Des Idées en revues - Quelle communauté anglo-québécoise?

Les définitions utilisées pour désigner la « communauté anglophone » varient grandement selon les objectifs politiques des acteurs. Certains cherchent à en élargir les effectifs, les autres, à les diminuer le plus possible. Comme il en va du partage des ressources financières de l’État du Québec, de l’usage des langues au travail autant dans le secteur public que dans le secteur privé, et de bien d’autres enjeux, tous ont intérêt à influencer la définition des frontières de chaque groupe. En réalité, la communauté anglo-québécoise, lorsqu’on la définit en tenant compte des impératifs de survie légitimes de la communauté francophone, est de taille extrêmement modeste : 3,5 % pour tout le Québec, 5 % pour la Région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal. Ces pourcentages incluent de surcroît des anglophones dont les parents peuvent être francophones, allophones ou immigrés. Quoi qu’il en soit, cette taille minuscule confirme la disparition du territoire québécois de la plus infime « minorité historique nationale », dont les - plus rares encore - effectifs d’origine ethnique britannique constituaient jadis le noyau primordial.


En réalité, celle-ci s’est fortement diversifiée avec le temps. Elle réunit aujourd’hui plusieurs sous-groupes principaux, chacun doté de valeurs, d’attitudes et de comportements qui lui sont propres unis dans leur hostilité envers l’intervention de l’État en matière de rapports intercommunautaires. L’addition pêle-mêle de tous ces sous-groupes à la communauté anglo-québécoise d’origine eu égard au partage des ressources de l’État québécois produit une puissante communauté anglophone et une faible majorité francophone, conséquemment propulsée vers sa minorisation sur les plans politique, économique, social et culturel. […]


Pour chaque communauté ethnolinguistique, le point de départ renvoie à la conjonction entre l’histoire et l’identité (où la langue occupe une place primordiale). En outre, les racines de la communauté anglo-québécoise remontent à la Conquête en 1760, époque où ses premiers représentants ont commencé à s’installer dans ce qui sera plus tard le Québec et l’Ontario. Depuis, la situation a évidemment beaucoup changé. Des villes comme Montréal, Québec et Sherbrooke sont passées par une période à majorité anglophone avant de devenir majoritairement francophones. Les communautés humaines évoluent dans le temps, tant et si bien qu’elles peuvent s’éloigner considérablement de ce qu’elles étaient à leurs débuts. Par exemple, dans le Québec hors Montréal, la majorité des personnes d’origine ethnique britannique était, en 1991, de langue parlée française (tandis qu’environ le quart d’entre elles parlait français dans la RMR de Montréal).


Ce qui fait de la langue l’élément premier de la définition de la communauté anglo-québécoise. Non pas l’héritage historique ou parental, mais la réalité actuelle de chaque individu. Sur ce point, une part très importante de la communauté anglo-québécoise est issue de l’assimilation linguistique. […]

 

Une communauté forgée par la langue


La langue joue naturellement sur la formation des valeurs, des attitudes, des idéologies, des opinions, des comportements. […] On aurait tort de croire que les anglophones nés et scolarisés au Québec seraient par définition plus familiarisés avec le concept de cohabitation entre francophones et anglophones. Les rapports se sont en effet succédé pour décrire une situation montrant la faible connaissance du monde francophone dans à peu près tous les aspects de la vie collective. […]


Actuellement, plus d’un emploi sur deux au sein de la communauté anglo-québécoise est occupé par des francophones (telle la nouvelle principale de l’Université McGill, Suzanne Fortier, et Normand Rinfret, le directeur général et chef de la direction du CUSM) et des immigrés, le reste étant partagé par des Anglo-Québécois et des anglophones de partout au Canada. Cet appel de main-d’oeuvre correspond à une structure institutionnelle et économique ancienne qu’aucun gouvernement québécois n’a remise en question en proposant plus d’équité dans le partage des ressources publiques d’abord, privées ensuite. En vertu de l’ignorance du français des Anglo-Québécois et de celle encore plus marquée des Canadiens anglais et des immigrés anglophones, le point de jonction entre les groupes linguistiques est resté sur les épaules des francophones et des allophones servant d’interface, c’est-à-dire capables de travailler en anglais en tant qu’intermédiaires linguistiques. Dans le monde scolaire comme dans le monde culturel ou le monde du travail, une nette majorité des Anglo-Québécois travaille, se fait servir et se réfugie dans un univers culturel parfaitement cloisonné par rapport à l’univers culturel français. […]


La définition de ce qu’est la communauté anglo-québécoise est l’objet de pressions continuelles pour le choix d’un indicateur privilégié. Du point de vue anglophone, la définition la plus large possible doit primer. Sont alors considérés comme anglophones tous ceux qui connaissent cette langue, ou tous ceux qui choisissent cette langue de préférence au français (première langue officielle parlée ou langue parlée le plus souvent à la maison) ou tous ceux qui sont de langue maternelle anglaise, qu’ils soient immigrés, enfants d’immigrés ou nés dans le Canada hors Québec.


Des commentaires? Des idées? Écrivez à Antoine Robitaille

À voir en vidéo