Libre opinion: Le mentorat, une culture à consolider

Le mentorat a le vent dans les voiles. Dans la société de production et de compétition qu'est la nôtre, où les valeurs économiques et techniques occupent tant de place, on comprend que le mentorat, à la fois en tant que stratégie organisationnelle et en tant que relation, apparaisse comme un outil de formation de la relève, de conservation de la mémoire et de la culture organisationnelles, assurant à la fois continuité et renouvellement. C'est une façon de garder vivante l'organisation et ses membres, de construire le tissu social par le réseautage et par la rencontre interpersonnelle, dans un univers où prévalent la sur-information et l'individualisme.

[...] Le mentorat est une relation d'accompagnement entre un adulte senior qui possède une expérience dans un domaine (le mentor) et un adulte junior en formation ou en apprentissage (la mentorée ou le mentoré) qui aspire à se développer (savoir, savoir-faire et savoir-être). Le mentoré développe les compétences et les habiletés requises, il apprend à voir les choses autrement et se transforme. Ainsi peut-on voir le mentor comme un accoucheur des esprits, pour reprendre l'expression attribuée à Socrate.

Le besoin de mentor apparaît lors de périodes de changements, ou de transition si l'on songe au monde du travail: entrée au travail, mutation, promotion, nouvelle orientation, expatriation, formation professionnelle de base ou d'appoint. Un des effets de la relation mentorale est de permettre au mentoré de consolider son identité d'adulte, professionnellement (mentorat de carrière) ou personnellement (mentorat de vie).

En mentorat comme en amitié

De même qu'il existe différentes formes d'amitié, ainsi y a-t-il différentes formes de relations mentorales. Le langage courant montre que la relation mentorale n'est pas univoque en ayant recours à plusieurs vocables: guide, conseiller, maître, parrain ou marraine, tuteur, entraîneur, précepteur, etc. En conséquence, la relation mentorale recouvre des relations d'intensité, de durée différentes et dont la multiplexité du lien varie.

Plusieurs parmi nous ont eu d'excellents professeurs, peu ont rencontré celui qui suscite l'enthousiasme, qui éveille et encourage notre potentiel et nous perçoit par-delà ce que nous sommes. Un des tours de force du mentor consiste à créer un espace transitionnel au sens de Winnicott — soit un lieu pour être et apprendre, où le mentoré peut parler de ce qui le préoccupe réellement sans craindre sanctions ou récompenses, promotion ou rétrogradation.

La confidentialité est une composante de l'éthique de la relation mentorale. Le mentor ne doit pas être le supérieur hiérarchique du mentoré dans l'organisation afin d'éviter tout conflit qui s'oppose au rôle central d'accompagnement. Voilà finalement pourquoi il importe de former les mentors afin qu'ils deviennent des accompagnateurs «aidants».

Défi, soutien et projet

Un mentor exerce plusieurs fonctions auprès du mentoré, dont les trois suivantes sont primordiales: le défi, le soutien et le projet (rêve de vie).

En proposant des défis au mentoré, le mentor lui permet d'expérimenter de nouveaux comportements, de tenter de nouvelles expériences dans de nouvelles situations, de modifier son regard sur les choses et sur lui-même. En exerçant la fonction de soutien, il lui donne le sentiment d'être accueilli et entendu; il reconnaît les besoins du mentoré, qui s'adapte au changement et y répond adéquatement.

Mais une bonne partie des énergies déployées dans la relation de mentorat porte sur le projet. Si au début du mentorat, le mentor intervient délibérément dans le dessein d'amener le mentoré à s'approcher de son projet, avec le temps, il fera des interventions en vue de lui permettre d'ajuster son projet en fonction de ce qu'il découvre. Daniel J. Levinson a largement insisté sur la nécessité pour le mentor de se brancher sur le rêve de vie du mentoré. C'est parce que le mentor anime cette part de rêve en jachère chez le mentoré, qu'il permet la consolidation de l'identité du jeune (ou moins jeune) adulte.



Les programmes de mentorat

Le mentorat comme stratégie d'intervention dans les organisations exige des ressources: des gens doivent concevoir le programme et l'implanter, assurer la sélection et le jumelage, la formation et le suivi des mentors et mentorés, évaluer et ajuster le programme. Les programmes de mentorat ne conduisent pas nécessairement à une relation mentorale de type essentiel; ils donnent parfois lieu à du mentorat de type instrumental — soit des liens de parrainage, de tutorat, ou de compagnonnages ponctuels qui facilitent les apprentissages et l'insertion du travailleur.

Il y a une tendance à voir le mentorat comme un lieu de transmission des informations et des savoirs alors qu'il est un lieu de transformation des personnes, mentor et mentoré, où la transmission des informations (sur l'organisation, expertise et compétences) tient un rôle circonscrit et où le point nodal réside dans la rencontre. [...] En deçà de certaines conditions, la personne dénommée «mentor» ne deviendra pas une personne significative aux yeux du mentoré à l'échelle de sa vie. Nous savons tous que c'est en regardant en amont que chacun pourra dire que telle personne a été son mentor.

Si à 20 ans, chaque génération a besoin de refaire le monde, elle le fait tantôt en rupture tantôt en continuité, comme si la trame de la filiation avait un endroit et un envers. Si a 40 ans, chaque génération a besoin de laisser sa trace et d'exercer sa générativité, elle le fait en se préoccupant du sort de la génération montante et de la formation de la relève.

Au total, mes maîtres se prolongent en moi, et ainsi les maîtres de mes maîtres, de sorte que l'intergénérationnel est incrusté au coeur de la civilisation humaine et au coeur de la transformation des personnes et des organisations. Comme le dit Erik H. Erikson, «l'histoire de l'humanité [apparaît] comme gigantesque métabolisme de cycles de vie individuels» (Enfance et Société, p. 6). Tel est le fond de la toile sur lequel il est possible de consolider la culture mentorale.