On leur arrache le coeur

Depuis plus de 150 ans, le coeur du quartier Saint-Sauveur à Québec, c’est le Centre Durocher et son parc attenant.
Photo: Facebook Depuis plus de 150 ans, le coeur du quartier Saint-Sauveur à Québec, c’est le Centre Durocher et son parc attenant.

Nous sommes en juin 2015, dans la capitale nationale du Québec. Comme dans toutes les villes, pour employer des mots simples, il y a des riches, et il y a des pauvres. Aux riches, qui ne manquent de rien, on a offert un diamant. Aux pauvres, qui ne demandent pas grand-chose, on propose le moins que rien, appliquant la politique de la terre brûlée. Et pour être bien certain qu’il ne leur restera rien, on leur arrache maintenant le coeur.

Depuis plus de 150 ans, le coeur du quartier Saint-Sauveur à Québec, c’est le Centre Durocher et son parc attenant. Après la démolition de l’aréna et l’exode du Carnaval, on veut maintenant priver la population de ce quartier d’un lieu de rassemblement essentiel à son développement communautaire et culturel.

Les temps changent, les gens bougent, le Centre Durocher a vieilli, comme nous tous. Or nos dirigeants choisissent de brader ce joyau au profit du plus petit nombre plutôt que de lui octroyer une nouvelle vie pour que les générations futures puissent en profiter.

Le Centre Durocher est le lieu tout indiqué pour la mise en place d’une première Maison de la culture à Québec. Espace à vocations multiples, on pourrait y retrouver un auditorium multifonctionnel, une succursale de la bibliothèque de Québec, une médiathèque, une résidence d’artiste, une salle d’exposition… il est facile de s’emporter quand on pense à l’effervescence qu’un tel lieu pourrait offrir à cette partie de la ville.

On ne peut pas dire que ce quartier a grevé l’enveloppe des investissements publics ces dernières décennies. Ce serait donc faire preuve d’une justice élémentaire que de le doter d’un tel équipement culturel, qui bénéficierait à tous et contribuerait de surcroît au développement de la relève artistique de notre région.

Il nous est difficile de comprendre le peu d’enthousiasme que ce projet suscite chez nos élus, tant locaux que nationaux, car la société et l’histoire les reconnaîtront pour ce qu’ils auront laissé à ceux qui leur succéderont. Personne ne leur reprochera d’avoir donné à ce quartier un tel instrument de dynamisation, dont la portée serait tout autant économique que culturelle et sociale. Mais on pourra condamner leur manque de vision si jamais ils laissent passer cette occasion de faire du Centre Durocher ce qui pourrait devenir un modèle d’intégration des arts et de la culture en milieu populaire.

Les citoyens du quartier Saint-Sauveur les invitent donc à soutenir ce projet et à y consacrer toutes les ressources et toute l’énergie dont ils disposent pour qu’ils voient bientôt briller au centre de leur milieu de vie un « diamant », voire un « phare », à la hauteur de leurs aspirations légitimes.

À voir en vidéo