M. Couillard, intervenez!

Lettre à Philippe Couillard

Monsieur le Premier Ministre,

Tout de suite après l’attentat qui a eu lieu dans les locaux du magazine Charlie Hebdo, un autre événement sombre pour la démocratie et la liberté d’expression s’est produit en Arabie saoudite à cause de l’intransigeance religieuse qui caractérise cette monarchie islamique. Quarante-huit heures à peine après que les autorités saoudiennes ont condamné officiellement le carnage commis à Paris, dont l’horreur a ébranlé la planète entière et dont les victimes sont mortes pour avoir eu le courage de dénoncer l’intégrisme islamique, le jeune blogueur saoudien Raif Badawi a été flagellé publiquement 50 fois après la prière hebdomadaire devant une mosquée dans la ville de Djeddah. Le seul crime qu’on lui reproche, c’est d’avoir osé critiquer le fondamentalisme religieux sur son site Web.

En mai 2014, à la suite d’un procès entaché d’irrégularités, le Tribunal pénal de Djeddah a condamné Raif Badawi à 10 ans de prison, à une amende de 1 million de riyals (267 000 $) et à 1000 coups de fouet répartis sur 20 semaines. Le 9 janvier dernier, cette sentence a été mise à exécution et le prisonnier d’opinion, enchaîné aux mains et aux pieds, debout et dos à la foule, a été fouetté sévèrement pendant une quinzaine de minutes. Il recevra ainsi 50 autres coups de fouet tous les vendredis au cours des 19 prochaines semaines, après la prière, car en Arabie saoudite, on prie Allah avant de passer à l’exécution des sentences. On ne peut qu’imaginer la souffrance et la détresse de la famille de M. Badawi, dont l’épouse est actuellement réfugiée à Sherbrooke avec ses trois jeunes enfants.

Le Québec doit agir

Monsieur le Premier Ministre, nous vous demandons instamment d’intervenir auprès des autorités saoudiennes pour réclamer la libération immédiate de Raif Badawi. Vous avez sans aucun doute des entrées dans ce pays pour y avoir pratiqué la médecine pendant plusieurs années ; vous avez même été conseiller du ministre de la Santé. Rien ne peut être vraiment reproché à M. Badawi. Il a seulement exercé pacifiquement son droit à la liberté d’expression. En outre, nous vous exhortons à faire des pressions auprès des dirigeants de l’Arabie saoudite afin qu’ils cessent d’inculper des personnes pour dissidence religieuse et qu’ils arrêtent de recourir à des châtiments cruels et inhumains, telle la flagellation, qui relèvent de la torture et contreviennent au droit international.

En espérant vivement qu’à titre de chef d’un gouvernement démocratique vous prendrez la défense du prisonnier d’opinion qu’est Raif Badawi.

10 commentaires
  • Yvon Pesant - Abonné 15 janvier 2015 03 h 34

    Signataire

    Je vous saurais gré de bien vouloir me considérer comme un des signataires de cette lettre adressée à notre premier ministre en poste. Le traitement infligé à monsieur Badawi est inhumain et indigne.

    Il est à espérer que tous les chefs d'état du monde vont se lever et s'élever contre ce genre de châtiment qui tient grandement de la barbarie en plus de s'avérer injustifiable et honteux.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 15 janvier 2015 04 h 44

    Bref !

    Drôle à dire, en dehors de lettre de courtoisie, M Couillard ne peut RIEN faire car ce genre de problématique relève du Canada !

    Bref ! - 15 jan 2015 -

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 15 janvier 2015 09 h 04

      C'est habituellement ce qui arrive quand la vie humaine entre dans le dédale de l'administration.

      PL

    • Nicole Vermette - Inscrite 15 janvier 2015 09 h 06

      Ben voyons donc!
      M. Couillard a dû garder des liens avec l'Arabie saoudite qui lui permettraient d'intervenir, d'autant plus que la famille Badawi est maintenant résidente du Québec, avec les mêmes droits que tous les québécois.
      Il peut aussi pousser M. Harper à intervenir.

  • François Dugal - Inscrit 15 janvier 2015 08 h 32

    Proverbe chinois

    "On ne mord pas la main qui nous a nourri". - Lao-Tseu

    • François Masseau - Abonné 15 janvier 2015 12 h 59

      Tout à fait. Pour Philippe Couillard l'Arabie Saoudite égale millions de dollars. Rien à voir avec les droits humains. Faut pas tout mélanger quand même...quand on est prêt à aller s'enrichir dans une telle dictature, je crois qu'il n'y a rien à ajouter !

  • Jean Claude Pomerleau - Inscrit 15 janvier 2015 10 h 42

    M Couillard et la liberté d'expression...

    M Couillard est devenu multimillionaire en Arabie Saoudite. Cela explique ces limites en matière de liberté d'expresion quand ce pays est mis en cause. On a qu'à penser au traitetement qu'il a réservé à Mme Houda Pépin lorsqu'elle a proposé la création d'un observatoire sur les intégristes. Elle fut la seule musulmane congédier à cause de la charte ... par Couillard!

    Rappelons que l'Arabie Saoudite fait l'objet d'une poursuite (Cour du Distric de New York) par les proches des victimes du 11 septembre 2001, qui lui reproche d'avoir financé les terroristes.

    En Octobre 2014, dans un discours à l'Université Harvard, Joe Biden, VP des États Unis a identifier l'Arabie Saoudite comme un alliés des terroristes en Syrie :

    «A financer à hauteur de centaines de millions et des dizaines de tonnes d'armements à tous ceux qui voulaient renverser Assad » (le président de la Syrie)

  • Claude Verreault - Inscrit 15 janvier 2015 10 h 49

    Signataire 2

    Veuillez me considérer moi aussi comme un des signataires de cette lettre.

    • Gilles Théberge - Abonné 15 janvier 2015 15 h 21

      Je me joins à vous monsieur Verreault.

      Je ne comprends pas que le premier ministre Couillard qui dans ce pays a beaucoup de connaissances et certainement pas dans le cercle restreint des concierges (en tout respect pour les concierges), ne mette pas à profit ses liens pour intervenir afin que cesse cette abjecte pratique féodale et rétrograde.

      Et dans le cas présent cette injustice insupportable.