Les aménagements d’Hydro-Québec n’ont pas d’impact sur la baie d’Hudson

Photo: NOAA Agence France-Presse

L'allégation rapportée par la journaliste Caroline Montpetit dans son article intitulé « Nunavik : le réchauffement climatique visible à l’oeil nu » (3 août 2015), selon laquelle les aménagements hydroélectriques d’Hydro-Québec auraient un impact sur la couverture de glace hivernale de la baie d’Hudson, n’a aucun fondement scientifique.

D’abord, la Grande Rivière, où sont situés les aménagements d’Hydro-Québec, se jette dans la baie James et non dans la baie d’Hudson, qui se trouve à environ 100 kilomètres plus au nord.

Ensuite, les aménagements hydroélectriques du complexe La Grande n’interrompent pas le flot naturel de la rivière, mais le modulent selon les saisons.

Enfin, Hydro-Québec a réalisé plusieurs études approfondies sur les eaux évacuées par le complexe La Grande. Ces études démontrent clairement qu’en hiver, la zone d’influence de ce complexe de production hydroélectrique est limitée à une distance maximale de 60 kilomètres autour de l’estuaire de la Grande Rivière. Le reste de l’année, la distance est de l’ordre de 20 à 30 kilomètres. Donc, la zone d’influence n’atteint en aucun cas la baie d’Hudson.

Depuis juin 2012, les scientifiques d’Hydro-Québec ont eu plusieurs échanges avec le documentariste Joel Heath, cité dans l’article du Devoir, afin de partager les résultats des études réalisées par l’entreprise. Nous lui avons signalé par ailleurs que les effets observés sur la couverture de glace hivernale découlaient probablement de phénomènes plus larges, comme la variabilité du climat.

Hydro-Québec participe activement à la lutte contre les changements climatiques. Son énergie, produite à 99 % à partir de sources renouvelables, contribue à la réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le nord-est de l’Amérique du Nord. En 2014, grâce aux exportations nettes d’électricité d’Hydro-Québec, l’émission de 6,2 millions de tonnes de CO2 a été évitée. C’est l’équivalent des émissions annuelles d’environ 1,6 million de véhicules.

À voir en vidéo