S’inspirer du modèle anglo-saxon

L’ancienne chapelle a été transformée en salle de lecture dans le pavillon des soeurs grises de l’Université Concordia.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir L’ancienne chapelle a été transformée en salle de lecture dans le pavillon des soeurs grises de l’Université Concordia.

Ces jours derniers, les médias ont assuré une bonne couverture de l’inauguration du pavillon des Soeurs grises de l’Université Concordia. Cet ancien couvent de l’ordre des Soeurs de la charité de Montréal logera 600 étudiants, mettant à leur disposition une salle communautaire multifonctionnelle, des salons communs et, surtout, une fabuleuse salle de lecture de 300 places aménagée dans l’ancienne chapelle de l’Invention-de-la-Sainte-Croix, oeuvre de 1874-1878 de l’architecte Victor Bourgeau. La conversion de l’édifice a été réalisée avec finesse et sobriété par l’architecte Robert Magne.

 

Ce recyclage ne profitera pas qu’aux étudiants. Il constituera un atout pour le secteur ouest du centre-ville. Considérant, en effet, que le boulevard René-Lévesque connaît actuellement un développement considérable avec l’érection d’une demi-douzaine de tours à bureaux, à condos et à logements, le site ombragé de ce pavillon universitaire offrira un poumon de verdure fort apprécié. Les étudiants contribueront pour leur part à l’animation de la rue Sainte-Catherine. Bref, tout va pour le mieux.

 

Mais, attention, il existe un historique à ne pas ignorer. Cette réalisation couronne une action collective qui a débuté il y a 40 ans. En effet, en 1974, des promoteurs européens (Valorinvest, S.A.) ont tenté d’acquérir ce site pour y construire des tours à bureaux et à logements, ne conservant que la chapelle du couvent. L’Association espaces verts et Sauvons Montréal, appuyés par de nombreux citoyens, s’opposèrent à ce projet nommé « place de la Chapelle ». Pour sauver leur mise, les promoteurs ont alors proposé d’entourer la chapelle d’une bande de verdure, renommant leur projet « parc de la Chapelle ». Les opposants n’ont pas lâché et, le 29 janvier 1976, le ministre des Affaires culturelles Jean-Paul L’Allier a classé site historique tout le quadrilatère en question. L’Université Concordia a acquis ce lieu en 2007.

 

La ville constitue un organisme vivant, et le patrimoine culturel fait partie de ses cellules de régénération. En sauvegardant le patrimoine d’intérêt, les communautés conservent ainsi des atouts pour ensemencer l’avenir. Car, avec le temps, la ville se refait graduellement sur elle-même et ce patrimoine contribue à lui donner des racines, du caractère et à enrichir la vie urbaine.

 

Le 1420

 

L’Université de Montréal est également propriétaire d’anciens convents, dont celui des Soeurs des Saints Noms de Jésus et de Marie (pavillon 1420). Doté d’une superbe chapelle, cet édifice, qui possède près de quatre fois la superficie du pavillon des Soeurs grises de l’Université de Concordia, jouit d’un site à flanc du mont Royal, à quelques pas de la station de métro Édouard-Montpetit.

 

Au lieu de s’entêter à vendre cet ancien couvent à des fins résidentielles, la direction de l’UdeM aurait avantage à s’inspirer de l’approche de l’Université Concordia. Car le pavillon 1420 se prête mal à un recyclage en condos de luxe à cause de ses cours intérieures et de la disposition de ses fenêtres. Il jouxte en plus les terrains du centre sportif de l’établissement, source de bruits et d’éclairages envahissants. Donc, rien pour attirer des gens en quête de quiétude et de confort ! Par contre, à l’exemple de l’ancien couvent de l’Immaculée-Conception où loge aujourd’hui la Faculté de l’aménagement, il se prête bien à des fonctions universitaires.

 

Impossible, selon cette direction, à cause des coûts de recyclage. Mais si l’Université agissait comme une université de culture anglo-saxonne, non seulement elle conserverait cet immeuble pour sa mission, mais elle en tirerait des profits. Car c’est en louant par bail emphytéotique pour une longue période des édifices patrimoniaux que des universités telles que McGill, Toronto, Harvard et bien d’autres conservent ces biens tout en en tirant des gains tant pécuniaires que sur le plan des usages.

 

En bref, il s’agirait que l’UdeM explore la possibilité de louer pour une période d’une cinquantaine d’années le pavillon 1420 à un organisme sans but lucratif sérieux qui, prenant appui sur un plan d’affaires bien établi, assurerait son recyclage et son entretien à des fins universitaires et/ou pour des résidences étudiantes, le temps nécessaire à l’amortissement des sommes investies. L’établissement comme la communauté seraient gagnants, l’un parce que le pavillon 1420 répondrait à plusieurs de ses besoins, l’autre parce que cet édifice patrimonial resterait dans le domaine public, évitant ainsi d’ouvrir la porte à la privatisation de l’arrondissement historique et naturel du Mont-Royal.

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

3 commentaires
  • Guy Lafond - Abonné 29 août 2014 07 h 21

    C'est une option


    Une autre option serait de créer un aile toute nouvelle consacrée à des sciences en expension telles l'épistémologie, la climatologie, l'archéologie, l'astronomie.

  • Sylvain Auclair - Abonné 29 août 2014 10 h 58

    Et l'argent?

    D'où viendrait l'argent pour financer votre idée? Les OSBL en ont rarement de trop.

  • Jacques Boucher - Abonné 29 août 2014 18 h 55

    Excellente vision pour le 1420

    Espérons que l'Université de Montréal est à l'écoute.