Un remède pire que le mal

Réjean Hébert, ex-ministre péquiste de la Santé
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Réjean Hébert, ex-ministre péquiste de la Santé

La réforme annoncée par le Dr Barrette est une vaste opération de centralisation et de contrôle qui est aux antipodes de l’évolution actuelle des systèmes de santé. La décentralisation des structures et l’engagement des patients dans les soins et la gouvernance sont en effet de grands courants internationaux qui ont démontré leur efficience. Aucune donnée scientifique ne soutient l’approche rétrograde du Dr Barrette. L’expérience québécoise de la dernière décennie à la suite de la réforme Couillard qui créait les Centres de santé et de services sociaux en 2004 le démontre : les économies attendues, la réduction prévue de la bureaucratie et l’amélioration escomptée des services ne se sont jamais avérées, bien au contraire. En plus de paralyser le réseau pendant cinq ans, cette réforme de structure, bien modeste au regard de celle proposée maintenant, n’a pas livré les effets souhaités.

Le Dr Barrette prétend faire disparaître les agences ; la réforme les conserve au contraire, en augmente le nombre (quatre de plus à Montréal) et en élargit les fonctions en leur confiant aussi la prestation des services. Ce qui disparaît dans les faits, ce sont les 182 établissements de santé locaux et spécialisés qui sont intégrés à ces méga-agences régionales. La participation citoyenne locale est complètement évacuée au profit d’une centralisation régionale et nationale. La démocratie est aussi abolie, car les membres des conseils d’administration des centres régionaux seront nommés par le ministre. En plus de brimer la population d’un engagement nécessaire dans les établissements de santé, une telle gouvernance ouvre la porte au favoritisme et aux ingérences politiques. Au sortir d’une commission Charbonneau, une telle approche est pour le moins téméraire. Le ministre nommera aussi les p.-d.g. et les p.-d.g. adjoints de ces centres, sans droit de regard du conseil d’administration qui devra se résoudre à entériner les décisions du ministre par p.-d.g. interposé : belle gouvernance !

Comble de démagogie, le ministre prétend faire des économies de plusieurs centaines de millions de dollars en « éliminant » les agences, alors que le budget total de ces structures n’atteint pas la centaine de millions.

En régions, ces mégastructures centraliseront les services autour des villes-centres au détriment des zones plus éloignées. Les communautés locales n’auront plus aucune influence sur les services de santé qu’elles reçoivent. Non seulement le pouvoir et les budgets seront drainés vers le centre, mais les ressources humaines le seront aussi, accentuant d’autant les pénuries en zones périphériques.

Cette opération aura l’effet de concentrer ressources et argent aux missions hospitalières. Les fonctions de CLSC, notamment celle de soutien à domicile des personnes âgées qui étaient déjà les parents pauvres de la réforme Couillard seront rejointes dans la dèche par les fonctions de soutien à la jeunesse, de réadaptation et de santé publique. On centralisera ainsi les services autour de l’hôpital, alors que le vieillissement de la population et la prépondérance de maladies chroniques dictent le contraire.

Il ne faut pas attendre des dirigeants actuels une quelconque critique de la réforme proposée, car le ministre machiavélique les a muselés en s’arrogeant le pouvoir de déchoir ceux qui oseront s’opposer au Prince. Pourtant, ils savent bien que ce n’est pas en brassant les structures que l’accès à des services de qualité s’améliorera. C’est plutôt en adaptant le réseau au contexte actuel des maladies chroniques et en priorisant la prévention, l’accès au médecin de famille et les soins à domicile.

À voir en vidéo