L’afro-optimisme ambiant doit être tempéré

Cinq pays, dont l’Afrique du Sud, comptent pour la moitié du PIB?de l’Afrique. Ci-dessus: Johannesburg, la métropole de ce pays.
Photo: Agence France-Presse (photo) Stéphanede Sakutin Cinq pays, dont l’Afrique du Sud, comptent pour la moitié du PIB?de l’Afrique. Ci-dessus: Johannesburg, la métropole de ce pays.

Depuis quelques années, on assiste à une situation plutôt particulière : des travailleurs portugais qui immigrent en Angola (pays d’Afrique et ancienne colonie portugaise) pour y trouver du travail et espérer avoir, enfin, un peu plus de prospérité que ce qu’ils trouvent ces temps-ci chez eux, en Europe. Ce fait, parmi tant d’autres, traduit bien cette euphorie qui s’est emparée de l’Afrique et qui laisse croire que le continent est enfin en train de réussir son décollage économique. Mais le pari est loin d’être gagné !

 

Il est vrai que, depuis quelques années, l’heure est à l’afro-optimisme. Plusieurs journaux et magazines ont publié des articles sur les avancées en Afrique et sur les potentialités que représente le continent africain sur le plan économique. The Economist et le Time Magazine lui ont même consacré, chacun à son tour, une édition spéciale intitulée « Africa Rising ». Et, il y a à peine un mois, l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) avait organisé à Paris un forum international sur l’élan économique du continent africain.

 

Cet optimisme se comprend. Si on exclut l’épisode négatif relatif à la crise financière de 2008, l’économie africaine se porte très bien. Depuis 2000, son PIB affiche, en moyenne, un taux annuel de croissance d’environ 5 %, si bien qu’il a plus que doublé pour se situer aujourd’hui à près de 3500 milliards de dollars. Pendant cette période, le revenu per capita a lui aussi enregistré une hausse substantielle, passant de 2000 $ à environ 3200 $ (OCDE : 2013). Par ailleurs, ses ressources minières et énergétiques (pétrole et gaz) sont devenues un moteur de développement majeur dans cette croissance et font l’objet de toutes les convoitises, aussi bien de la part des puissances industrielles occidentales que de la part des puissances émergentes.

 

De plus, sur le plan de la demande intérieure, on assiste à l’émergence d’une nouvelle « classe moyenne », de plus en plus urbaine, avide de consommation de biens et de services de toutes sortes. Par exemple, dans le domaine des communications, les ventes de téléphones mobiles fracassent des records et témoignent de cette effervescence qui traverse le continent.

 

Revers de la médaille

 

Mais, derrière ce beau tableau et ces progrès, quelques ombres demeurent. En effet, malgré cette croissance observée, le poids économique du continent africain demeure presque inchangé depuis une dizaine d’années : l’Afrique représente à peine 4 % de l’économie mondiale et 3 % des exportations mondiales (FMI : 2013). De plus, rappelons que l’élan économique des dernières années est largement dopé par les exportations des matières premières et des produits énergétiques, notamment à destination des pays asiatiques, la Chine et l’Inde en premier. À titre d’exemple, des analyses faites par le FMI en 2010 établissaient qu’un point de croissance chinoise créait environ 0,4 point de croissance en Afrique : c’est considérable. Cela veut dire que la transformation structurelle des économies africaines n’a toujours pas eu lieu, comme ce fut le cas, par exemple, en Asie. Autrement dit, l’Afrique n’a pas atténué sa dépendance vis-à-vis de ses ressources extractives et encore moins envers l’extérieur.

 

Sur le chapitre des apports financiers privés, notamment les investissements directs à l’étranger (IDE), le bilan est, encore une fois, mitigé. Les IDE ont certes connu une certaine hausse depuis quelques années, passant de 43 milliards de dollars en 2010 à 56,6 milliards de dollars en 2013. Cependant, pendant cette même période, les apports publics en matière d’aide au développement et de transferts d’immigrants ont augmenté plus vite. Ces derniers, à eux seuls, représentent plus du quart de tous les apports financiers privés, soit 10 milliards de dollars de plus que l’ensemble des IDE.

 

Prospérité : vraiment ?

 

Enfin, cette prospérité nouvelle ne s’est pas généralisée partout en Afrique, et même pas à l’intérieur des pays qui connaissent un véritable envol économique. D’une part, les trajectoires sont très différenciées d’un groupe de pays à un autre : les pays ayant des dotations minières ou énergétiques prisées s’en sortent très bien et les autres, encore confinés dans la spécialisation primaire, notamment celle des produits agricoles, se trouvent carrément à l’écart de cette belle aventure. Il n’est donc pas étonnant que seuls cinq pays (l’Algérie, l’Afrique du Sud, l’Angola, l’Égypte et le Nigéria) représentent plus de la moitié de l’ensemble du PIB du continent qui en compte une cinquantaine.

 

D’autre part, à l’intérieur même des pays qui traversent cette belle période de prospérité, celle-ci n’arrive pas à se matérialiser dans l’ensemble du tissu social. À preuve, lorsqu’on jette un coup d’oeil au coefficient de Gini (indice statistique qui mesure les inégalités dans une société) en Afrique, celui-ci se situe à des niveaux pour le moins alarmants, et ce, particulièrement dans les pays les plus prospères d’Afrique : 63 en Afrique du Sud, 58 en Angola et 49 au Nigéria. On est loin du 40 qu’affichent les États-Unis, pays souvent étiqueté comme inégalitaire, et encore plus du 25 qu’affiche la Suède, pays modèle en matière de redistribution de la richesse. Enfin, l’Afrique fait encore face à des défis énormes sur les plans de l’éducation, de la santé, de la gouvernance et de l’environnement. Dans une enquête récente, menée par l’Afrobarometer Research Project auprès de 51 605 répondants provenant de 34 pays, 20 % affirmaient manquer souvent de nourriture, d’eau potable et de soins médicaux, plus de 50 % attestaient vivre ces situations de pénuries au moins à quelques occasions chaque année et plus des trois quarts estimaient que leur gouvernement est inapte à améliorer la situation de leur pays.

 

Scepticisme légitime

 

En ce sens, entre cet afro-optimisme à la mode, qui désigne ce siècle comme étant celui de l’Afrique, et l’afro-pessimisme qui a régné pendant trop longtemps, il y a moyen de trouver un juste équilibre et une dose de réalisme. Et ça, les Africains sont les premiers à le savoir. Ils sont conscients que leur continent change et avance, mais ils se gardent de trop pavoiser. Car, au début de combien de décennies on leur a fait miroiter qu’une ère de prospérité allait commencer, avant de leur annoncer quelques années plus tard que c’était, encore une fois, une décennie perdue…


Khalid Adnane - Économiste à l’école de politique appliquée, Université de Sherbrooke

À voir en vidéo