Contre Pie IX, pour Jacques Parizeau

Pie IX
Photo: Domaine public Pie IX

Tout dernièrement, une recherche sur la Toile m’a permis de réaliser que l’une des principales artères de Montréal, le boulevard Pie-IX, a été ainsi nommée en l’honneur de l’un des souverains pontifes les plus réactionnaires de l’histoire de l’Église catholique.

En effet, Pie IX (1792-1878) a été un ennemi acharné des disciples de la raison et de la laïcité, son pontificat ayant été caractérisé par le rejet pur et simple de la modernité. À titre d’exemple, c’est à ce pape que nous devons la promulgation, en 1854, de l’un des dogmes les plus fantasques de la foi catholique, l’Immaculée Conception. C’est aussi Pie IX qui a décrété, en 1870, le dogme de l’infaillibilité pontificale en matière de morale. De plus, il s’est prononcé en faveur de l’esclavage, malgré l’abolition quasi généralisée, en son temps, de cette institution moralement dégradante.

Comme autre fait d’armes notoire, Pie IX est l’auteur du célèbre et impayable Syllabus (1864), un recueil d’assertions absolument aberrantes ayant pour objectif de condamner les « erreurs de notre temps » moderne, c’est-à-dire tous les discours osant remettre en question l’absolutisme de droit divin du clergé catholique et sa suprématie dans toutes les sphères de l’existence humaine.

À lire le Syllabus et ses abominations rétrogrades, il est permis de s’offusquer qu’une artère aussi vitale de notre ville puisse encore commémorer la mémoire d’un pape qui niait que « la révélation divine est imparfaite, et par conséquent sujette à un progrès continuel et indéfini qui réponde au développement de la raison humaine ». (Erreur V)

Ne passons pas non plus sous silence que Pie IX a été un chef de guerre qui, à titre de souverain des États pontificaux, n’a pas hésité à réclamer de ses affidés ultramontains, dont le très zélote Mgr Bourget, la constitution de milices catho-extrémistes, les zouaves, prêts à s’enrôler pour défendre les intérêts temporels d’un pape pour qui les « […] lois civiles [ne] peuvent et [ne] doivent être soustraites à l’autorité divine et ecclésiastique » (Erreur LVII). C’est dire à quel point nous avons eu nos propres fanatiques.

Conséquemment, je propose que la Ville de Montréal, ce bouillonnant carrefour de toutes les cultures, internationalement envié pour la tolérance, le pacifisme et l’ouverture de ses citoyens, change le nom du boulevard Pie-IX afin de lui permettre d’honorer à sa juste valeur la mémoire d’un homme qui, sa vie durant, n’a jamais cessé de pourfendre les idéologies réactionnaires et obscurantistes telles que celles léguées par Pie IX.

Parce qu’il a été l’un des grands progressistes de notre histoire et l’un des plus dévoués bâtisseurs de la modernité québécoise, donnons-nous, en lieu et place de Pie-IX, le boulevard Jacques-Parizeau.

À voir en vidéo