L'OSM après Charles Dutoit

Le 18 avril dernier, l'Orchestre symphonique de Montréal (OSM) a accepté avec regret la démission que lui avait communiquée par lettre huit jours plus tôt son directeur artistique, Charles Dutoit. Afin de trouver un successeur à M. Dutoit, le comité exécutif a mis sur pied un comité de recrutement composé de membres du conseil d'administration, de musiciens de l'OSM et de représentants de la communauté montréalaise. Le comité s'adjoindra des spécialistes externes, y compris des personnalités reconnues pour leur connaissance internationale du milieu symphonique.

L'OSM est aujourd'hui considéré comme un des meilleurs orchestres symphoniques au monde et nous remercions sincèrement Charles Dutoit pour son immense contribution à l'atteinte de ce statut. Sous sa direction, l'OSM a réalisé plus de 80 disques, remporté un nombre impressionnant de prix prestigieux et fait de nombreuses tournées internationales qui ont fait connaître Montréal à travers le monde.


Charles Dutoit a comblé les mélomanes pendant près de 25 ans. Il a contribué à faire de l'OSM un ambassadeur de Montréal dans les grandes capitales culturelles de l'Amérique, de l'Europe et de l'Asie. Nous entendons maintenant poursuivre ces succès, bâtir sur ces réussites.


L'OSM a été fondé en 1934 et ce n'est pas la première fois que son chef attitré quitte son poste de manière inattendue avant la fin d'une saison. C'est d'ailleurs une situation semblable qui a permis l'arrivée de Charles Dutoit à Montréal en 1977.


Vingt-cinq ans plus tard, l'OSM est déterminé à poursuivre sa mission en s'appuyant sur les deux grands axes suivants:

- Le rayonnement international et l'ouverture sur le monde. Par son niveau d'excellence ainsi que par la qualité de ses musiciens venant de plusieurs pays, l'OSM veut demeurer dans le circuit des grands orchestres symphoniques internationaux. Pour Montréal, l'OSM est une fenêtre culturelle qui s'ouvre sur le monde et permet au monde de mieux connaître Montréal. L'OSM continuera donc d'afficher une personnalité internationale qui lui est caractéristique.

- L'intégration à la communauté montréalaise. Depuis toujours, l'OSM a multiplié les efforts pour rejoindre le plus vaste public possible qui l'ont conduit dans les parcs, les festivals et les autres manifestations populaires de toute sorte. La Communauté métropolitaine de Montréal compte aujourd'hui une population de plus de trois millions de personnes. Plus que jamais, l'OSM peut continuer à jouer son rôle de rassembleur de la communauté et constituer un point de rencontre des nombreuses composantes de la population montréalaise.


Charles Dutoit nous laisse un héritage important et un orchestre de très grande qualité. La situation financière de l'OSM s'est améliorée de manière significative récemment et l'orchestre a connu une croissance substantielle du nombre de ses abonnés au cours des dernières années, dont une augmentation de 21 % pour la seule saison 2001-02.


Bien sûr, comme c'est le cas de tous les autres organismes culturels, l'OSM ne roulera jamais sur l'or, et ses gestionnaires doivent continuellement assurer un contrôle rigoureux des coûts d'exploitation, mais notre situation financière est fort acceptable; nous avons atteint l'équilibre budgétaire à la fin de la dernière année fiscale et avons réussi à réduire notre déficit accumulé.


La curiosité et l'intérêt pour la musique classique dans la population en général n'ont jamais été aussi grands. Laval a son orchestre symphonique. La Montérégie a le sien. Plusieurs ensembles de musique classique ont vu le jour dans la région métropolitaine au cours des dernières années. Cette effervescence profite aussi à l'OSM dans la mesure où elle amène dans les salles de concert un nouveau public qui découvre la beauté, la pérennité et l'univers fascinant de la musique classique.


Non seulement l'OSM peut compter sur un important public qui lui est fidèle depuis de nombreuses années, il peut aussi espérer attirer une nouvelle clientèle dont on ne soupçonnait même pas l'existence il y a quelques années. Que l'on pense aussi au succès des stations de radio qui diffusent de la musique classique. Cette réussite démontre clairement que, malgré l'élargissement de l'offre de produits culturels et la prolifération du divertissement multimédia, l'intérêt pour la musique symphonique, loin de se tarir, est plutôt en voie de se développer.


Il y a quelques mois, le gouvernement du Québec a annoncé la construction de la Maison de l'OSM. Ce projet tant attendu permettra à notre orchestre de se produire dans des conditions optimales et d'offrir au public une qualité sonore encore meilleure. Il s'agit d'un projet des plus stimulants qui contribuera au prestige et au rayonnement de l'Orchestre symphonique de Montréal.


Au fil de ses 68 ans d'existence, l'OSM a progressé grâce aux nombreux chefs d'orchestre et aux musiciens talentueux qui lui ont donné — et lui donnent toujours — le meilleur d'eux-mêmes. Mais l'OSM doit aussi ses succès au soutien de son public, à celui de ses bénévoles, de ses mécènes et de ses commanditaires, du secteur privé comme du secteur public. Nous sommes très honorés de cet appui et y trouvons une source de motivation permanente pour mener à bien la mission de l'OSM.


Le départ de Charles Dutoit signale le début d'un nouveau chapitre dans l'histoire de notre orchestre. Afin d'aider l'OSM à atteindre d'autres niveaux d'excellence, nous comptons plus que jamais sur cet appui indéfectible du public et de nos partenaires. Il faut que l'OSM continue de faire la fierté de Montréal, du Québec et du Canada.