Catastrophe à Lac-Mégantic - M. Lebel, la technologie existe, imposez-la!

Les causes du déraillement à Lac-Mégantic font toujours l’objet d’une enquête.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les causes du déraillement à Lac-Mégantic font toujours l’objet d’une enquête.

Lettre au ministre Denis Lebel

 

onsieur le Ministre, c’est avec grande tristesse et découragement que je constate votre prestation à Lac-Mégantic. Oui, il est certes trop tôt pour comprendre tous les détails de la chaîne d’évènements qui ont mené à la catastrophe, mais on peut certainement comprendre l’essentiel.


On peut surtout saisir un concept simple : un train qui se met à bouger, alors qu’il ne le devrait pas, est en soi une urgence. Il est tout simplement ahurissant de constater qu’il ne semble exister aucune technologie à bord des trains pour alarmer les autorités et les environs d’un tel problème. Il est encore plus ahurissant que vous ne sembliez pas saisir que la technologie peut aider immédiatement cette industrie archaïque. Vous n’avez qu’à l’imposer.


Un système tout simple consisterait en trois mécanismes. D’abord, un capteur de mouvement ultra-sensible, car il faut prévenir très tôt avant que le train ne s’emballe. Ensuite, si un mouvement est détecté, une alarme sonore d’au moins 110 dB à 30 mètres (comme le klaxon d’une locomotive) serait émise pour prévenir les techniciens-opérateurs ou le voisinage qu’un problème sérieux se produit à l’instant. (Si l’auto la plus commune déclenche une alarme agressante quand on s’emmêle avec sa télécommande et les sacs d’épicerie, on peut bien le faire pour un train en mouvement de plusieurs centaines de tonnes contenant des produits dangereux !) Simultanément, un appel automatisé pourrait être lancé sur plusieurs téléphones mobiles pour avertir les techniciens et superviseurs du chemin de fer, mais aussi les autorités concernées. Un système plus complet se servirait du GPS à bord du train pour prévenir les municipalités en aval.


Selon une analyse rapide, un système de base serait très abordable, rendant possible l’installation dans toutes les locomotives, mais possiblement dans tous les wagons « orphelins » aussi. Tous les composants existent sur le marché, et la conception de base est digne d’un projet étudiant ! Une version industrielle d’un tel système peut être disponible en quelques mois, incluant les tests de certification. Bonne chance à celui de l’industrie qui voudrait s’opposer aux vertus d’un tel système.


Il faut sortir l’humain de la boucle, le plus possible, du moins pour ce qui a trait à la communication des alarmes. Qui croit encore que les procédures de l’industrie peuvent être changées pour éviter de tels drames ? Leur crédibilité est à zéro.


Encore une fois, vous n’avez qu’à imposer une technologie d’avertisseur, celle-ci ou une autre, et l’industrie s’y conformera. Vous occupez le poste de ministre : agissez comme tel et rapidement. Et si vous tenez mordicus à attendre la fin de l’enquête, suspendez au moins le permis de circulation de la MMA jusqu’à ses conclusions.

18 commentaires
  • Pierre Drolet - Abonné 12 juillet 2013 05 h 32

    Mon tracteur-tondeuse de 1988....

    Mon tracteur-tondeuse de 1988 s'arrête automatiquement si je me lève ou si je fais marche arrière ! Impensable et inacceptable qu'aucun contrôle automatisé n'existe pour un train !!!

    Pierre Drolet
    Neuville

    • Réal Ouellet - Inscrit 12 juillet 2013 15 h 20

      Mon tracteur John Deer s'arrête automatiquement si je veux descendre alors que la tondeuse est en marche!

  • louis cossette - Inscrit 12 juillet 2013 06 h 28

    Malheureusement

    Pour nous ce ministre incompétent ne suivra pas ces conseils empreints de gros bon sang car il ne voudrait certainement pas remettre en cause le principe de l'autorégulation de l'industrie qui guide nombre de décisions prises par ce gouvernement depuis de nombreuses années.

  • Yvan Dutil - Inscrit 12 juillet 2013 08 h 03

    Il y a déjà plein de système de sécurité

    Quand tu as déjà deux systèmes de freins indépendants, dont un qui se met automatiquement, avec la possibilité de mettre le train sur une voie de garage, ce n'est pas un système de sécurité plus qui va faire la différence. D'ailleurs, dans le wagon de queue, il y a aussi un système de secours qui est supposé de mettre les freins en cas de déplacement impromptu.

    • Francois Mainguy - Inscrit 12 juillet 2013 10 h 30

      Mon analyse propose un système d'avertissement, complètement indépendant des systèmes présents. La double et triple redondance est précisément ce qui a rendu le transport aérien ultra-sécuritaire.

      1) L'humain peut oublier de mettre le train sur la voie de garage.
      2) L'humain peut oublier d'enclencher le système de freinage manuel.
      3) L'humain peut éteindre la locomotive.
      4) L'humain peut s'absenter du site.
      ..
      ..
      ..

      Clairement, il faut un système additionnel qui ne tient nullement compte des procédures exécutées par l'humain.

    • France Marcotte - Abonnée 12 juillet 2013 11 h 20

      Vous savez bien qu'il n'y a pas que les freins M.Dutil.

      La technologie permettrait même de détecter à distance les feux de locomotives dès la première étincelle ou bien la moindre fuite sur les wagons-citernes...

      On ne peut pas comme citoyens réclamer ce qu'on ne connaît pas mais un ministre du transport est sensé en savoir un peu plus long que nous, à moins de gouverner en fonction du degré d'ignorance de la popualtion en tel ou tel domaine.

    • France Marcotte - Abonnée 12 juillet 2013 11 h 22

      oups...censé.

    • France Marcotte - Abonnée 12 juillet 2013 11 h 35

      Monsieur Mainguy, pour vous la technologie semble pour beaucoup servir à remplacer le travail des humains. On peut la voir aussi comme un complément.
      Un humain ne peut pas détecter une fuite invisible dans le champ de vision que lui offre sa ronde. La technologie oui.
      Mais l'humain sera toujours nécessaire car il pense...et puis, il a besoin de son emploi pour vivre.

    • Yvan Dutil - Inscrit 12 juillet 2013 11 h 50

      Monsieur Mainguy, votre système d'alarme ne changerait pas grand chose à la situation et n'aurait probablement rien changé au Lac-Mégantic. Il a fallut une quinzaine de minute pour que le train roule de Nantes à Lac Mégantic. Votre système d'alarme n'aurait pas été en mesure d'avertir les gens assez tôt. Ensuite, il faut compter avec les fausses alertes. Il faut tout de même que quelqu'un vérifie si le train bouge réellement. S'il y a trop de fausses alertes, cela ne changera rien du tout.

      Un klaxon ne remplace pas les freins.

  • Marc-Antoine Daneau - Inscrit 12 juillet 2013 08 h 45

    Ottawa, encore?

    Pourquoi encore demander à Ottawa? Ça ne sert à rien, on devrait avoir compris depuis le temps! Il faut agir unilatéralement!!

    • Mathieu Guay - Inscrit 12 juillet 2013 09 h 41

      Il ne faut pas oublier que le transport ferroviaire est de juridiction FÉDÉRALE, nous ne pouvons agir unilatéralement dans ce dossier. Si on veut agir unilatéralement, nous devrons obtenir notre indépendance, mais ça c'est un autre dossier...

    • Sylvain Auclair - Abonné 12 juillet 2013 10 h 48

      Monsieur Daneau doit être oniste, même de ce parti qui prône de rapatrier nos lois, nos traités et nos impôts avant de faire l'indépendance.

    • France Marcotte - Abonnée 12 juillet 2013 11 h 07

      Ce n'est pas vraiment un autre dossier M.Guay.

      Rien n'empêche de faire nous-mêmes les liens qui s'imposent à défaut qu'une élite le fasse.

    • Marc-Antoine Daneau - Inscrit 12 juillet 2013 18 h 01

      Monsieur Auclair,

      Qu'est-ce que mon choix électoral change? Ottawa fait de l'observation plutôt que de la prévention. On ne va pas attendre qu'il y ait une autre tragédie sous prétexte que d'autres sont supposés s'en occuper à notre place...

    • Sylvain Auclair - Abonné 13 juillet 2013 13 h 22

      Ce que je dis, monsieur Daneau, c'est que l'on doit soit laisser Ottawa agir (ou ne pas agir) soit faire l'indépendance. On ne peut pas faire comme si on était indépendant alors qu'on ne l'est pas. Une loi adoptée dans ce cadre va tout simplement être jugée anticonstitutionnelle.

  • Marc Davignon - Abonné 12 juillet 2013 15 h 41

    Outil = Solution -> erreur

    Qui va faire l'entretien des gadgets techno?

    Il coupe dans l'entretien! Ça ne vous donne pas une idée de ce qui va faire avec l'entretien dès ces «gizmos». Ils ne feront jamais les mises à jour requises. Alors!

    «Il faut sortie l'humain de la boucle, [...]». Regarder ce que cela donne! Personne pour faire l'entretien. Allez, je vous laisse à vos pensées magiques.

    • Yvan Dutil - Inscrit 14 juillet 2013 09 h 07

      Surtout qu'il falloir qu'un humain démarre le système afin d'avertir que le train ne devrait pas bouger. Il n'y a aucune garentie que cela sera fait.