me suis toujours opposé à l’équation simpliste voulant que l’anglais soit LA langue des échanges commerciaux avec l’extérieur. On croit devoir absolument faire des affaires en anglais pour vendre un produit ou des services, peu importe la langue du client. On va même jusqu’à laisser entendre que tous les employés d’une entreprise qui exporte doivent parler l’anglais.

Considérant que « tous les bilinguismes » sont utiles, M. Nadeau propose la création d’un « indice du bilinguisme ». Bien que cet indice n’existe pas comme tel, nous ne partons pas de zéro. Dans Les caractéristiques linguistiques de la population du Québec que j’ai analysées et décrites pour l’Office québécois de la langue française (2011), j’ai pu constater une progression généralisée de la connaissance du français, de l’anglais et des langues tierces au cours de la décennie 1996-2006.

En 10 ans, la proportion de Québécois sachant parler le français et l’anglais est passée de 37,8 % à 40,6 %. En ce qui a trait aux langues tierces, la connaissance de l’espagnol a poursuivi sa progression, passant de 191 000 locuteurs en 1996 (2,7 %) à 291 000 en 2006 (3,9 %). C’est d’ailleurs la seule langue tierce qui s’étend à l’ensemble du Québec, soit bien au-delà des communautés hispanophones de la région de Montréal.

Cet ouvrage ne fait pas état de tous les bilinguismes. Essentiellement axé sur le bilinguisme de type « français-anglais » cher au Canada, il néglige tous les cas de bilinguisme impliquant le français et une langue tierce. De même pour ceux qui peuvent s’exprimer en anglais et dans une langue tierce. Enfin, toute personne sachant parler deux langues tierces n’est considérée comme bilingue que si elle parle aussi le français ou l’anglais.

Le bilinguisme en 2011

 

Tirant profit du dernier recensement canadien et de l’Enquête nationale auprès des ménages de 2011 (ENAM), que l’on trouve sur le site Internet de Statistique Canada, j’ai été en mesure de calculer l’indice du bilinguisme suggéré par Jean-Benoît Nadeau. L’ENAM, qui a remplacé le questionnaire détaillé des recensements précédents, permet de compléter le recensement à propos de la connaissance des langues tierces.

Le recensement de 2011 révèle que 51,5 % de la population du Québec était unilingue, 40,8 % parlaient deux langues, et 7,6 % pouvaient être considérés comme trilingues. Au total, 48,4 % des Québécois étaient donc au moins bilingues (en incluant 2 % des répondants qui ont mentionné plus d’une langue maternelle). Ensuite, les données de l’ENAM permettent de trouver, parmi les quatre millions de Québécois considérés comme unilingues, un peu plus de 80 000 personnes qui connaissaient une langue tierce en 2011. Ce qui porte l’importance du bilinguisme — de tous les bilinguismes — à 49,4 % de la population.

Un ajout d’à peine plus de 80 000 personnes pour mesurer tous les types de bilinguisme pourrait décevoir. M. Nadeau n’espérait-il pas un indice atteignant les deux tiers de la population ? Il n’est pas impossible que les refus de répondre à l’ENAM (plus de 22 % !) aient amené une quelconque sous-estimation. Une meilleure explication se trouve plutôt du côté des nombreux bilingues de type « français-anglais » qui connaissent aussi une langue tierce. Parmi ces très nombreux bilingues, l’ENAM permet de calculer que 215 200 personnes savaient aussi s’exprimer dans une langue tierce en 2011. Déjà comptabilisées, on ne saurait les compter en double.

D’aucuns ont déjà fait remarquer l’importance du Québec dans le bilinguisme pancanadien. Or, il en est de même pour le nouvel indice du bilinguisme, car à l’extérieur du Québec, il s’élevait à 33,7 % de la population. C’est près de 16 points de moins qu’au Québec ! Bref, champion du bilinguisme du type « français-anglais » au Canada, le Québec l’est aussi de tous les types de bilinguisme.

À voir en vidéo