Vers le 3 novembre - Montréal doit profiter de la nouvelle importance des centres-villes

Montréal a tout à gagner de la Nouvelle Économie.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir Montréal a tout à gagner de la Nouvelle Économie.

es grandes métropoles des pays industrialisés sont en train de vivre une petite révolution économique, jusque-là passée largement inaperçue. Et c’est une chance pour Montréal, à condition qu’elle sache la saisir. Un peu partout, c’est dans les centres-villes que ça se passe : où naissent et où s’implantent les jeunes entreprises (startups) de la Nouvelle Économie, conséquence directe de l’essor du numérique. New York a désormais sa Silicon Alley, dont le coeur se trouve dans les quartiers branchés de Manhattan (Flatiron District, Chelsea, SoHo…). Londres a vu émerger le Silicon Roundabout (Rond-point du Silicon) dans le vieux quartier de Shoreditch à quelques pas du quartier de la finance. Même dans le berceau californien de la Nouvelle Économie, on a récemment vu des entreprises phares, comme Twitter, Salesforce et AirBnb choisir le centre-ville de San Francisco plutôt que la célèbre Silicon Valley à côté.

 

La Nouvelle Économie

 

Il s’agit là d’un véritable revirement dans le paysage économique et résidentiel des grandes villes. Selon certains commentateurs, la ville de New York serait sur le point de dépasser Silicon Valley comme principale pépinière de jeunes startups de la Nouvelle Économie. Ce retour aux quartiers centraux n’est pas sans impact sur les choix résidentiels des ménages. Manhattan a gagné quelque 135 000 nouveaux résidents depuis 1990 après avoir perdu presque un demi-million d’habitants. Le retour au centre s’est accéléré depuis. Le même revirement s’observe à Boston, à San Francisco, à Chicago et dans d’autres métropoles américaines qui ont gardé des centres-villes intacts. Le lien entre la nouvelle fébrilité économique des centres-villes et l’attractivité résidentielle des quartiers centraux n’est pas difficile à deviner. Les jeunes ménages professionnels cherchent à se rapprocher du centre parce que c’est là où se retrouvent les emplois intéressants. Le lien travail-résidence ne s’arrête pas là.

 

Pourquoi cet engouement soudain pour des quartiers centraux de la part des entreprises de la Nouvelle Économie ? La réponse tient à trois facteurs : 1) la miniaturisation des moyens de production ; 2) le caractère changeant et multiforme des nouveaux produits ; 3) l’effet centralisateur des nouvelles technologies de l’information (NTI). La miniaturisation des moyens électroniques, ordinateurs notamment, dont la puissance de calcul dépasse celle des méga-ordinateurs de naguère, fait que les jeunes innovateurs et créateurs du numérique n’ont pas besoin de beaucoup d’espace de plancher pour générer des revenus. En cela, ces jeunes entreprises ressemblent aux activités de bureaux qui s’accommodent d’édifices en hauteur et, par conséquent, des prix immobiliers (au mètre carré) des quartiers centraux. Les entreprises qui ont besoin d’espace, vastes laboratoires ou campus technologiques, continueront à choisir des localisations plus éloignées (comme Saint-Laurent ou Pointe-Claire), mais ce n’est plus forcément le cas de la majorité des entreprises de la Nouvelle Économie.

 

La nature des nouveaux produits numériques les attire également vers le centre. Ce sont souvent des produits (jeux vidéo ; effets spéciaux ; pages Web…) dont la demande évolue rapidement et dont les « intrants » de matière grise et d’imagination impliquent une diversité d’acteurs (programmeurs, designers, rédacteurs, musiciens…) qui doivent continuellement se rencontrer. La proximité du milieu de la finance joue aussi, tout comme la proximité d’institutions d’enseignement et de recherche. Cette diversité ne se retrouve que dans les quartiers centraux, à laquelle s’ajoute l’attrait d’une ambiance branchée pour les jeunes « bollés » pour qui la proximité de boîtes et de cafés sympas n’est pas sans importance. Finalement, les NTI ont eu pour effet de faciliter la centralisation de la production ; à savoir, pour des nouveaux produits qui, grâce à l’Internet ou d’autres moyens électroniques, peuvent être transmis presque sans frais à des clients à l’autre bout du monde. Un producteur de nouvelles télévisées à auditoire international peut choisir de centraliser ses principaux studios à New York. Et pourquoi ne le fera-t-il pas, car Manhattan lui offre un milieu urbain sans pareil ?

 

Milieux urbains animés

 

Les NTI ont, du même fait, pour effet d’accentuer la concurrence entre grandes métropoles. Y seront désormais gagnantes celles qui peuvent offrir des milieux urbains animés, diversifiés, propices à la création de jeunes entreprises du numérique. C’est en principe une bonne nouvelle pour Montréal, pour une fois que les grandes tendances mondiales nous favorisent. Montréal possède, toutes proportions gardées, l’un des centres-villes les plus forts en Amérique-du-Nord. C’est un actif à valoriser. En plus d’un quartier des affaires dense et animé, la présence au centre de McGill, l’UQAM, Concordia, l’ETS et bientôt du CHUM ne fait que renforcer son attrait pour de jeunes entreprises à la recherche de talents et de matière grise, sans oublier les multiples institutions culturelles. Les quartiers autour du boulevard Saint-Laurent foisonnent de jeunes entreprises du numérique, l’embryon, qui sait, de notre Silicon Boulevard du Quartier Mile-End au nord aux abords du canal Lachine.

 

Quelles leçons en tirer pour Montréal ? D’abord, l’on ne doit pas séparer des politiques de vitalisation résidentielle du centre, dont l’ambition d’attirer des jeunes familles, des politiques de promotion économique. Fini l’époque ou emplois (usines) et résidences étaient incompatibles. Les deux se complètent désormais. Les jeunes startups du centre sont aussi des leviers pour attirer des jeunes familles dans des quartiers limitrophes. Cela signifie la création de milieux urbains multifonctionnels où résidences et lieux de travail peuvent cohabiter, sans pour autant nécessairement occuper les mêmes bâtiments ou les mêmes rues. Cela signifie aussi des marchés immobiliers flexibles pour répondre aux besoins diversifiés et changeants des jeunes entreprises en devenir, mais aussi pour assurer des prix abordables. En ce sens, il ne faut pas avoir peur de densifier, tout en favorisant des espaces verts. Finalement, tout ce qui facilite la fluidité, dont la fluidité des piétons, à l’intérieur du centre doit être favorisé. L’une des ironies de l’arrivée des NTI est l’importance retrouvée de la proximité pour les économies modernes, l’importance de milieux urbains qui facilitent les rencontres et les échanges en face-à-face. C’est une chance pour Montréal.

À voir en vidéo