La mobilisation du vote libéral est déterminante

On a souvent entendu que la hausse de la participation électorale favorise le Parti québécois. L’élection de 2012 semble confirmer cette croyance. Or, avec un taux de participation assez semblable à 2012, l’élection de 2014 offre un résultat fort différent. Doit-on conclure que le taux de participation n’a rien à voir avec les résultats électoraux ?

 

Bien au contraire, nous proposons ici une analyse qui tient compte de la participation électorale, non pas à l’échelle du Québec, mais plutôt à l’échelle des circonscriptions. Ce faisant, nous suggérons que le résultat de l’élection du 7 avril 2014 s’explique en partie par la mobilisation d’un vote libéral nouveau issu de citoyens n’ayant pas voté par le passé, ainsi que de la démobilisation d’électeurs traditionnellement péquistes qui sont cette fois-ci restés chez eux.

 

En premier lieu, nous avons tous remarqué la hausse du vote par anticipation cette année. C’est d’ailleurs une tendance depuis de nombreuses élections. En regardant les changements dans le niveau de participation au vote par anticipation entre 2012 et 2014 par circonscription, on remarque que cette hausse est irrégulière. En effet, c’est dans les circonscriptions où le vote par anticipation avait été très important en 2012 que l’on observe les plus grandes augmentations. Une explication probable serait que, dans ces circonscriptions, les machines de partis politiques sont devenues encore plus efficaces pour stimuler le vote de leurs partisans, d’autant plus que l’exercice est bien organisé. Notre analyse montre une forte relation positive entre le niveau de participation au vote par anticipation entre les élections de 2012 et de 2014.

 

Dans le même esprit, il est possible d’observer une relation positive entre les taux de participation des circonscriptions de ces deux mêmes élections. Globalement, plus le taux était élevé en 2012, plus la participation a été élevée en 2014. Cependant, on remarque aussi que les circonscriptions gagnées par un candidat du Parti libéral sont généralement au-dessus de la moyenne, alors que celles gagnées par un candidat du Parti québécois, de la Coalition avenir Québec ou de Québec solidaire se situent surtout en dessous de la moyenne. Ceci suggère que c’est le Parti libéral qui aurait bénéficié de la participation électorale élevée dans les circonscriptions concernées.

 

L’analyse devient encore plus intéressante lorsqu’on observe les changements dans la participation entre 2012 et 2014. On constate que dans toutes les circonscriptions où la participation a augmenté, un candidat du Parti libéral a été élu, sauf dans Bonaventure. Il s’agit principalement de châteaux forts libéraux comme D’Arcy-McGee, Robert-Baldwin, Pontiac et Mont-Royal. En fait, si on trie les circonscriptions selon l’ampleur de la différence entre la participation de 2012 et 2014, le premier tiers des circonscriptions est essentiellement libéral. En fait, la participation a augmenté presque exclusivement dans des circonscriptions ayant de fortes communautés anglophones et allophones. Ceci suggère donc qu’il y a eu mobilisation du vote libéral qui dissimulerait une baisse des appuis aux autres partis.

 

Finalement, en s’attardant aux circonscriptions perdues par le PQ en 2014, on constate qu’elles sont de deux types. Le premier consiste en des circonscriptions où la participation a diminué, mais moins que celles restées au PQ. Le deuxième type consiste en des circonscriptions où le taux de participation a chuté de cinq à dix points de pourcentage. Cela aurait permis à la CAQ de se faufiler.

 

En conclusion, l’élection de 2014 marque peut-être un tournant dans la vie politique québécoise. Néanmoins, contrairement à ce qui a été avancé, le premier défi du Parti québécois n’est peut-être pas tant de séduire l’électorat des autres partis, mais bien d’inciter ses propres partisans à voter dans de plus fortes proportions.

 

Note des auteurs : Les analyses présentées ci-dessus sont tirées des données officielles du DGEQ disponibles le 10 avril 2014 à midi. La circonscription d’Ungava est exclue puisque nous n’avions pas toutes les informations nécessaires au moment de produire les analyses.


Éric Montigny, Marc A. Bodet, Charles Tessier, François Gélineau

À voir en vidéo