Fabulations autour de Simone de Beauvoir et de la prostitution

Le «Devoir de philo» de la fin de semaine dernière (15-16 juin) traitait de la philosophie de Simone de Beauvoir, ou du moins de ce qu’elle aurait pu dire des lois canadiennes sur la prostitution. L’auteure, Viviane Namaste, professeure titulaire à l’Institut Simone de Beauvoir, y avançait que la féministe française «refuserait la position abolitionniste féministe sur la prostitution. Au contraire, elle revendiquerait le droit des femmes à travailler en toute liberté.»

Pour affirmer que Simone de Beauvoir n’était pas abolitionniste, Viviane Namaste n’a eu d’autre choix que d’évacuer son utopie d’un monde sans prostitution. Dans Le deuxième sexe, de Beauvoir explique que «[p]our que la prostitution disparaisse il faudrait deux conditions: qu’un métier décent fût assuré à toutes les femmes ; que les mœurs n’opposent aucun obstacle à la liberté de l’amour.» En conclusion, de Beauvoir ajoute que dans un «monde où les hommes et les femmes seraient égaux […] la liberté érotique serait admise par les mœurs, mais l’acte sexuel ne serait plus considéré comme un “service” qui se rémunère». Bref, de Beauvoir était abolitionniste.

Il serait aisé de poursuivre la déconstruction des propos de Viviane Namaste, qui n’est certes pas la première intellectuelle à «tordre» les thèses d’une auteure pour appuyer son propre point de vue. En effet, toute démonstration ou argumentation implique un travail de sélection, qui s’opère en fonction de nos hypothèses et de nos biais. Or, ce qui m’intéresse est autrement plus important que de savoir si de Beauvoir peut être présentée comme une simple libérale qui réduisait la liberté au «droit» de travailler. Le problème de fond de ce «Devoir de philo», est qu’il reprend un ensemble de procédés rhétoriques pour décrédibiliser celles et ceux qui aimeraient vivre dans un monde sans exploitation sexuelle. Partageant avec Simone de Beauvoir ce même espoir, je souhaite mettre en lumière trois procédés qui s’imbriquent l’un dans l’autre, soit la désinformation, la récupération et l’euphémisation.

Créer un ennemi de paille

D’entrée de jeu, Viviane Namaste fait usage de désinformation en associant la position «dite abolitionniste» à l’«interdiction totale» de la prostitution. Pour que cesse la désinformation, il faut rappeler que bon nombre d’abolitionnistes militent contre la criminalisation des personnes prostituées et s’en prennent plutôt à l’industrie du sexe, c’est-à-dire à ceux qui font de l’argent, beaucoup d’argent, sur le dos des personnes prostituées. S’il en existe peut-être, je n’ai jamais entendu une abolitionniste dire que les femmes n’ont pas «le droit» de se prostituer. Les abolitionnistes s’appuient notamment sur le principe d’égalité, et non pas sur le principe libéral du droit de faire ceci ou cela. Au-delà de la question de la liberté individuelle de se prostituer, les abolitionnistes rappellent que les personnes prostituées sont généralement des femmes, pauvres et même racisées, y compris autochtones.

Cette désinformation quant à la position abolitionniste a pour effet d’accentuer les clivages entre féministes, qui seraient divisées en deux camps. Selon la professeure, les bonnes féministes seraient solidaires des travailleuses du sexe tandis que les mauvaises féministes seraient contre celles-ci. Si l’on ne considère «la prostitution que sous l’angle de l’exploitation [on] entretient la division – peut-être involontairement, certes – entre les féministes et les travailleuses du sexe.» Transformant ainsi les abolitionnistes en ennemies de paille, la professeure fait l’impasse sur les réels problèmes des prostituées, soit la pauvreté, la toxicomanie, les proxénètes, les hommes violents (et j’en passe). Prétendre que les personnes prostituées forment un camp uni contre les abolitionnistes a également pour conséquence de rendre invisible d’anciennes prostituées militantes abolitionnistes, mais aussi des abolitionnistes filles de prostituées, des parents de femmes autochtones tuées par des «clients», etc. Qui plus est, ce «Devoir de philo» sur Simone de Beauvoir et la prostitution n’évoque pas une seule fois le patriarcat, ce qui est pour le moins surprenant pour une réflexion féministe…

Le «bon» féminisme (néo)libéral
 
Après avoir défini le problème, soit le féminisme abolitionniste, la professeure présente le bon féminisme de celles qui «revendiquent les concepts clés d’autonomie corporelle et le droit au libre-choix afin de fonder une position qui défend le droit de pratiquer le travail du sexe.» Viviane Namaste procède ici à une récupération du concept de « libre choix» développé par les féministes au sujet de la maternité, la contraception et l’avortement. Parler ici de «choix» masque le rapport marchand et d’exploitation. En d’autres termes, la récupération du concept de «libre choix» participe du procédé d’euphémisation, puisqu’il masque toute la mécanique de l’industrie du sexe, ainsi que le droit des hommes à vendre et acheter la sexualité des femmes, autant d’enjeux qu’on ne retrouve pas dans la défense du libre choix des femmes en matière de maternité et de contraception.

Or selon Viviane Namaste, les bonnes féministes devraient faire la promotion de la liberté de commerce, voire de la liberté de s’enrichir sur le dos des autres, ce que font les proxénètes. C’est ici que l’euphémisme des «tierces parties» agit efficacement pour masquer leur rôle, alors que la Cour suprême du Canada doit se prononcer sur les articles de la loi qui interdisent le proxénétisme. Déguiser le loup en grand-mère, n’est-ce pas avantageux si l’on vise à décriminaliser le proxénétisme ? Enfin, j’aimerais rappeler que Simone de Beauvoir interpelait les hommes en leur disant que dans un monde où les femmes seraient libres, «il est certaines manières de vivre l’aventure sexuelle qui seront perdues». Pour atteindre cet idéal, «[p]renons garde que notre manque d’imagination dépeuple toujours l’avenir.»

NOUVELLE INFOLETTRE

« Le Courrier des idées »

Recevez chaque fin de semaine nos meilleurs textes d’opinion de la semaine par courriel. Inscrivez-vous, c’est gratuit!


En vous inscrivant, vous acceptez de recevoir les communications du Devoir par courriel. Les envois débuteront la fin de semaine du 19 janvier 2019.

5 commentaires
  • Marcel Bernier - Inscrit 20 juin 2013 07 h 51

    Quoi qu'il en soit...

    En tout bon existentialiste qui se respecte, j'ose croire qu'on en viendra à considérer la prostitution comme une activité humaine digne d'être appréciée à sa juste valeur.
    De ce fait, d'innocentes victimes, telle la romancière Nelly Arcand, n'auront plus à intérioriser le discours infantilisant et débilitant de la « moral majority » qui, sous convert de moraline, viennent à tenir des discours condescendants.

  • Johanne St-Amour - Inscrite 20 juin 2013 08 h 12

    "Nous vivons toutes dans un monde patriarcal!

    Mme Namasté, vous aurait eu intérêt à lire cette critique de Marie-Victoire Louis sur les propos de Simone de Beauvoir :

    "Le féminisme de Simone de Beauvoir, comme processus collectif de libération des femmes, s’est donc construit sur cette impasse, à savoir que sa critique de la sexualité masculine s’est globalement maintenue dans le cadre même de ses manifestations socialement et sexuellement dominantes.

    Elle n’a donc pas pu remettre en cause la prostitution comme « un droit de l’homme ».

    Elle n’a donc pas pu penser un féminisme qui concernerait toutes les femmes sans exception.

    À l’inverse, en distinguant les femmes dites honnêtes des femmes dites prostituées, et parmi les personnes prostituées, en les distinguant les unes des autres, sans vouloir voir ce qui unit toutes les femmes, à savoir que nous vivons toutes dans un monde patriarcal dont le système prostitutionnel est le fondement, Simone de Beauvoir a ouvert la voie aux analyses qui aujourd’hui peuvent s’affirmer féministes tout en cautionnant le bien-fondé du système prostitutionnel."

    Ici: http://sisyphe.org/spip.php?article2029

  • Johanne St-Amour - Inscrite 20 juin 2013 08 h 42

    La dure réalité de la décriminalisation

    Un extrait d'un article paru dans Le point sur la dure réalité de la décriminalisation de la prostitution en Allemagne:

    Ces prix cassés obligent les prostitués à suivre des cadences infernales qui peuvent les conduire à "satisfaire" 40 clients par jour. Des trafiquants n'hésitent plus aujourd'hui à aller chercher de très jeunes femmes en Europe de l'Est pour les amener en Allemagne et les forcer à vendre leur corps. Beaucoup n'ont même pas le droit de quitter l'établissement dans lequel elles enchaînent les passes et à peine 1 % ont signé un contrat de travail avec la maison close qui les abrite. Triste bilan...

    http://www.lepoint.fr/monde/l-allemagne-le-plus-gr

  • Louis Piché - Inscrit 20 juin 2013 18 h 46

    Fabulations autour d'un ennemi de paille

    Mme Lévesque, vous êtes parmi les seuls dans le débat sur la prostitution à définir convenablement l’abolitionnisme comme position consistant à combattre l’exploitation par les tiers dans le commerce du sexe. C’est bien le principe qui guide les politiques publiques en matière de prostitution dans 17 des 29 pays de l’Union Européenne, dans plplusieurs du Commonwealth britannique, notamment au Canada et en Indes, en Amérique du Sud (Chili, Argentine, Brésil) en Amérique centrale et dans quelques pays africains.

    Contrairement à ce que vous dites, toutefois, un nombre assez considérable d’entrepreneurs moraux qui se nomment eux-mêmes abolitionnistes sont bel et bien prohibitionnistes. C’est le cas notamment de presque tous les groupes qui ont accompagné la Couronne en cour suprême dans l’affaire Bedford et qui défendent le modèle suédois, prohibitionniste quoi que vous en pensiez. Il ne s’attaque pas qu’aux tiers, il criminalise l’une des parties de la transaction, le client, rendant par le fait même illégale toute transaction de sexe contre de l’argent, même en l’absence de tiers.

    Le « procédé rhétorique », typique des entrepreneurs moraux, dans leur cas est de se désigner abolitionniste quand on est prohibitionniste. Un autre « procédé rhétorique » consiste à introduire des notions comme celles du « néolibéralisme » dans un débat comme celui-ci. Quand on n’aime pas les choix économiques faits par d'autres, on peut toujours les attaquer comme néolibéraux. Elles étaient "néolibérales" les putains d’Alexandrie? Un autre procédé rhétorique consiste à dépeindre les travailleuses du sexe comme pauvres alors qu’elles gagnent plus d’argent que le commun des mortels et comme soumises à des proxénètes alors que la commission Fraser a reconnu que la grande majorité des travailleuses du sexe canadiennes sont des travailleuses autonomes qui n'ont pas de pimp.

  • helene hazera - Inscrit 20 juin 2013 19 h 03

    EN 75 SIMONE DE B N'éTAIT PAS ABOLO

    En 1975 au moment de la Greve des prostituées en France Simone de Beauvoir a clairement pris partie contre la répression qui les frappaient. Elle a reçu chez elle une délégation de travaileuses du sexe (dont des femme trans, de qui je tiens l'histoire), pour les encourager. Elle leur a même donné l'idée d'une manifestation sous une banderolle "nous sommes toutes des putes" (dont les filles présentes n'ont pas voulues). Mme Viviane Namaste n'a commis aucune affabulation à popos de Simone de Beauvoir: quand il y a eu à choisir l'auteur du deuxiéme sexe s'est mise du coté des prostituées, pas des abolitionistes (liées en France aux intégristes catholiques), qui voudraient donner encore plus de pouvoir aux policiers qui les harcélent, les violentent, les maquent à l'occasion .