L’unifolié, un drapeau né dans la douleur

L'Union Jack
Photo: La Presse canadienne (photo) L'Union Jack

La mort le 27 décembre dernier du principal instigateur de l’unifolié canadien, le colonel John Ross Matheson (1917-2013), permet de rappeler combien cet emblème fut adopté dans la controverse et au terme d’un débat déchirant. Qui plus est, si le Québec a pu proclamer son propre drapeau dès 1948, c’est largement parce que le Canada s’avérait incapable d’en faire autant, tant restaient profonds ses liens coloniaux avec la Grande-Bretagne.

 

Si la Confédération de 1867 n’a rien d’une déclaration d’indépendance, 100 000 Canadiens et Québécois morts au XXe siècle pour l’Angleterre représentent un lourd tribut payé pour l’indépendance du Dominion. Le premier ministre Mackenzie King s’engage donc en 1945 à doter le Canada d’un drapeau distinctif et à consacrer cette souveraineté chèrement acquise. En principe rassembleuse, la proposition provoqua pourtant un tollé au Canada anglais, qui demeurait fort attaché à la mère patrie. Le gouvernement King doit finalement reculer et faire adopter le Red Ensign, une pâle imitation de l’Union Jack anglais.

 

En s’enferrant ainsi dans ses racines britanniques, le Canada laissait le champ libre au Québec pour qu’il proclame son propre drapeau, le fleurdelisé, plongeant lui dans ses racines françaises, Les motions successives du député René Chaloult en 1946, 1947 et 1948 s’appuient toutes sur l’incapacité avérée du Canada à poser le moindre geste de souveraineté vis-à-vis de la Métropole. Si le premier ministre Duplessis hésite un temps à officialiser le nouvel emblème du Québec, c’est qu’il cherche à en tirer le meilleur parti possible en lui donnant une touche personnelle. Perspicace, le chanoine Lionel Groulx aurait alors suggéré de redresser les quatre fleurs de lys, qui pointaient vers le centre dans la «version de Carillon», de sorte qu’elles pointent vers le haut dans la «version Duplessis». Le texte officiel de l’arrêté en conseil du 21 janvier 1948 réfère d’abord et avant tout à l’échec du Canada anglais de se doter d’un drapeau national: Attendu qu’il n’existe pas actuellement de drapeau canadien distinctif; attendu que les autorités fédérales semblent s’opposer à l’adoption d’un drapeau exclusivement canadien et négligent en conséquence de donner à notre pays, le Canada, un drapeau qu’il est en droit d’avoir; [...] il est ordonné [...] que le drapeau généralement connu sous le nom de fleurdelisé, c’est-à-dire drapeau à croix blanche sur champ d’azur et avec lis, soit adopté comme drapeau officiel de la province de Québec et arboré sur la tour centrale des édifices parlementaires à Québec.

 

Des deux côtés de la Chambre, l’accueil est enthousiaste, les députés de l’Union nationale se pressant même autour de leur chef pour chanter : «Il a gagné ses épaulettes». La minorité anglophone sembla accepter de bon gré la situation. Quant aux électeurs, ils se montrent apparemment ravis puisqu’aux élections suivantes, en juillet 1948: ils donnent à l’Union nationale 82 sièges sur 90…

 

Le fanion de Pearson

 

Au Canada anglais, en revanche, c’est la consternation. Le geste sans précédent du Québec jette une lumière crue sur l’évanescence de l’identité canadienne, alors égarée entre la morgue britannique et l’arrogance américaine. À la suite du Québec, d’autres provinces allaient bien se doter de draùpeaux distinctifs, mais tous sont dérivés de blasons anglais. Quant à l’État fédéral, à la veille de son centenaire et de l’exposition Terre des Hommes de 1967 à Montréal, une métropole francophone, il n’a d’étendard à montrer au monde qu’un succédané du drapeau anglais. Le douloureux débat doit donc reprendre, l’un des plus déchirants des annales canadiennes.

 

Lester B. Pearson est alors à la tête d’un gouvernement libéral minoritaire (1963-1965) qui a désespérément besoin des voix du Québec pour se maintenir. En mai 1964, il dépose donc une motion afin de montrer que le Canada peut s’affranchir du drapeau britannique et faire adopter un pavillon typiquement canadien représentant trois feuilles d’érable entre deux bandes bleues. Le débat sera acrimonieux et durera des mois, les Communes y passant même l’été, un fait unique. Le principal opposant au projet, le chef conservateur John Diefenbaker, voyait un grand intérêt électoral à défendre bec et ongles les valeurs britanniques illustrées dans le Red Enseign et à dénoncer les deux bandes bleues du «fanion de Pearson» qui semblaient référer au Québec et au fait français. Sûr de l’emporter en isolant le Québec et en flattant le britannisme des Canadiens, Diefenbaker exige un référendum mais le premier ministre choisit d’en déférer à un comité du Parlement. Ce comité recevra des milliers de suggestions de Canadiens, mais l’exercice consiste d’abord à trancher le noeud gordien entre le nationalisme de Pearson et le britannisme des conservateurs.

 

À titre de héros de guerre se piquant d’héraldique, le député libéral John Ross Matheson jouera un rôle clé dans ce comité, reconnu depuis comme l’artisan du compromis final. On lui doit en fait que le drapeau adopté soit résolument exempt de référence au Québec ou à la dualité canadienne. Tandis que le PM Pearson tenait à ses deux bandes bleues, Matheson aurait répondu que «Blue is not a Canadian Color». Il s’appuyait en cela sur un avis juridique de 1921 ayant déjà consacré le rouge et le blanc comme couleurs officielles du Canada et la feuille d’érable comme emblème du Canada lors des foires coloniales.

 

Le comité choisit donc de recommander le dessin créé par George Stanley, inspiré du drapeau du Collège militaire royal du Canada à Kingston, en Ontario. L’unifolié fut proclamé par la reine du Canada, le 28 janvier 1965, puis massivement utilisé au Québec lors des célébrations du centenaire de 1967. Ne faisant allusion ni aux racines autochtones, françaises ou britanniques (initialement exprimées par les trois feuilles d’érable de Pearson), l’unifolié finit par faire consensus à force d’indifférence. Si les deux bandes latérales réfèrent aux deux océans (rouges?) de la devise canadienne, la feuille d’érable apparaît bien insipide: un arbre qui ne pousse que dans la partie est du Canada actuel. En somme, un drapeau qui ne souleva jamais l’enthousiasme, mais qui permit au moins au Canada anglais de sortir d’un de ses rares débats à propos de son identité.


Gilles Laporte - Historien et président du Mouvement national des Québécoises et Québécois (MNQ)

À voir en vidéo