Emma Watson et le «diplôme» de féminisme

e 20 septembre, ONU Femmes lançait une campagne-choc intitulée #heforshe, avec comme ambassadrice la jeune et populaire actrice Emma Watson. Beaucoup ont loué l’originalité de la campagne, plusieurs commentatrices féministes ont apprécié le virage que prend la conquête de l’égalité. Mais je suis tombée des nues en lisant les textes hyper critiques, venant de voix intransigeantes, féministes, qui ont dénoncé le fait que Watson soit… blanche, riche et célèbre. Qu’elle ne connaît malheureusement « rien » aux vrais problèmes des femmes. Que l’on ne peut pas parler des préjugés sexistes envers les hommes comme on parle de ceux envers les femmes (lire « Feminism’s Ugly Internal Clash », Salon Magazine). Comme si cela disqualifiait les arguments de Watson et son propre engagement. Ces réactions équivalent à ce qu’on appelle, communément, se tirer une balle dans le pied.

Dans son discours — dont l’essence est contenue dans le nom même de la campagne —, la jeune Emma Watson explique à quel point il est important, pour arriver à l’égalité, que les hommes participent à la solution. Pour cela, mais aussi pour attirer plus de jeunes femmes, de militantes et de militants dans les rangs du mouvement pour l’égalité.

Le milieu féministe, sur ce sujet, est divisé, voire désuni. La question de la participation masculine au combat pour l’égalité a toujours été taboue, et mal posée. Taboue, parce qu’il suffit qu’on aborde cette question auprès des plus radicales ou de l’intelligentsia féministe pour être disqualifiée : on « couche avec l’ennemi », on ne « comprend pas les arcanes du système patriarcal ». Mal posée, parce qu’il n’est pas question de rendre des privilèges aux hommes, mais de transformer ce système, dont ils font partie.

Adapter le féminisme au XXIe siècle

 

Or nous sommes à un tournant. Si l’on demeure hostile à l’intégration des hommes dans la quête de l’égalité, le féminisme démontrera son incapacité à s’adapter au XXIe siècle. Si l’on rejette chaque fois des initiatives du féminisme dit « populaire » ainsi que les réflexions et engagements de ses représentantes, le mouvement continuera de perdre de la crédibilité.

J’ai rencontré plusieurs jeunes hommes qui m’ont confié avoir du mal à trouver leur place dans la lutte pour l’égalité des sexes. Dans les Forums jeunesse ou lors d’événements féministes, où je me rends de temps en temps parler de femmes en politique, cette question revient systématiquement. Je ne crois pas que cette remarque soit motivée par la crainte des jeunes hommes de perdre leurs privilèges.

Dans son discours, Watson explique que les hommes aussi sont soumis à des pressions issues d’un système patriarcal basé sur la domination, la force physique, une virilité bourrée de stéréotypes. Qui peut le nier ? Plusieurs féministes ont évoqué, dans leurs commentaires, le « sentimentalisme » : bien sûr, la jeune Emma ne comprend rien au féminisme. Elle n’a pas décroché son diplôme !

Selon moi, ces idées sont rétrogrades et extrêmement démobilisantes. Ces résistances à la participation des hommes, comment les expliquer ? Par la peur qu’ont les femmes de ne plus avoir de lieu pour se regrouper ni pour s’exprimer. Mais pourquoi penser que, si l’on intègre des hommes, il n’y aura plus jamais d’espaces non mixtes ? Si les femmes en ont besoin, elles s’organiseront. Même en plein patriarcats obscurantistes, lesquels jalonnent notre histoire, il y a toujours eu des espaces non mixtes où les femmes se rencontraient, s’aidaient, s’organisaient. Ce type de lieu ne disparaîtra jamais !

L’essentiel, pour les hommes et les femmes, est de se mettre d’accord sur certaines choses. L’exercice de la politique ainsi que la santé de la démocratie sont certainement des espaces où la mixité est capitale. Pas de mixité, pas d’égalité. Il est temps d’accepter cette évolution, la seule manière de fédérer de jeunes femmes et de jeunes hommes pour la cause de l’égalité.

Il est temps de déployer des stratégies plus ambitieuses. La campagne #heforshe en est une qui va dans ce sens. Les politiques de parité aussi. Rendre le féminisme populaire, n’est-ce pas ce que nous voulons ?

À voir en vidéo