cache information close 

Du bon usage de la barbarie et de la folie

Les morts provoquées par le régime israélien à Gaza contribuent à alimenter la haine de l’Occident au Proche-Orient.
Photo: Roberto Schmidt Agence France-Presse Les morts provoquées par le régime israélien à Gaza contribuent à alimenter la haine de l’Occident au Proche-Orient.

Qui prendrait au sérieux un vampire prétendant mordre ses victimes par devoir éthique ou par obligation morale ? Tout le monde verrait bien là une pitoyable tentative de justifier l’injustifiable. Un pays qui part en guerre ressemble à un vampire qui n’oserait avouer sa soif de sang, et chercherait au contraire à (se) convaincre qu’il n’est animé que par des considérations éthiques.

À la fin du mois d’août, en regardant CNN, je me suis dit qu’il allait bientôt pleuvoir des bombes. En effet, l’animateur était heureux de proposer un entretien avec la mère d’un otage occidental qui venait d’être décapité en Irak, suivi d’une conversation avec le correspondant en poste au Liban qui présentait les miliciens du groupe État islamique comme des fanatiques, des barbares et des fous.

Je me suis dit : parce que nous ferons la guerre aux barbares et aux fous, nous ne serons ni barbares ni fous. J’ai réalisé que je n’avais jamais vu d’entrevue d’une mère d’une victime de ces milliers d’exécutions sommaires et extraterritoriales effectuées depuis une dizaine d’années par les États-Unis par des drones, au Pakistan, au Yémen et ailleurs. Je me suis demandé que pouvaient bien penser et ressentir ces mères au sujet des soldats contrôlant à distance ces avions sans pilote qui larguent des bombes sur de parfaits inconnus, soufflant au passage quelques civils. Considèrent-elles qu’il s’agit d’une manière civilisée et rationnelle d’exécuter leur enfant ?

Je me suis rappelé qu’au début des années 1990, nous avions été bluffés par les images télévisées des bombardements aériens contre l’Irak de Saddam Hussein. Ces images ressemblaient à celles d’un jeu vidéo. On ne voyait jamais de morts et des experts nous parlaient de « bombes intelligentes », de « frappes chirurgicales » et de « dommages collatéraux ». Ah ! que notre guerre était jolie ! Et propre. Quelques mois plus tard, nous apprenions qu’il y avait eu des morts par dizaine de milliers, dont un grand nombre de civils. Les médias ont fait leur mea culpa, admettant avoir été manipulés, voire contrôlés par les propagandistes militaires. Les journalistes nous promettaient alors qu’on ne les y reprendrait plus… jusqu’à la prochaine guerre.

Folie et raison

Évidemment, nous pourrions penser que cette nouvelle guerre n’a rien à voir avec la barbarie et la folie, et tout à voir avec des calculs diplomatiques, géostratégiques, économiques (le pétrole, les contrats à l’industrie d’armement) et, peut-être, électoraux. Nous pourrions même avancer que l’Occident agit de manière bien folle dans cette région depuis une vingtaine d’années (et bien avant), provoquant la haine de l’Occident par son appui à des régimes autoritaires et militaristes, dont Israël, et par ses propres guerres.

Mais quand on veut lancer une nouvelle guerre, il n’est pas bien utile que la population se perde dans de telles réflexions. Heureusement, on peut toujours compter sur nombre de politiciens, de journalistes et d’universitaires pour élever la voix et nous expliquer à quel point l’ennemi est un barbare et un fou, à quel point il est inhumain. Cette fois n’est qu’une fois de plus : ces miliciens constituent un « cancer » (Barack Obama, président des États-Unis), ce sont des « barbares repoussants » (David Cameron, premier ministre britannique) aux « comportements odieux » (Philippe Couillard, premier ministre du Québec) et l’engagement militaire canadien répond « à une obligation morale », car ils mènent « une guerre d’une barbarie sans nom » (Bernard Descôteaux, directeur du Devoir). L’objectif est toujours de nous convaincre que nous avons une obligation d’appuyer la guerre contre l’ennemi barbare et fou, et que ce faisant nous sommes civilisés et rationnels.

Barbarie et civilisation

Si le barbare d’aujourd’hui peut être le civilisé d’hier, et vice versa, les promoteurs de la guerre savent bien rapidement modifier leur diagnostic. Ainsi, en Occident dans les années 1980, nous pensions que les miliciens islamistes en Afghanistan étaient des amis de la civilisation lorsqu’ils combattaient le régime marxiste à Kaboul appuyé par l’armée soviétique. Nous ne savions pas que ce régime marxiste avait promulgué des lois émancipant les femmes et rendant l’école obligatoire pour les filles, ce qui avait provoqué l’insurrection. À l’époque de la guerre froide, les Soviétiques étaient les barbares, les miliciens islamistes nos alliés et nos amis. Les États-Unis et l’Arabie saoudite les finançaient et les armaient, avec comme entremetteur un certain Oussama ben Laden. Bien plus tard, ce même Ben Laden aurait orchestré l’attaque aérienne contre les États-Unis du 11 septembre 2001. Un professeur de l’Université Laval avait alors expliqué au sujet des responsables de cette attaque, dans les pages du Devoir, que « [d]ésormais, un rat doit être appelé un rat, reconnu comme tel et distingué des autres espèces ».

Aujourd’hui, personne ne s’émeut de trouver l’Arabie saoudite dans la coalition qui mène la guerre au groupe État islamique. Pourtant, au moment où le premier otage occidental était décapité, les autorités saoudiennes décapitaient quatre condamnés à mort. Leur crime ? Possession de haschisch… Oui, oui, du simple haschisch. La peine de mort y est aussi possible pour vol ou apostasie et environ 80 personnes ont été décapitées l’année dernière par nos amis et alliés saoudiens (je ne féminise pas : les femmes n’y ont aucun droit politique et ne peuvent pas même conduire une voiture). Curieusement, aucun politicien, journaliste ou universitaire ne nous explique que nous avons une obligation morale de bombarder Riyad. Barbare ou civilisé, fou ou rationnel, tout cela ne dépend que des jeux d’alliances et des intérêts de nos élites.

Aujourd’hui, le chef d’État qui nous mène à la guerre n’est nul autre que Barack Obama. Oui, celui-là même qui a reçu le prix Nobel de la paix en 2009. Et nous serions rationnels ? Oublions l’« obligation morale » d’appuyer et de mener des guerres contre la barbarie et la folie des autres. La seule véritable obligation morale que nous avons, c’est face à notre propre barbarie, notre propre folie. La guerre est toujours une barbarie, sa justification une certaine folie. Reste à rêver de paix. Naïf, me dira-t-on. Sans doute. Mais parce que je rêve…

19 commentaires
  • Denis Miron - Inscrit 10 octobre 2014 07 h 48

    Excellente mise en perspective de notre propre barbarie à l'égard de ceux que l'on qualifie de barbare

    "Si les gens devaient découvrir ce que nous avons fait, nous serions pourchassés dans les rues et lynchés" Président George H.W. Bush (père)
    cité par Sarah McClendon (reporter à la Maison Blanche) dans sa lettre d’infos datée de Juin 1992.
    «Si j’étais le président, je pourrais arrêter le terrorisme contre les Etats-Unis en quelques jours. Définitivement. D’abord je demanderais pardon - très publiquement et très sincèrement - à tous les veuves et orphelins, les victimes de tortures et les pauvres, et les millions et millions d’autres victimes de l’Impérialisme Américain. Puis j’annoncerais la fin des interventions des Etats-Unis à travers le monde et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51ème Etat de l’Union mais - bizarrement - un pays étranger. Je réduirais alors le budget militaire d’au moins 90% et consacrerais les économies réalisées à indemniser nos victimes et à réparer les dégâts provoqués par nos bombardements. Il y aurait suffisamment d’argent. Savez-vous à combien s’élève le budget militaire pour une année ? Une seule année. A plus de 20.000 dollars par heure depuis la naissance de Jésus Christ.
    Voilà ce que je ferais au cours de mes trois premiers jours à la Maison Blanche.
    Le quatrième jour, je serais assassiné.»
    William Blum

    «Nous possédons 50% des richesses de la planète, mais seulement 6% de sa population. Dans cette situation, nous ne pouvons éviter d’être l’objet d’envies et de jalousies. Notre véritable tâche dans la période à venir sera de créer un tissu de relations qui nous permettra de faire perdurer cette inégalité.
    Je crois, juridiquement parlant, qu’il y aurait des motifs sérieux pour inculper chaque président des Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale. Il ont tous été soit de véritables criminels de guerre, soit impliqués dans de graves crimes de guerre.»
    Noam Chomsky, in "What Uncle Sam Really Wants"

    • Gilbert Troutet - Abonné 10 octobre 2014 15 h 30

      Merci, M. Miron. On ne saurait mieux dire. J'en entends pourtant autour de moi, et des gens sensés, nous rappeler que les États-Unis ont contribué à repousser le fascisme et le communisme. Si l'on veut. C'est dire que la propagande fonctionne bien. D'une part, ils ont renversé de nombreux régimes démocratiques pour les remplacer par des dictateurs à leur solde. D'autre part, c'est oublier que la guerre contre Hitler a fait 20 millions de victimes chez les soviétiques.

  • Marcel (Fafouin) Blais - Abonné 10 octobre 2014 07 h 49

    SVP !

    « provoquant la haine de l’Occident par son appui à des régimes autoritaires et militaristes, dont Israël » (Francis Dupuis-Déri, ex-militant et auteur d’œuvres littéraires)

    De cette citation, il convient de rappeler qu’Israël est, du Proche-Orient, le seul pays démocratique de droit international reconnu, et dont son armée, TSAHAL, figure parmi les meilleures et solides du Monde entier sur le plan éthique et moral.

    Israël ? Autoritaire et … ?

    SVP ! - 10 oct 2014 -

    • Christophe Horguelin - Abonné 10 octobre 2014 13 h 42

      Oh que non.

    • Christian Méthot - Abonné 10 octobre 2014 17 h 26

      Dommage, parce que le propos du texte est quand même bon. M. Dupuis Déry a quand même tout à fait raison de souligner qu'il est aberrant que l'on soit allié de l'Arabie Saoudite - un des régimes politiques le plus crapuleux de la planète -, mais je ne peux être en accord avec la manière dont il qualifie Israël.

      C'est la seule démocratie de la région, avec une armée qui oui, tue des gens lors des guerres, mais pour protéger sa population. L'EI n'a pas cette excuse. Que dire aussi des voisins d'Israël, qui voudraient tous voir ce pays disparaître.

      Je pense que l'Occident a une responsabilité historique à l'égard du peuple juif et d'Israël. Si les voisins d'Israël gagnent "la guerre", c'est la fin d'Israël; si l'inverse se produit, Israël continue d'exister.

      L'Occident n'est pas blanc comme neige, mais entre différents maux, il faut choisir le moins pire.

  • Sauve stephane - Inscrit 10 octobre 2014 07 h 57

    Mais pour quel(s) motif(s) ces guerres ?

    Pour le pétrole.

    Puis, pour nourrir la soif de vengeance et distraire le peuple.

    _____

    Excellent texte, merci pour cette contribution.

    • André Michaud - Inscrit 10 octobre 2014 15 h 30

      Un complot mondial des pétrolières ?

  • Jean-François Allard - Inscrit 10 octobre 2014 08 h 08

    De justice et de paix...

    Je partage votre écoeurement devant tant de mauvaise foi et de manipulation. Les barbares sont aussi de notre côté du monde, investis par eux-mêmes du devoir de policer le monde et de le plier à leurs manières. La remise du dernier Nobel de la Paix à des personnes qui croient en une justice plus égale - notez le sophisme - est un baume sur cette tendance lourde d'armer et de diviser le monde plutôt que d'en partager les beautés et les dons. malheureusement rien depuis longtemps ne laisse présager un changement de paradigme; nous pourrons continuer de rêver...

  • Gilbert Troutet - Abonné 10 octobre 2014 08 h 25

    Excellent article

    Merci, M. Dupuis-Déri, pour cet excellent article. C'est cela, en effet, qu'on devrait expliquer à la population et aux politiciens qui nous gouvernent. Il y a 100 ans, en 1914, les apôtres de la guerre avaient assassiné Jean Jaurès parce qu'il disait à l'époque les mêmes choses que vous. Les «vraies affaires», dirait Philippe Couillard. La guerre de 1914-1918 allait faire ensuite 14 millions de morts et encore plus d'éclopés.

    La guerre, écrivait alors Paul Valéry, est «le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui se connaissent, mais ne se massacrent pas.»