Quand un rapport annuel ne dit rien… doit-on avoir confiance?

Le rapport annuel du SPVM ne comprend aucun mot sur les incidents survenus durant l’année 2013, ni sur les enjeux entourant le profilage social et politique, comme ceux de l’annuelle manifestation contre la brutalité policière (notre photo), lors de laquelle plusieurs personnes ont été arrêtées avant même que ne débute la manifestation.
Photo: François Pesant - Le Devoir Le rapport annuel du SPVM ne comprend aucun mot sur les incidents survenus durant l’année 2013, ni sur les enjeux entourant le profilage social et politique, comme ceux de l’annuelle manifestation contre la brutalité policière (notre photo), lors de laquelle plusieurs personnes ont été arrêtées avant même que ne débute la manifestation.

L'arrivée, chaque printemps, du rapport annuel du SPVM est une nécessité dans une société démocratique, tant il est important qu’une institution policière puisse rendre des comptes aux citoyens quant à son action. Mais elle est aussi une déception réelle quant à l’incapacité du service de police de témoigner d’une véritable réflexion sur ses pratiques et leurs effets pour renforcer la confiance des citoyens à son endroit.

 

Le rapport indique que « l’ouverture, le dialogue, la transparence et l’amélioration en continu de nos façons de faire sont au coeur du lien de confiance qui unit les citoyens et les policiers de Montréal ». Ainsi, la confiance sera au coeur de la cuvée 2013, avec la mise en oeuvre de « l’approche Citoyens ».

 

Pourtant, pas une ligne, un mot, sur les incidents survenus durant l’année 2013, sur les enjeux entourant le profilage social, racial et politique et sur les difficultés du SPVM à intervenir auprès des populations marginalisées, sur la manière d’évoquer les situations.

 

Doit-on et peut-on avoir confiance dans le service de police quand des patrouilleurs tiennent, au quotidien, des propos insultants, injurieux et parfois même intimidants à l’endroit des populations itinérantes ?

 

Doit-on et peut-on avoir confiance dans le service de police quand, malgré l’adoption d’une politique en matière de profilage social et racial, aucun incident ni événement n’est recensé, analysé et sanctionné ?

 

Doit-on et peut-on avoir confiance dans le service de police quand les interventions auprès de personnes en situation de crise conduisent à la mort ?

 

Doit-on et peut-on avoir confiance dans le service de police quand certaines manifestations sont interdites sur-le-champ et d’autres acceptées ?

 

Doit-on et peut-on avoir confiance dans le service de police quand un seul cas est transmis au Comité de déontologie policière ?

 

Les réponses ne se trouvent pas dans le rapport annuel. On demande aux citoyens de faire confiance de manière aveugle à leur service de police. Pourtant, un sondage non probabiliste de type panel Internet mené en 2013 auprès de 700 personnes, dont 336 Montréalais, montre que 20 % des Montréalais considèrent que les policiers sont trop répressifs à l’endroit des populations autochtones, 18 % estiment de la même façon que les policiers sont trop répressifs à l’endroit des minorités visibles, 28 % à l’égard des étudiants et 19 % à l’égard des populations itinérantes. En somme, un Montréalais sur cinq s’inquiète des pratiques du SPVM à l’égard de certains groupes de la population.

 

Il est dommage qu’ils ne puissent trouver réponse à leurs inquiétudes dans un rapport annuel d’un service de police, qui leur demande pourtant de lui faire confiance, ni même dans le travail des élus de la Commission de la sécurité publique chargés de les représenter et veiller au travail du service de police.


*Céline Bellot, directrice de l’Observatoire des profilages racial, social et politique et professeure à l’école de service social de l’Université de Montréal ; Suzanne Bouclin, professeure à la Faculté de Droit de l’Université d’Ottawa et membre de l’Observatoire ; Pascale Dufour, professeure au Département de science politique de l’Université de Montréal et membre de l’Observatoire ; Francis Dupuis-Derri, professeur au Département de science politique de l’UQAM et membre de l’Observatoire ; Paul Eid, professeur au Département de sociologie et membre de l’Observatoire ; Fo Niemi, directeur du CRARR et membre de l’Observatoire ; Jacinthe Rivard, coordonnatrice de l’Observatoire ; Marie-Ève Sylvestre, professeure à la section de droit civil de la Faculté de droit de l'Université d'Ottawa. 

****

NDLR: Une correction a été apportée dans la liste des signataires après la mise en ligne. 

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

4 commentaires
  • Nicole Moreau - Inscrite 26 mai 2014 07 h 58

    Si le rapport ne dit rien de tous ces événements

    comment faire confiance? c'est comme si on disait, à la face du monde, que ces événements n'ont pas vraiment eu lieu, et pourtant...

    on semble très loin de la transparence qui pourrait fonder le lien de confiance si nécessaire pour que la situation s'améliore

  • - Inscrit 26 mai 2014 08 h 46

    Dire ...

    ... que ces mêmes policiers, qui ont boycotté Ménard et se sont permis de critiquer son rapport, sont autant inhabiles à faire face à une d'autres manifaestations massives. Quand onne veut pas voir la réalité en face, on se condamne à ne jamais améliorer ses façons d'opérer. Attitude injustifiable de la part de personnes armées.

  • Benoît Gagnon - Inscrit 26 mai 2014 12 h 23

    Personnellement...

    Je n'ai pas confiance aux policiers. En fait, j'ai peur d'eux. Même s'ils produisaient un rapport annuel, cela n'y changerait rien. J'en connais assez sur les méthodes de recrutement et sur la moralité douteuse de certaines personnes ayant été recrutés dans la police pour savoir qu'il y a autant de bandits, de dérangés et de dangereux individus dans la police que dans n'importe quelle sphère de la société.

    Bref, je n'ai pas plus confiance en eux qu'en n'importe qui d'autre dans la rue, à la différence que ceux-ci (le spoliciers) sont armés et sont protégé par la Loi et que "n'importe qui d'autre" (moi compris) ne l'est généralement pas.

  • Marco Simonsen-Séréda - Inscrit 26 mai 2014 15 h 05

    De sérieux manquements aux "objectifs de transparence"...

    Merci pour ce texte!

    Pour voir un autre exemple de l'indifférence totale du SPVM envers leur parole et leurs responsabilités: à une question posée sur de nombreux cas documentés de mensonges, Marc Parent n'insiste que sur les "objectifs de transparence" du SPVM, ne reconnaissant qu'une vague possibilité d'erreurs statistiques, mais sans plus commenter leur nature, leur fréquence, leur gravité et leur contribution à une sérieuse crise de confiance...

    http://blogocram.wordpress.com/2014/05/14/montreal