Bravo pour la déréglementation!

Il ne faut pas chercher d’autres coupables de la tragédie de Lac-Mégantic que ceux qui ont permis la déréglementation dans les transports, qui ont permis que n’importe quel entrepreneur cupide achète une portion de ligne de chemin de fer, quelques locomotives des années 60 et des wagons usagés et qu’il décide comme bon lui semble des règles à suivre.

Autrefois, les trains étaient menés par une équipe de quatre personnes, dont deux breakmans, deux personnes qui s’occupaient de vérifier constamment l’état du train en général et d’appliquer les freins à main. C’est une tâche quand même assez exigeante d’appliquer tous ces freins à main (ce sont les roues qu’on voit sur les wagons). Par la suite, on a laissé tomber le wagon de queue et on a supprimé les deux employés qui s’y trouvaient, soit autant d’économies pour l’entreprise.


Mais, ce qui dépasse les bornes, c’est qu’on permet à un individu de décider qu’une seule personne est suffisante pour conduire un train ! Ce sont eux, les véritables coupables. Il est impensable qu’une seule personne voie à tout, et, de plus, il semble qu’on imposait des quarts de travail de 12 heures ! Pas surprenant que le conducteur, après sa journée de travail, n’ait qu’une seule idée : aller se coucher. Et au diable tous ces freins à main, le moteur de la locomotive principale tourne, donc les freins à air sont en fonction, il n’y a pas d’autre train qui devrait venir, donc on laisse le train sur la voie principale, tout devrait être correct jusqu’à demain matin. Le conducteur reprendra alors son train et s’en ira pour un autre quart de 12 heures peut-être ? Il aurait dû savoir que la pente entre Nantes et Lac-Mégantic est problématique ; très souvent, les trains n’arrivaient pas à s’arrêter en gare, ils devaient revenir sur leurs pas (par chance pour eux, la pente se redresse après Mégantic).


Et que dire des deux employés de l’entreprise qui sont venus inspecter la locomotive après l’incendie à Nantes ? Ils n’étaient pas au courant que, si on arrête le moteur de la locomotive principale, les freins à air ne sont plus appliqués ? Ce n’est pas la peine d’être employé d’une société de chemin de fer si on n’est pas au courant de ça ! Ça ressemble pas mal à de l’incompétence.


Il ne reste plus à espérer que la déréglementation dans les transports ne donnera pas les mêmes résultats dans l’aviation ! Un seul pilote à bord serait bien suffisant, si on se fie à M. Burkhardt!

 

Serge Robert - Fils d’Henri-Paul Robert, ancien chef de gare de Lac-Mégantic

LE COURRIER DES IDÉES

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel.

17 commentaires
  • Jean-Luc - Inscrit 13 juillet 2013 02 h 05

    Cligner des yeux


    Je vois votre père cligner les yeux de satisfaction, M. Robert.

  • Jacques Boulanger - Inscrit 13 juillet 2013 06 h 00

    Bravo !

    Votre témoignage est clair et limpide. Mais c'est plus que de l'incompétence, c'est de l'irresponsabilité criminelle.

  • France Labelle - Inscrite 13 juillet 2013 07 h 32

    Et le nombre d'inspecteurs fédéraux a baissé

    Oui, je sais, il est resté stable depuis 5 ans.
    Mais le nombre de citernnes pétrolières est passé de 500 par année à 140,000.
    Si votre salaire n'a pas évolué alors que l'inflation est de 28,000%, peut-on dire sans rire de nous, qu'il est resté «stable»?

  • Jacques Beaudry - Inscrit 13 juillet 2013 08 h 44

    la productivité d'abord

    L'argument vedette des entreprises et de leurs alliés les économistes droitopithèques qui font leur lobbycratie auprès des politiciens c'est la productivité. Dérèglementer au plus sacrant pour que les coûts de production permettent un meilleur rendement des investissements de l'entreprise. Les politiciens n'ont que faire des autres facteurs qui doivent être pris en considération. La dérèglementation, celle maladie du siècle nous vient des USA. Tant que les économistes prêcheront la doctrine de l'école des Chicago boys nous seront à la merci des profits convoités par les élites. Le reste n'est que foutaise.

    • André Michaud - Inscrit 14 juillet 2013 16 h 18

      Il y a une concurence déloyale entre le train et les camions.

      Même si les camions sont responsables de l'usure des routes à 80% , ils sont très loin de payer leur part de 80%...pendant ce temps les compagnies de trains doivent payer l'entretien du rail à 100% .

      Pour rester concurentiel et ne pas faire faillite, où faut il couper? Sur l'entretien des rails et en mettant moins de personnel... Ainsi en France ou ce sont des transports étatisés ,pour le dernier déraillement on parle d'un manque d'entretien...

      Si on ne subventionnait pas autant les camions, les trains seraient plus concurentiels et n'auraient pas à couper ici et là pour survivre..hélas l'état empêche une concurence loyale..

  • Gaston Carmichael - Inscrit 13 juillet 2013 08 h 44

    Le silence assourdissant du BST

    Tout cela n'est surement pas passé inaperçu au Bureau de la Sécurité des Transports (BST). Ils ont surement fait des représentations auprès du ministre des transports, qui les a sans doute superbement ignoré.

    Il faut prendre note que personne au BST n'a eu l'audace d'amener ce débat sur la place publique. Le gouvernement Harper a été très explicite dans ses menaces aux fonctionnaires: Parler à un journaliste sans obtenir préalablement l'autorisation de son ministre mérite un congédiement immédiat, sans compensation. Des Edward Snowden, c'est une espèce très rare.

    Il sera donc fort intéressant de lire le rapport du BST sur le drame de Mégantic. Vont-il essayer de gommer ou de banaliser la déréglementation, ou oser publier les mises en garde qu'ils ont pû faire dans le passé auprès du ministre.