La menace d’Alcoa est-elle sérieuse?

Les installations d’Alcoa à Evansville, aux États-Unis. Le géant américain de l’aluminium menace de fermer ses usines québécoises si ses tarifs d’électricité ne sont pas revus à la baisse.
Photo: Daniel R. Patmore Associated Press Les installations d’Alcoa à Evansville, aux États-Unis. Le géant américain de l’aluminium menace de fermer ses usines québécoises si ses tarifs d’électricité ne sont pas revus à la baisse.
Voyons tout d’abord dans quelle situation se trouve Alcoa. La récession que connaît l’industrie de l’aluminium l’a sérieusement affaiblie. Depuis 2009, Alcoa a fermé cinq usines dans le monde et a coupé une partie de la production de plusieurs autres. Récemment, son titre a été retiré du Dow Jones à cause d’une trop faible valorisation par les marchés. En mai dernier, sa dette était déclassée par Moody’s et est désormais considérée comme des junk bonds [obligations à haut risque]. Bref, cela va très mal pour Alcoa. Il ne faut donc pas se surprendre dans ce contexte que la direction remue ciel et terre pour réduire ses coûts.

Par ailleurs, le Québec a longtemps été une terre de prédilection pour les nouvelles alumineries grâce à un tarif grande puissance (tarif L) très avantageux, un dollar canadien beaucoup plus faible qu’aujourd’hui et un prix de l’énergie calculé en fonction du prix de l’aluminium (aussi appelé « contrat à partage de risque », car Hydro-Québec acceptait de cette façon un prix moins élevé quand le prix de l’aluminium était plus bas). C’est ainsi que se sont construites les usines de Bécancour et de Deschambault, aujourd’hui respectivement propriété d’Alcoa à 75 % et 100 %, et Alouette à Sept-Îles, propriété d’un consortium dont les principaux actionnaires sont Hydro Aluminium et Rio Tinto Alcan. De cette façon, le Québec est devenu, pendant une période d’une quinzaine d’années jusqu’au début des années 2000, le principal pôle de production d’aluminium en Occident avec environ 10 % de la production mondiale.

Dollar à parité

La situation est bien différente aujourd’hui : le dollar canadien est presque à parité avec le dollar américain et le tarif L a plus que doublé depuis 1985 pour passer à 4,4 ¢/kWh. Exprimé en dollar américain, le tarif L a donc presque triplé, tandis que le prix de l’aluminium n’est guère plus élevé aujourd’hui qu’il l’a été en moyenne au cours des années 80. Par ailleurs, cette augmentation s’inscrit dans un contexte où les coûts de l’énergie diminuent dans plusieurs régions du monde : aux États-Unis, en raison de l’explosion de la production du gaz de schiste, et même en Europe, où les prix de gros de l’énergie diminuent, entraînant la fermeture de plusieurs usines de production d’électricité alimentées au gaz naturel.

Bref, l’énergie du Québec n’est plus aussi compétitive qu’elle l’a déjà été.

Que demande Alcoa ? Son contrat d’énergie expire à la fin de 2014. Aujourd’hui, on estime qu’Alcoa paye son énergie environ 3 ¢/kWh. (C’est une estimation, car le chiffre exact n’est pas public). Par la suite, le contrat signé avec Hydro-Québec prévoit un prix d’énergie égal au tarif L. Alcoa payerait donc 1,4 ¢/kWh de plus qu’aujourd’hui, soit presque 200 millions de dollars par année pour l’ensemble de ses trois usines. De plus, ce nouveau tarif ne serait plus établi en fonction du prix de l’aluminium comme il l’est aujourd’hui. On voit donc qu’il s’agit d’un enjeu majeur pour l’entreprise.

Est-ce vraiment rentable pour Alcoa de fermer temporairement ses usines au Québec ? La réponse est d’évidence non. Même au prix de l’aluminium aujourd’hui, qui est très bas, les coûts qu’Alcoa économiserait en fermant temporairement ses usines seraient moindres que les revenus tirés de la vente de l’aluminium. Donc, en fermant ses usines au Québec, Alcoa réduirait son bénéfice. De plus, il ne faut pas oublier que le redémarrage d’une aluminerie est extrêmement coûteux. Pour l’ensemble des trois usines, on parle de plusieurs centaines de millions de dollars.

Mauvaise nouvelle pour Hydro

Pour Hydro-Québec, la fermeturedes usines d’Alcoa ne serait pas non plus une bonne nouvelle. Hydro-Québec est désormais en position de surplus d’énergie. Si Alcoa ferme ses usines et libère ainsi environ 1600 MW, il est peu probable qu’Hydro-Québec puisse vendre cette énergie à bon prix aux États-Unis, sans compter que la capacité des interconnexions avec le réseau américain est limitée. De plus, le Québec veut attirer de nouvelles industries, dont celle de l’aluminium, en utilisant ses surplus d’énergie. Commencer par la fermeture de trois alumineries sonnerait le glas de cette stratégie du gouvernement du Québec.

En somme, la fermeture des alumineries d’Alcoa au Québec est un très bon exemple d’une stratégie où tout le monde y perd.

En revanche, Alcoa n’a rien à perdre à faire cette menace. Si le Québec accepte de modifier son contrat d’énergie, c’est autant de gagné. Compte tenu de l’ampleur de l’enjeu, Alcoa pourrait même fermer une partie de son usine de Baie-Comeau si le gouvernement et Hydro-Québec refusent de bouger et qu’elle estime que cette fermeture est susceptible de convaincre le gouvernement et Hydro-Québec de faire un pas dans sa direction.

On pourrait se demander pourquoi Alcoa a choisi ce moment pour rendre publique cette menace, car son contrat d’énergie n’expire qu’à la fin de 2014. La réponse est évidente : de nouvelles élections au Québec sont probables d’ici quelques mois et la menace d’Alcoa sera certainement un enjeu électoral.

Le gouvernement actuel n’a donc pas beaucoup de marge de manœuvre. Une stratégie possible serait d’accepter de continuer à indexer partiellement le prix de l’énergie sur le prix de l’aluminium comme c’est le cas aujourd’hui. De cette façon, Alcoa paierait moins cher son électricité si le prix de l’aluminium est bas comme aujourd’hui, mais Hydro-Québec pourrait compenser ce manque à gagner lorsque les prix de l’aluminium auront retrouvé un peu de couleur.

Mais cette proposition ne suffira pas si Alcoa se convainc que l’opposition va gagner les élections et que celle-ci lui proposera un contrat plus intéressant.
Un dossier à suivre, donc.


Serge Roy - Les Échelles, France. L’auteur a travaillé pour Rio Tinto Alcan pendant 28 ans. Il est maintenant consultant en planification stratégique dans le domaine de l’aluminium primaire chez Aluconsult.

À voir en vidéo