Nous ne visons pas les mêmes marchés

Riche d’une expérience de travail de 35 ans, j’ai pris la tête de Ciment McInnis il y a près de deux ans après avoir passé tout près de trente années au sein de l’industrie cimentière aux quatre coins du globe. Il en va de même pour l’équipe de Ciment McInnis, qui compte des individus possédant une connaissance profonde de l’industrie, de ses rouages et de ses façons de faire.

 

D’entrée de jeu, il ne faut surtout pas penser que le gouvernement a accordé des avantages financiers à notre entreprise. La vérité est que le gouvernement accorde un prêt avec un taux d’intérêt de 3% supérieur à la dette de premier rang et que, par l’entremise d’Investissement Québec, il obtiendra 100 millions en capital- actions de l’entreprise. Les intérêts versés au gouvernement ainsi que les profits générés par l’entreprise seront donc bénéfiques aux finances de l’État.

 

Bien que la participation gouvernementale soit importante, il faut aussi rappeler l’apport de 650 millions de dollars provenant de la famille Beaudoin, de la CDDPQ, d’un groupe d’investisseurs chevronnés ainsi que des banques. Vous comprendrez que tous ces intervenants ont longuement pesé et soupesé le projet avant de s’engager dans un investissement de près d’un milliard de dollars.

 

Pour ce qui est de nos intentions d’affaires sur le marché du Québec, mis à part les tonnes de ciment qui sont présentement importées d’outre-Atlantique, il ne constitue pas notre marché cible. La raison est simple: les trois grandes cimenteries sont également propriétaires de compagnies de béton. Il est donc impensable que nous puissions vendre notre ciment à des bétonnières qui appartiennent à des concurrents.

 

La grande majorité de notre production sera donc exportée hors Québec. L’un des marchés visés sera la côte nord-est des États-Unis qui, contrairement à ce que certains ont laissé croire, importe en ce moment d’outre-mer 1,5 million de tonnes de ciment annuellement et cette demande ne fera qu’augmenter avec la reprise économique.

 

La raison pour laquelle nous pourrons efficacement tailler notre place sur ce marché repose sur un emplacement stratégique dans la baie des Chaleurs et sur notre terminal marin en eau profonde nous permettant d’acheminer notre produit à faible coût sur de très grandes distances.

 

Il s’agit d’un élément de différenciation majeur par rapport aux quatre cimenteries québécoises puisque celles-ci ne peuvent recourir qu’au transport terrestre. Ce moyen de transport est nettement plus coûteux et limite considérablement la capacité de ces usines à exporter leur production au-delà d’une distance assez limitée.

 

Il est donc totalement faux de prétendre que nous concurrencerons les cimenteries du Québec, car nous ne visons simplement pas les mêmes marchés et que ces dernières ne peuvent accéder aux marchés convoités et y vendre leur produit tout en réalisant un profit.

 

D’un point de vue environnemental, notre cimenterie sera parmi les plus modernes en Amérique du Nord. À tel point que nous respecterons les normes actuelles les plus sévères, en plus des normes NESHAP de l’Environmental Protection Agency des États-Unis qui entreront en vigueur en 2015. Nos équipements ultramodernes permettront donc d’atteindre des performances environnementales de loin supérieures à toutes les cimenteries canadiennes et, de facto, aux quatre cimenteries du Québec.

 

Il est inquiétant de constater l’opposition farouche de l’Association canadienne du ciment qui, en tant que représentante de l’industrie, devrait pourtant se réjouir de la venue d’un nouveau joueur.

 

La venue de Ciment McInnis et de la cimenterie de Port-Daniel-Gascons représente un projet majeur pour tout le Québec. Le projet créera 2300 emplois par an pendant la phase de construction et près de 400 emplois une fois en exploitation.

 

Les Québécois ont de quoi être fiers de ce projet qui soutiendra significativement notre balance commerciale, rapportera des profits au Québec et créera des centaines et des milliers d’emplois tout en affichant une performance environnementale exemplaire.

 

Voilà notre projet.

À voir en vidéo