Merci au SPVM pour sa contribution !

Nous voudrions souligner le soutien du Service de police de la Ville de Montréal à cette semaine des personnes handicapées. En effet, l’annonce de l’achat des « canons à son », de son nom de fabrication Long-Range Acoustic Device, est une bruyante contribution pour soulever l’absence de prévention de la surdité au Québec. Il faut savoir que les canons à son peuvent émettre jusqu’à 143 dB, alors que le seuil de la douleur auditive commence à 90 dB et que les dommages irréversibles commencent à 120 dB pendant une exposition de quelques secondes.

 

D’abord, nous sommes interloqués devant la décision d’investir dans ces armes non létales à une époque où les citoyens n’entendent parler que d’austérité. Investissement discutable, car nous dépensons des sommes considérables pour le programme d’aides auditives de la Régie de l’assurance maladie du Québec. Nous trouvons curieux que le SPVM acquière ces canons à son qui peuvent contribuer à une augmentation, déjà significative, des troubles auditifs. Les recherches montrent que 16 % des jeunes de 6 à 19 ans ont déjà des signes précoces de déficit auditif, dont des acouphènes à cause de l’exposition répétée à des niveaux de bruits élevés. Nous proposons à la Ville de Montréal d’investir plutôt dans une campagne de sensibilisation aux effets néfastes du bruit, ce qui serait plus souhaitable à long terme pour la jeune génération que de la rendre sourde, par mégarde, lors d’une manifestation.

 

Pendant ce temps, 8 % de la population du Québec souffre d’une déficience de l’audition. Ce chiffre n’ira qu’en augmentant. Le vieillissement de la population, ainsi que l’augmentation significative des acouphènes chez les jeunes personnes sont des signaux criants d’un problème de santé publique. Les délais d’attente pour accéder aux services pour les personnes ayant des limitations auditives n’iront pas en s’améliorant si le canon à son ajoute des personnes sur les listes.

 

Encore plus insidieux : le canon à son ne discrimine pas ; étudiants, syndiqués, bébés, porteurs de prothèses auditives, non-voyants, jeunes avec acouphènes, badauds observant la manifestation… tout le monde est égal devant l’adversité non létale ! Quoi de mieux pour couvrir la voix du peuple qu’un canon à son ?

 

Nous proposons, afin de rassurer les citoyens sceptiques à l’égard d’une arme non létale, d’en démontrer l’innocuité. Comme pour le pistolet Taser, nous pensons qu’il n’y a rien de mieux que de faire un essai sur les policiers pour être certains qu’ils en comprennent les effets non létaux. Si jamais l’un d’entre eux perd l’audition, il pourra toujours devenir membre d’un organisme — sous-financé — pour personnes malentendantes. Pour finir, en guise de responsabilité envers la communauté, nous avertissons les futurs manifestants de se procurer de bons protecteurs pour les oreilles pendant que c’est encore toléré.

 

Bonne Semaine des personnes handicapées et bienvenue à nos prochains membres !

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

Nous proposons à la Ville de Montréal d’investir plutôt dans une campagne de sensibilisation aux effets néfastes du bruit

5 commentaires
  • Jean-Marc Pineau - Inscrit 6 juin 2014 02 h 26

    Félicitations !

    Merci, Madame Montreuil, de ce message si éloquent, que tout le monde devrait pouvoir entendre... y compris les policiers et, surtout leurs dirigeants !
    Je ne veux pas être trop pessimiste, mais je ne peux m'empêcher de penser, hélas, que votre message est un peu trop subtil pour être entendu de ceux à qui il s'adresse.
    « Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre », alors que, grâce à ces inconscients pour qui le bruit est une preuve de leur propre existence, ceux qui le voudraient n'en ont plus tous la capacité physique.
    « Que voulez-vous ? », dirait l'ancien premier ministre canadien qui aimait étrangler de ses propres mains (et pas nécessairement de ses mains propres) les manifestants qui se trouvaient sur son chemin, on ne peut pas tous se promener avec une bombe nucléaire dans les poches : « Ça pourrait blesser des enfants ! »
    Avec des raisonnements comme ceux-ci aux plus hauts niveaux du gouvernement, il ne faut pas s'étonner que la police s'arme pour faire face aux perturbateurs de la paix des bons bourgeois.
    À Québec, la subtilité d'un Robert Poéti n'augure rien de bon pour le mandat de ce « nouveau » qui s'occupe, semble-t-il, de nos « vraies affaires ».

  • Guy Vanier - Inscrit 6 juin 2014 05 h 58

    Et bientôt...

    Ce sera des cannons à eaux!

  • Denis Miron - Inscrit 6 juin 2014 07 h 17

    La pensée unique rend sourd...


    La pensée unique rend sourd et la démocratie est vu comme un handicap pour les partis (de l’économie) qui acquièrent le pouvoir de façon majoritaire. On a donc décidé de restreindre son champs d’action au temps que dure la période électorale.

  • François Genest - Inscrit 6 juin 2014 11 h 54

    Il n'est pire sourd que celui qui ne veut pas entendre.

    Je n'en dis pas plus, vous avez compris.

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 6 juin 2014 12 h 00

    Bébelles pour grands bébés

    Ces "penseurs" du SPVM ne semblent être au courant que le niveau de bruit est en hausse constante à Montréal. De toute part. Même les ambulances se sont équipées de hauts-parleurs à ultra-basse fréquences. Et là on a la cerise sur le gâteau. Un système conçu pour repousser les attaques des écologistes comme Greenpeace contre les baleiniers japonais.

    On se demande d'où sortent ces gens. À force de renchérir sur des moyens techniques, le bruit augmentera inexorablement, et ce, au détriment de la santé des Montréalais.